Atelier d'écriture

Atelier d’écriture

Il fait froid. Tu ressers un peu plus ton col autour de ton cou. Tu l’attends depuis des plombes. Tu l’attends tout le temps, cet homme que parfois tu appelles tout bas mon amant. Tu crois encore que l’amour est fait de ça, de patience, d’obéissance et de compréhension, que tu vas lui plaire ainsi, en étant gentille. La brume vient chercher ton visage, et ton jean semble fait de carton. Le jour se perd derrière les arbres. Et tu t’agaces mollement, de toi, et de cette manie qu’il a d’abuser un peu, de laisser filer les heures dans l’attente. Tu ne sais pas que tu as le droit de lui en vouloir, tu l’apprendras, plus tard. Tu as hâte de t’installer dans la chaleur de sa voiture. Tout ce temps perdu que l’on aurait pu passer à s’aimer. Tu as dix-neuf ans tout juste, et l’amour de ta vie va arriver.  Tu crois que lui et toi vous avez scellé un pacte avec l’avenir.  Et tu ne te lasses pas de sa course vers toi, de son nez qui se presse contre le tien, de cette sensation de chaleur humide de vos peaux qui se touchent. Tu aimes quand tout ton corps vibre d’électricité, cette douleur qui te fait éclater de rire dans son cou, d’urgence et de manque. Comme on s’aime alors. L’éternité, ce soir, se niche dans ce jour qui s’en va, dans cette brume qui s’élève doucement au dessus de l’eau, dans ce entre chien et loup, dans lequel tu te sens chez toi, dans le souvenir de ce livre que tu viens de quitter et des pages qui bruissent encore dans ta mémoire, dans cette attente qui s’éternise et devient presque irréelle.  Tu hésites entre partir ou rester. Et puis il y a ce bruit de pas, alors que tu attends plutôt un bruit de moteur, cette ombre qui s’arrête. Tu fais semblant de regarder l’heure, de tendre le cou vers ce quelqu’un qui ne va plus tarder maintenant, de ne pas laisser la peur transparaître. Quand le coup vient brûler ton cuir chevelu, et que tu tombes sans discontinuer, tu n’es qu’à peine surprise, comme si tu savais qu’un jour ça arriverait, la blessure, à force d’être seule dans la nuit qui tombe, à l’attendre… cet imbécile.

Un texte rédigé pour l’atelier d’écriture de Leiloona… une photo (© Emma Jane Browne)  quelques mots [clic].

26 commentaires sur “Atelier d’écriture

  1. J’ai beaucoup aimé la douceur teintée d’amertume de cette toute jeune femme qui a encore tant à apprendre sur l’amour et sur les hommes, je n’avais pas subodoré cette fin tragique.
    Un texte tout en finesse.

    J'aime

    1. Merci Adèle. Désolée pour la fin. En réalité, je ne savais pas trop comment terminer, et je me suis dit que l’atmosphère de la photo était bien assez sombre pour craindre le pire. 😉

      J'aime

  2. Une belle description de l’amour juvénile, avec des images très réalistes. La chute qui met fin à ses rêves un peu comme une rupture… J’aime beaucoup !

    J'aime

  3. je ne me lasse décidément pas de ta plume, ici douce et amoureuse sur le début. Un amour de midinette trop froidement rompu avec la chute…. j’étais bien sur le petit nuage que tu avais proposé, y suis montée avec plaisir… la chute est rude pour revenir à la réalité… du coup vais retourner à mes dossiers, na ! 😉

    J'aime

    1. Oui, désolée, je conçois que tout cela est bien abrupte. Il faudrait peut-être tenter une fois de rester sur la douceur… je peux le faire ! 😉

      J'aime

  4. Pauvre jeune fille qui croit désespérément en cet « amant » qui semble se jouer d’elle. Triste fin en plus.
     » Si j’avais je serai pas venu »😉

    J'aime

  5. Eh bien la pauvre, entre l’attente et cette fin … J’aime toujours autant cette délicatesse qui émane de tes écrits, et cette mélancolie qui prend les personnages. Le mot imbécile final est super bien vu, comme si au dernier mot elle prenait vraiment conscience de ce qu’elle voulait se cacher auparavant.

    J'aime

  6. J’ai eu beaucoup de plaisir à lire ce texte, les sentiments y sont bien décrits, finement observés. Cette attente se transforme finalement en rendez-vous angoissant, il s’en passe des choses près de l’eau.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s