Divers et blabla

Une fenêtre un auteur… Stéphanie Pélerin

Pendant cette période spéciale de confinement et d’annulations de salons littéraires, j’ai eu l’idée d’interviewer quelques auteurs. De quoi nous changer les idées et leur donner une visibilité supplémentaire.

Stéphanie Pélerin a bien voulu répondre à mes questions.

Bonjour Stéphanie,

Tu as été invitée deux fois au Printemps du livre de Montaigu, salon dont la tenue a été annulée comme de nombreux autres événements du Printemps.

Tu as bien voulu répondre à quelques questions pour le club des lecteurs yonnais.

Bonjour Antigone ! Mille mercis pour cette invitation confinée. C’est le cœur lourd que j’ai appris l’annulation du Printemps du Livre (et de bon nombre d’autres salons) qui est un événement incroyable, organisé par une équipe de passionnés.

Antigone : Ton premier roman (Presque) jeune (presque) jolie (de nouveau) célibataire a été publié en 2016 aux Editions Mazarine. Peux-tu nous raconter en quelques mots cette expérience ?

Stéphanie : J’ai eu la chance énorme d’être repérée par Alexandrine Duhin sur Facebook. Elle était dans la liste de mes contacts, je ne savais pas qui elle était. J’avais communiqué sur le fait que je m’amusais à écrire un roman. Elle m’a envoyé un message me disant qu’elle aimerait lire le résultat final. A l’époque, Mazarine n’existait pas. Et je me demandais ce que la très sérieuse maison Fayard allait bien pouvoir faire de ma comédie.

Antigone : Ce roman entre dans la catégorie de la Chick lit, comme Le journal de Bridget Jones de Helen Fielding par exemple. Peux-tu nous dire ce qui t’a plu dans le fait d’écrire ce type de roman ?

Stéphanie : Ce qui m’a plu, et tu me connais un peu, c’est tout d’abord le côté comique. Je me suis beaucoup amusée en l’écrivant. Alors aujourd’hui quand, malgré tous ses défauts de premier roman, j’entends des lecteurs dire qu’ils ont ri aussi, je me dis que mon but est atteint. Et puis, je suis quelqu’un qui ne se prend pas trop au sérieux, alors je ne pouvais commencer qu’ainsi.

Antigone : (Presque) jeune (presque) jolie (de nouveau) célibataire et sa suite (Toujours) jeune, (toujours) jolie, maman (mais pas seulement) sont également sortis en édition France Loisirs, ce qui t’a permis de rencontrer un public plus large. Je sais que tu as aimé ces rencontres. Peux-tu nous raconter tes impressions et l’importance de ce réseau pour toi ?

Stéphanie : France Loisirs, pour moi, c’est déjà une histoire de famille. Je suis rentrée dans la lecture par ce biais, finalement. Ma mère recevait le catalogue et j’adorais le compulser et y commander des livres. Alors y voir mes propres romans, je dois reconnaître que ce fut très émouvant.

Ensuite, j’ai découvert une équipe de passionnés, des gens qui ont porté mon roman, qui m’ont portée. J’ai gardé des contacts avec une partie d’entre eux, j’en revois même quelques-uns aussi souvent que nos agendas nous le permettent.

Antigone : Tu tiens un blog http://www.milleetunefrasques.fr, sur lequel tu postes régulièrement des avis de lectures BD, mais aussi des romans, et sur lequel tu tiens chaque premier mardi du mois le rendez-vous Le mardi c’est permis. Peux-tu nous raconter les débuts de ton blog, et son importance pour toi ?

Stéphanie : Tout a commencé quand j’ai découvert le blog de Leiloona, Bric à Book. J’ai adoré ses conseils lecture. Et à mon tour, j’ai eu envie de tenir un journal de lecture en ligne. C’est ainsi que l’aventure a commencé un 28 décembre 2008, à l’époque où nous n’étions encore qu’une poignée.

Ce blog, c’est un peu chez moi. Même si j’ai des moments de creux dans sa tenue, j’y tiens énormément. J’y ai consigné mes lectures, des textes, des coups de gueule. J’y ai confié des choses souvent, pudiquement, entre les lignes.

           

Antigone : Tu as également publié sous pseudo et en collaboration avec un autre auteur. Peux-tu nous raconter cette expérience d’écriture à 4 mains ?

Stéphanie : Tout a commencé en 2017. Les éditions Charleston m’ont confié le suivi éditorial d’une superbe saga historique (en poche désormais sous l’appellation La trilogie vénitienne). J’ai donc travaillé avec Emma Mars qui en est l’autrice. Enfin l’auteur, car Emma ne cache plus s’appeler en réalité Frédéric. Je pense ne pas trop m’avancer en disant que nous avons beaucoup aimé travailler ensemble. Quelques mois plus tard, Frédéric me contactait. Il avait 30 pages d’un projet extra et ambitieux et il souhaitait qu’on l’écrive ensemble. Je pense que sa proposition est à ce jour ma plus grande fierté. Nous nous sommes régalés à écrire les deux premiers tomes de ce qui devait devenir une série de douze. Puis la maison d’éditions a rendu cette histoire sordide. Je ne m’épancherai pas trop sur cette maison d’éditions qui a déjà fait couler de l’encre notamment sur le webzine Actualitté.

Antigone : Tu as également contribué à la sortie du roman de Joëlle Sancéau Plage Sainte Anne paru aux éditions du 38 en 2017. Peux-tu nous raconter également cette expérience ?

Stéphanie : Joelle et moi participions au même atelier d’écriture virtuel « une photo quelques mots » qui se déroule depuis de longues années sur le blog de Leiloona. Un jour, j’ai lu un de ses textes et je lui ai écrit qu’elle tenait là un début de roman. Elle a fini par se lancer, l’a écrit. Et je lui ai proposé de le défendre auprès des éditions du 38 et de devenir en quelque sorte son éditrice pour pousser le texte encore plus loin. Depuis, elle n’a pas cessé d’écrire et publie désormais chez City. Je suis tellement heureuse de lui avoir donné cette pichenette qui a révélé la romancière.

Antigone : Tu es professeure de Français et tu as décidé cette année de prendre un temps partiel annualisé pour écrire. Cette période vient tout juste de débuter. Quels sont tes projets d’écriture à ce stade ?

Stéphanie : Je n’aurais pas imaginé mon temps partiel en confinement… J’avais décidé d’aller écrire là où je me sens le mieux pour le faire : dans les cafés… Je rêvais d’une liberté propre à la création… J’avoue avoir du mal à m’y mettre.

Néanmoins, j’ai deux projets principaux. Un roman à finir : une histoire d’amour atypique, mais sur un ton différent de ce que j’ai écrit jusqu’à présent. Et un projet qui se lance : une dystopie pour grands ados ; un projet à quatre mains avec Sophie Noel dont j’aime la plumé, l’engagement et la grande sincérité.

Ensuite, ma tête fourmille de plus d’envies et projets qu’une vie entière pourra en contenir.

Antigone : Un grand merci à toi Stéphanie.

Stéphanie : C’est moi qui te remercie de ce bel espace de parole. En espérant venir bientôt fouler le sol des rues de Montaigu.

 

15 commentaires sur “Une fenêtre un auteur… Stéphanie Pélerin

  1. Je me rappelle avec émotion le jour où Stéphanie m’a contactée pour me parler de transformer mon texte pour l’atelier de Leiloona en roman. Au début, j’ai cru à une blague 😆. Elle a été à l’origine d’une belle aventure qui se poursuit pour mon plus grand bonheur. Merci à elle 😘
    Joëlle

    Aimé par 1 personne

  2. Vieux souvenirs avec Albertine (dont le pseudo est excellent) et bravo à elle pour ses romans! (il y en a plus d’un,non?
    Quant à Stéphie, il y aura chateauroux aussi, tu reviens quand tu veux! ^_^

    Aimé par 1 personne

Répondre à coupsdecoeurgeraldine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s