Coups de coeur·Lectures 2017

D’après une histoire vraie, Delphine de Vigan

❤Comment écrire encore lorsque que l’on a tant donné de soi dans son livre précédent (Rien ne s’oppose à la nuit) ? Delphine de Vigan est confrontée malgré elle à cette plume sèche qui suit souvent la publication d’un ouvrage important pour son être intime, surtout lorsqu’il rencontre un tel succès auprès du public, qu’il est autant lu, et que l’attente est d’autant plus forte sur ce que sera la suite… Elle a écrit sur sa mère, sur sa famille, c’était douloureux, très personnel. Maintenant, il serait bon de s’y remettre, d’avoir un nouveau projet, la vie doit continuer. Mais l’auteure reste de marbre devant sa page blanche. Rien ne vient, mis à part le dégoût. Alors, quand elle rencontre L. lors d’une soirée, cette femme si sûre d’elle, avide d’entrer avec elle en amitié, l’auteure est séduite. Doucement, elle se laisse enrober par cette nouvelle amitié qui prend peu à peu énormément de place dans sa vie… De trop ? Peut-être. Et tandis que L. semble s’épanouir, Delphine elle sombre peu à peu dans de nombreux empêchements que sa nouvelle amie l’aide patiemment à camoufler au quotidien. Comment, et à qui, avouer que l’on ne peut plus rien écrire du tout ? A ses vieux amis ? A son amoureux attentif mais absent ? A ses enfants ? Seule L. peut comprendre, trouve les mots, la bouscule, questionne, sait. Et toi lectrice, tu es restée fascinée par ce récit étonnant, par le mécanisme de cette lente emprise que Delphine de Vigan subit peu à peu, par l’évocation de tout ce qui a savamment trait à l’écriture, par cette obstination du réel en littérature qui est souvent évoquée dans ce texte foisonnant. Tu n’en diras pas plus, pour laisser la surprise aux lecteurs qui n’ont pas encore découvert ce roman, mais il faut savoir que ce que l’on peut prendre au premier abord pour une suite de Rien ne s’oppose à la nuit est bien loin de n’être que cela…. D’après une histoire vraie est en réalité à la fois une réflexion sur la littérature, et un thriller palpitant, qu’on se le dise… Il a été pour toi un coup de coeur fort, et perturbant, où Delphine de Vigan démontre réellement à quel point elle possède une plume magistrale.

Editions du livre de poche – janvier 2017

Parmi tous les billets enthousiastes… celui de Leiloona

Une adaptation de ce roman est en ce moment sur les écrans…

Publicités

26 commentaires sur “D’après une histoire vraie, Delphine de Vigan

  1. Chuuut, je suis plongée dans ce roman ! 😀 Pas très loin du début, les fils se tissent peu à peu… chuuut 😉 Ta chronique me donne envie de le lire avec avidité (vivement le week-end !)

    J'aime

  2. J’ai beaucoup aimé le livre et du coup je ne pense pas que j’irai voir le film car je ne vois pas comment ça pourrait être rendu (et dans la bande annonce, je n’ai pas aimé dont les actrices jouaient les personnages

    J'aime

    1. Oui je ne suis pas convaincue par le jeu de l’actrice sensée représenter Delphine de Vigan, par contre je trouve que L. est bien choisie… Je le verrai sans doute plus tard… quand ma lecture sera lointaine.

      J'aime

  3. Pareil qu’Enna ! Avant même de voir la bande annonce, je n’avais pas envie de regarder le film. Et puis, dans ma tête, la narratrice c’est l’auteur, et son compagnon c’est François Busnel. Je sais, c’est bête et complétement contradictoire avec le propos du roman mais du coup, voir d’autres visages me pose problème.

    J'aime

  4. Il est génial ce roman ! A peine fini, j’avais envie de le relire pour tenter de comprendre toutes les ficelles qu’elle avait tirées pour entrainer le lecteur aussi loin…
    Quel talent !

    J'aime

    1. Je trouve aussi, et ce qui est troublant c’est que l’on part dans l’idée d’une suite de « Rien ne s’oppose à la nuit »… et en fait non. C’est très judicieux comme virage, cela va lui permettre de reprendre son chemin fictionnel.

      J'aime

    1. Je pense que je le verrai aussi Sylire, mais plus tard… parce que ma lecture est encore fraîche et que malheureusement il ne passe même pas en Vendée… ;(

      J'aime

  5. J’ai été épatée par ce roman, alors que ce n’était pas gagné (je n’avais pas lu Rien ne s’oppose à la nuit)… Comme Enna et Saxaoul, je n’ai pas du tout envie de voir le film !

    J'aime

  6. J »ai beaucoup aimé ce roman alors qu’après Rien ne s’oppose à la nuit, je traînais des pieds pour la retrouver.
    J’ai du mal à imaginer comment le film peut jouer avec l’ambiguïté présente dans le roman, mais je n’irai pas vérifier.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s