Lectures 2020

Barnum, Virginie Symaniec

Je me suis rendue compte, en cours de lecture, et en farfouillant sur le net, que j’aurais été amenée à rencontrer Virginie Symaniec au festival rue des livres de Rennes, si il avait eu lieu cette année… Virginie Symaniec raconte en effet dans ce livre l’épopée bien intéressante de son aventure éditoriale. Ne trouvant pas de travail malgré son niveau d’étude en histoire, spécialiste de l’histoire du théâtre en Russie et en Biélorussie, Virginie Symaniec fonde en 2013 sa propre maison d’édition, Le Ver à soie. Elle met un point d’honneur à proposer des ouvrages de qualité, superbement illustrés, imprimés sur du papier minutieusement choisi. Mais comment se faire connaître et surtout vendre sa production, quand le système de diffusion et de distribution est si désavantageux pour les petits éditeurs ? Virginie Symaniec accepte alors l’opportunité d’aller vendre sur des marchés des places des villes et des villages, et notamment à Léon, dans les Landes. D’abord abritée sous un parasol rouge, elle investira au bout de quelques temps dans un barnum, signe qu’elle devient une véritable professionnelle des marchés. Tenu comme un journal, Barnum nous dévoile toutes les difficultés rencontrées par Virginie Symaniec pour monter son entreprise, ses erreurs de débutante, les aides reçues, mais surtout les obstacles franchis avec courage, détermination et bonne humeur ! Elle nous permet une immersion étonnante dans le monde des marchands et des forains, dont j’ignorais les règles et les codes. Difficile de vendre des livres quand on est en face d’un stand de culottes qui ne roulent pas ou installé sur le parking (la plus mauvaise place), et que l’on ne vend pas de nourriture, ou de produit de première nécessité. Mais Virginie Symaniec ne perd jamais la foi, fait des rencontres fabuleuses ou déconcertantes, et vend, contre vents et marées, ou plutôt contre bourrasques et intempéries. Un livre au courage joyeux et communicatif.

« 27 mai
Je ne sais pas ce que je préfère : vendre des livres en plein air quand il gèle, vendre des livres en plein air quand il bruine dix heures de suite, ou vendre des livres en plein air quand le bitume fond sous les pieds et colle aux chaussures. Sais pas. J’hésite. »

https://www.leverasoie.com/

Editions Signes et balises – novembre 2019

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

5 commentaires sur “Barnum, Virginie Symaniec

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s