Lectures 2017

Burroughs, Joao Pinheiro

burroughs1

Tu as d’emblée trouvé l’objet livre magnifique… mais cela fait-il forcément tout ? Tu l’espérais un peu… Premier billet BD depuis la rentrée et première lecture un poil mitigée. Découvrir ce Burroughs t’intéressait beaucoup car William S Burroughs est un écrivain emblématique de la Beat génération, connu essentiellement pour son Festin nu et que tu aimes toujours apprendre sur l’histoire des mouvements littéraires et éventuellement sur les techniques d’écriture. La BD sait parfois retranscire cela avec énormément de talent et d’originalité. Et c’est le cas dans cet album, les planches sur l’écriture sont certainement les mieux réussies. Il faut savoir avant tout que tout commence le jour où l’écrivain tue sa femme accidentellement sous l’emprise de l’alcool, dans une scène étonnante (et véridique) où il se serait pris pour Guillaume Tell et aurait transpercé son front d’une balle de revolver. Il tombe alors dans une phase de paranoïa et d’auto destruction qui le conduira à expérimenter des techniques nouvelles d’écriture, faites principalement de fragments juxtaposés. A partir d’un même matériau il était possible de créer des centaines de variante. Dans l’album, nous assistons également à une descente aux enfers, accompagnée de substances diverses qui entraînent l’auteur dans de troublantes hallucinations (personnages qui prennent l’apparence d’insectes géants par exemple). Ensuite, le récit bascule vers quelque chose d’étrange où Burroughs devient un personnage de jeu vidéo ?!… Et là, tu dois dire que tu as lâché un peu l’affaire, déçue par ce parti pris qui était semble-t-il (au vu des notes de fin d’album) l’objectif de départ de Joao Pinheiro, ce qui te paraît pour le moins incompréhensible, et bien trop déphasé. Une lecture en demi-teinte donc, où également les répétitions de cases s’expliquent par une première publication effectuée au départ sous forme de strips, mais à découvrir quand même, ne serait-ce que pour ce premier pas effectué vers l’univers de William S Burroughs.

Presque Lune – juin 2017 – merci ma bibli !!!

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

    

Un album lu dans le cadre de la BD de la semaine… les autres billets sont chez Moka aujourd’hui ! [clic]

Publicités

21 commentaires sur “Burroughs, Joao Pinheiro

  1. Ton avis me laisse dubitative… Une réflexion sur l’écriture et les méfaits de l’alcool ?
    Je crois que je vais passer mon tour …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s