Lectures 2020

Victor Kessler n’a pas tout dit, Cathy Bonidan

J’avais aimé découvrir Cathy Bonidan l’année dernière via Chambre 128, un roman épistolaire agréable que je m’étais empressée de partager autour de moi. Ce roman-ci est plus sombre, comme le suggère d’ailleurs assez bien cette intrigante couverture. Et je dois vous avouer tout de suite que, pressée de connaître le fin mot de son histoire, je l’ai dévoré en deux jours. Bertille, jeune femme au passé lourd, qui s’est enfuie quelques années plus tôt de son village des Vosges, tombe sur Victor André lors d’un travail qu’elle effectue pour un institut de sondage en sortie de supermarché. Le vieux monsieur fait un malaise devant elle. Bertille culpabilise beaucoup. Ayant récupéré les affaires du vieil homme, elle retrouve des pages en forme de confession dans son cabas, laissé à ses soins. Quarante cinq ans plus tôt, en 1973, un certain Victor Kessler, alors instituteur, avait été accusé du meurtre d’un jeune garçon de dix ans, retrouvé dans le lac. Bertille prend le vieil homme en affection. Intriguée par cette affaire qui s’est déroulée non loin des lieux de son enfance, troublée par ses souvenirs, encouragée par Victor, la jeune femme part sur les traces du drame. Elle se fera passer pour une journaliste de télévision. L’auteure intercale la suite des confessions de Victor avec celui de l’enquête que mène Bertille. La vérité s’avère compliquée à mettre en lumière, pleine de chausses trappes, et puis les faits sont anciens. Mais Bertille n’écoute que son courage, mue par quelque chose de plus fort encore qui vient de son propre passé, de son enfance et de ses drames conjugaux. Et si découvrir ce qu’il s’était réellement passé en 1973 lui permettait de s’épanouir enfin ? Si vous aimez les enquêtes, les personnages troubles, les villages d’enfance, démêler le vrai du faux, les écritures simples mais efficaces, ce roman est fait pour vous. J’ai même, personnellement, délaissé quelques temps mon tricot en cours pour pouvoir le terminer, c’est dire…

Editions La martinière – juin 2020

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Nath

Lectures 2020

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban, JK Rowling

Traduit de l’anglais par Jean-François Ménard

J’ai commencé à lire la série Harry Potter pour répondre à un défi de mon club de lecteurs et je continue au rythme d’un tome par mois. Je suis toujours bluffée par la qualité d’écriture et l’inventivité de JK Rowling. De plus, je n’ai pas vu le film correspondant à ce volume, je suis donc rentrée dans cette nouvelle histoire sans être polluée par des souvenirs d’images vues. Par contre, j’ai beaucoup aimé comprendre enfin tout un tas de références dont ma fille, très fan d’Harry Potter, me parle depuis longtemps, la carte des maraudeurs par exemple et cette expression… Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises. Dans ce troisième tome, Harry Potter, qui a passé encore une fois l’été chez son oncle, se trouve en très mauvaise position. Il a utilisé la magie dans le monde des moldus, craint de se faire renvoyer de Poudlard mais apprend qu’en réalité sa vie est en danger. Sirius Black s’est enfui de la prison d’Azkaban et cherche à le tuer. C’est donc une année sous haute protection qui commence pour Harry, qui n’aura de cesse pour autant de braver le danger, muni d’une carte des maraudeurs lui permettant d’emprunter des passages secrets et bien souvent de sa cape d’invisibilité. Les détraqueurs, censés protéger Poudlard, ont un effet terrible sur lui, inexplicable. Le professeur Lupin, nouvel arrivant à Poudlard, va l’aider à le contrer. J’ai encore une fois beaucoup aimé ce tome, rempli de péripéties. On en apprend plus sur le passé des parents de Harry Potter, leurs amis d’alors et les trahisons qui ont eu lieu. Certaines scènes sont assez impressionnantes, et presque poétiques. Ron et Hermione, malgré leurs différents, restent des amis fidèles pour un Harry Potter qui grandit et prend confiance en lui. A suivre…

Editions Folio Junior – 1999

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Objectif PAL

Objectif pal de juin ~ le bilan

L’objectif pal arrive tout doucement, en ce dernier jour du mois de juin, pour vous offrir les lectures des blogueuses participantes du challenge !!
Petit rappel du principe de l’Objectif Pal (à ne pas confondre avec Les coups de coeur du web qui reviennent le 15 du mois d’août) : lire enfin tous ces livres entrés depuis plus de 6 mois dans notre Pile A Lire (PAL). Un moyen de mettre en commun notre objectif, de ne pas privilégier seulement que les derniers rentrants sur nos blogs, d’offrir un peu de diversité, et de surtout surtout… faire du tri et de la place. Et ça fonctionne.
Vous trouverez donc ci-dessous des livres dont la sortie ne date pas d’hier mais qui vous attendent peut-être aussi sur vos étagères. Pas mal de lectures pour le mois anglais ce mois-ci vous verrez… Et vous, vous en êtes où avec votre PAL ? N’hésitez pas à cliquer sur les couvertures pour retrouver les billets des lectrices !!
[Je ne prends plus de nouveaux participants, merci pour votre compréhension.] Prochain bilan : fin août !

Géraldine                                                          Blandine                               Ma petite médiathèque

Eimelle                                                                          Eimelle                                        Alexielle 

Praline                                                                       Praline                                        Praline

Praline                                                                   Praline                                        Praline

Kathel                                                                  Géraldine                                  Lady double H

Eimelle                                               The reading bibliophile                       The reading bibliophile

Reading bibliophile                                                Sylire                                             Vivre livre

 

Enna                                                                        Géraldine                                  Jostein

Jostein                                                                   Antigone                    The reading bibliophile

Alex                                                                       Aifelle                                          Eimelle

Jostein                                                                        Mumu                                     Alexielle

Alexielle                                                                  Alexielle                                       Eimelle

Enna                                                              The reading bibliophile                    Praline

Praline                                                               Praline                                            Vivre livre

 

Héliéna                                                                  Krol                      The reading bibliophile

#objectifpal

Lectures 2020·Objectif PAL

Petite, Sarah Gysler… mon objectif pal de juin !

J’ai trouvé encore une fois ce livre dans la boîte à livres de ma ville l’an dernier ! C’est un roman qui a des allures de romans pour adolescents, sans en être véritablement un. Dans son récit, Sarah Gysler, suisse d’origine, raconte sa vie, et comment elle a grandit chaotiquement au sein d’une famille décomposée et métissée. La petite fille a vécu le divorce de ses parents comme un cataclysme. Il faut dire que sa mère, chez qui elle vit avec son frère, est dure et renfermée.  Les enfants doivent souvent se débrouiller seuls quand elle est au travail. Son père, qu’elle voit en garde alternée, aura lui très vite de graves soucis de santé. Très jeune, à peine ses études terminées, on incite Sarah à travailler dans un bureau. Lorsqu’elle a quinze ans, un conseiller d’orientation, en qui elle avait fondé beaucoup d’espoirs, ri de ses aspirations à devenir écrivain, photographe ou comédienne de théâtre. Sarah étouffe dans cette vie étriquée qu’on lui impose. Dès la majorité atteinte, elle décide de partir sur les routes, un sac à dos sur les épaules, de parcourir l’Europe, à la recherche d’elle même, mais aussi d’un sentiment nécessaire de liberté. J’ai trouvé quelques longueurs à la première partie de ce livre. Et pourtant, le récit de sa jeunesse assez pauvre et laborieuse est intéressant, il explique pourquoi elle a eu soudain envie de prendre son sac à dos. J’ai donc préféré la seconde partie, assez amusante à lire après ma lecture de Wild, celle de l’errance, car on y retrouve la même obligation d’alléger son paquetage, le même cheminement psychologique (celui que procurent la marche et la solitude) et cette même méfiance/confiance envers les autres qui permet les rencontres. Pour Sarah, prendre la route est devenu, après son premier voyage, un mode de vie. Elle considère qu’à vingt ans, la route l’a sauvée. C’est un livre que je vais déposer sur l’étagère des livres à proposer à ma fille en lecture pour cet été.

« Comment prépare-t-on un sac à dos pour partir quand rien n’est planifié ? De quoi a-t-on besoin pour passer des mois sur la route ? J’espère vraiment que vous vous en sortirez mieux que moi… Mon sac pesait seize kilos en 2015. Seize kilos d’indispensables : un fer à lisser, un Aspivenin, un étui à banane, un « pisse debout », un appareil qui envoie des décharges sur les piqûres de moustique pour stopper les démangeaisons… J’étais suréquipée ! Il ne me manquait qu’une chose : mon bon sens. »

Editions Equateurs – juin 2018

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Nath

Lectures 2020

Il est encore temps, Jean-Philippe Blondel

Alors que la continuité pédagogique se termine à la maison, j’ai presque un peu de nostalgie à vous parler de ce livre… En effet, en cours de français, nous avons étudié avec mon fils les discours de Martin Luther King et de Greta Thunberg, le point de départ de discussions entre nous sur l’exaltation de la jeunesse (amplifiées plus tard au moment de l’étude d’Antigone) et le point de départ de ce roman… Nous sommes en 2019. Lou termine sa troisième et passe ses épreuves de Brevet. L’écoute d’un discours de Greta Thunberg la plonge soudain dans un état de sidération intense qu’elle va traîner tout l’été suivant, à la grande inquiétude de ses parents qui consultent un médecin. Lou est persuadée que le monde court à sa perte, qu’il n’y a plus rien à faire et que même la notion de Carpe diem n’est qu’un leurre pour ne pas regarder la vérité en face. Son médecin, complice et compréhensif, lui suggère de gérer son angoisse en se rendant utile. Ils raconteront à ses parents qu’elle souffre d’anémie, pour les rassurer. L’entrée au lycée de Lou va être l’occasion de nouvelles amitiés mais aussi de nouvelles expériences. Et si elle avait réellement le pouvoir d’éveiller les consciences ? J’ai choisi ce roman ado lors d’une opération masse critique de Babélio, pour son thème, le nom de son auteur, et celui de la maison d’édition qui l’édite. Et je n’ai pas été déçue. Dès le début, j’ai aimé sa qualité d’écriture, aimé plonger dans ce combat qui m’est familier et important. Son seul défaut est peut-être d’être bien trop court. A offrir à nos petits troisièmes, qui auront connu une année bien étrange ! Le confinement aura été pour moi l’occasion de passer des moments très intéressants avec mon fils, et de me réconcilier avec ma propre année de troisième, qui n’a pas été la meilleure de ma vie. Me rendre compte que je pouvais comprendre les cours et les lui transmettre, et que j’aimais ça, a été d’un grand réconfort et une surprise. Dans ce roman, la relation de Lou avec ses parents, surtout sa mère, est très jolie et émouvante. Ce livre distille un bel espoir et nous confirme que nous pouvons sans cesse nous réinventer et faire bouger le monde.

Actes Sud Junior – mai 2020

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5