Lectures 2018

Lettres à une jeune gymnaste, Nadia Comaneci

Tu as cédé à la tentation avec ce livre de mettre un miroir face à ton ancienne lecture du titre de Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais [clic]… Nadia Comaneci tente ici effectivement, sous la forme d’une réponse à une lettre envoyée par une jeune gymnaste (que le lecteur n’aura pas, et sans doute fictive, c’est une forme souvent utilisée), de retranscrire son parcours, avec le plus de sincérité possible, revenant sur chaque événement médiatisé, mais aussi sur la réalité de sa vie de petite fille roumaine. Tu as aimé particulièrement, toi lectrice, que chaque chapitre commence par la description minutieuse, et finalement poétique, d’un mouvement  gymnastique connu et spécifiquement nommé. Mais il ne faut pas s’y tromper, le texte de Nadia Comaneci n’est pas un texte littéraire, et ne se présente pas comme cela, même si il s’avère bien construit et intéressant à lire. C’est avant tout le récit d’une vie, qui explique très bien le fossé qu’il peut y avoir entre ce que l’on croit et ce qui existe réellement. Nadia Comaneci est surtout connue pour être cette gymnaste qui a reçu aux Jeux Olympiques de 1976 la note parfaite de 10, une note tellement extraordinaire que le tableau des notations n’a pas su la gérer et a affiché alors un 1.00. Elle est connue aussi pour avoir été utilisée par son pays, alors dirigé par Ceausescu, comme outil de propagande, et pour avoir fui aux Etats-unis lorsqu’elle était jeune adulte. Dans son récit, Nadia Comaneci revient donc sur tout cela, mais aussi sur sa vision, forcément étroite d’enfant, seulement avide de plaire à son entraîneur Bela, avide de bien faire et de réussir, ne se rendant compte tout de suite de la pauvreté de son pays (puisque – quoique ne croulant pas sous l’argent – elle mangeait tout de même à sa faim), ni qu’un ailleurs avec une autre manière de vivre existe. En définitive, ce titre est une lecture intéressante, qui a le mérite de mettre les mythes à leur place, de montrer l’envers du décor, de faire taire quelques fantasmes, et de dresser le portrait d’une jeune femme affublée d’une belle force de caractère mais ballottée par l’histoire.

Editions Talent Sport – janvier 2018

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Publicités

8 commentaires sur “Lettres à une jeune gymnaste, Nadia Comaneci

    1. En sachant que dans « la petite communiste » Lola Lafon émet des hypothèses que l’ancienne gymnaste réfute. C’est un peu comme un droit de réponse à sa fiction finalement… mais je comprends Sylire !! 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s