Lectures 2019

Un bon écrivain est un écrivain mort, Guillaume Chérel

Aucune description de photo disponible.

Attention, livre déjanté ! Ce que j’aime lorsque l’on me prête des livres, c’est sortir de ma zone de confort. Ce qui m’intéressait dans celui-ci est le pitch que l’on m’en avait fait, des auteurs connus (dont les noms étaient à peine transformés), réunis dans une résidence d’écrivain, à l’autre bout de la France, et qui disparaissaient un à un, comme dans un roman d’Agatha Christie. Ce qui m’a dès le début intéressée, ce sont les portraits dressés de ces personnages connus et savamment égratignés. Il y a sans doute du vrai dans tout ce que Guillaume Chérel dit d’Augustin Traquenard, Frédéric Belvédère, Michel Ouzbek, Amélie Latombe, Delphine Végane, David Mikonos, Kathy Podcol, Tatiana de Roseray, Christine Légo, Jean de Moisson et Yann Moite… et sans doute aussi beaucoup de faux. Très vite, les écrivains invités se rejoignent sur le lieu de la rencontre, le monastère de Saorge, un lieu qui existe vraiment, et les incongruités commencent. Il y a le même poème inquiétant dans chaque chambre, des petites figurines sur la table, une cuisinière médium, un guide à la fois trop enthousiaste et désabusé, un fantôme. Et puis Jean de Moisson manque de s’étouffer, et les hommes disparaissent peu à peu… La malédiction est en marche. Comment vont-ils s’en sortir ? Amélie Latombe, la moins impressionnée, semble être la seule capable de découvrir la vérité, tandis que les autres batifolent ou se perdent dans les méandres du lieu… Voici un roman très distrayant, souvent drôle, sans doute un peu trop loufoque pour moi, et qui ne me restera pas je pense très longtemps en mémoire, mais dont j’ai goûté la lecture. A lire si vous aimez connaître le dessous des célébrités, tout en soupçonnant qu’il vous faudra démêler le vrai du faux à chaque page, sinon ce serait trop facile ! Et un livre qui, sous des dehors sarcastiques, prend finalement la forme d’un bel hommage subtil aux auteurs qu’il égratigne. Bel exercice de style.

Editions Folio – mars 2018

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… l’Irrégulière

14 commentaires sur “Un bon écrivain est un écrivain mort, Guillaume Chérel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s