Lectures 2019

Hollywood menteur, Luz… la BD de la semaine !

Qui a déjà vu une photo de Marylin en colère ? A priori, il n’en existe aucune. Luz est parti de ce constat (pas de photos de Marylin autrement que tranquillement songeuse ou souriante) pour explorer les raisons d’une colère hautement probable, quoique cachée, surtout au moment du tournage du film The Misfits. Tout le monde sait le fiasco qu’ont été les coulisses de ce film, les caprices de Marylin, les débordements de Clark Gable… Le trait de Luz est épais, caricatural, très noir. Il est difficile parfois de discerner les visages dans certains enchevêtrements de traits.  Mon début de lecture n’a pas été forcément très agréable, et puis je me suis attachée à l’histoire que l’on me racontait, cette femme atteinte d’Endométriose, qui croit être enceinte et ne l’est pas, délaissée par un Arthur Miller concentré sur son film, et qui réécrit sans cesse des passages… Il y a aussi cette perruque, censée recouvrir les cheveux brûlés par des décolorations multiples de Marylin et qui se promène dans les cases de cet album, comme si elle avait son existence propre. L’histoire est racontée du point de vue de Montgomery Clift, décédé peu de temps après la sortie du film et à qui Marylin confie ses états d’âme. J’ai été secouée par les images assez fortes de cette BD, des images dérangeantes, mais c’est la postface de Virginie Despentes qui a emportée mon adhésion pour cet ouvrage, le portrait qu’elle y fait de Marylin, des femmes, et de tous les êtres comme elle broyés par leur seul soucis de plaire et d’attirer l’attention. Ensuite, j’ai cherché des photographies sur internet, des images du film, et j’y ai retrouvé de nombreux plans reproduits par Luz dans l’album, ce qui m’a étrangement beaucoup touché. J’ai donc beaucoup aimé cet album très particulier, et cela m’a donné envie de voir le film The Misfits, encore jamais vu !

 

           

Lu dans le cadre de la BD de la semaine. Tous les liens sont chez Noukette aujourd’hui !

 Editions Futuropolis – avril 2019

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Lu aussi dernièrement (avis brefs)…

Après avoir lu et aimé lire dernièrement « Le Choeur des femmes » de Martin Winckler, j’étais très intriguée de découvrir cet album qui y fait référénce. Aude Mermilliod y retrace au départ sa propre histoire, le récit de son IVG, puis elle relate sa rencontre avec Martin Winckler. En effet, son livre, « Le Choeur des femmes » a permis à la jeune femme d’aller mieux après cette expérience traumatisante, mais également de faire sa connaissance. On apprend alors que l’auteur écrit sous pseudo, mais qu’il est bien ce généraliste qui, comme dans le roman, a appris à « parler aux femmes » d’une manière différente, en essayant de faire de la pratique gynécologique une pratique humaine. Cet album est un album militant mais également le récit touchant d’une expérience que de nombreuses femmes partagent silencieusement. Servi par un dessin sobre qui n’est pas tout à fait de mon goût, mais que j’ai vite oublié, je me suis laissée porter par cette histoire qui donne envie de continuer à lire Martin Winckler, et de rester vigilante.

Casterman – avril 2019

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Ce qui étonne déjà agréablement avec cet album, c’est la texture de la couverture, qui tient à la fois du velours sur une grande partie de sa surface et du relief quand on passe la main sur son titre. Voilà une belle entrée en matière pour une BD curieuse, féerique et belle. Largement inspirée par le conte Peau d’âne, elle nous raconte l’histoire de Ronce, condamnée par son père le roi, à la mort de sa bien aimée épouse, à rester dans la forêt, et convoitée par lui lorsqu’elle devient adulte. Il est en effet confondu par sa beauté et est persuadé qu’ils peuvent régner ensemble. Bien entendu, il est question dans ce livre du tabou de l’inceste, mais également de magie, du pouvoir de la nature et d’amour. J’ai été subjuguée par la beauté des dessins et des couleurs, la virtuosité des traits. Dommage, peut-être, que les touches d’humour des dialogues soient parfois un peu lourdes car j’étais toute prête à donner à ce titre un coup de coeur !! Mais cette BD est un réel beau moment de lecture !

Editions Delcourt – mars 2019

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

28 commentaires sur “Hollywood menteur, Luz… la BD de la semaine !

  1. Alors ça, c’est une belle découverte, merci beaucoup ! J’ai beaucoup lu sur l’actrice il y a quelques années (des biographies mais aussi Blonde de Joyce Carol Oates) et j’éprouve toujours beaucoup d’empathie pour son parcours, son enfance, sa fin. Je note donc cet album, il me plaira forcément.

    Aimé par 1 personne

  2. Je passe sur Luz, pas fan du graphisme je dois dire… Par contre le second m’intéresse… et j’ai été absolument charmée par Peau de mille bêtes ! Du même auteur tu devrais lire Morgane, tu devrais aimer je pense 😉

    J'aime

  3. Et oui Maryline, il ne lui manquait qu’un(e) ami(e)….ils sont un peu pres tous morts apres ce film d’ailleurs….

    J'aime

      1. exactement…et tout le monde trainait leur depression sur les plateaux….tout est tragique dans ce film….

        J'aime

  4. La couverture ne m’attire pas, mais le postulat de départ comme ce que tu en dis, oui!

    Les deux autres albums me tentent aussi beaucoup, particulièrement « Il fallait que je vous le dise ».

    J'aime

  5. La BD de Luz ne me tente guère… Je n’aime pas le dessin. Mais si tu n’as pas vu le film, vas-y !! Par contre, je renote Mille peaux de bêtes, déjà vu chez Noukette.

    J'aime

Répondre à nathaliesci Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s