Lectures 2020

Des jours sauvages, Xabi Molia… rentrée littéraire 2020 !

Voici un roman de rentrée qui semble inspiré par nos derniers mois… On rentre donc à tâtons dans cette histoire dont la coïncidence avec l’actualité fait froid dans le dos. Nous sommes en effet dans une période sombre de l’histoire du monde où une grippe mortelle ravage les populations. Une centaine de personnes prennent  alors d’assaut un ferry pour s’échapper. Ils feront naufrage sur une île, vierge de toute habitation. Dans les premiers temps, les naufragés font confiance à l’Amiral, un homme qui a pris naturellement le commandement. Mais, peu à peu, des dissensions apparaissent et bientôt deux clans s’affrontent. Il y a ceux qui veulent quitter l’île et ceux qui veulent rester. Cette situation, qui s’éternise, révèle chez les survivants des instincts primaires, de possession et d’autorité. Les années passent. L’Amiral décède et laisse le commandement à sa fille. Son fils est parti rejoindre le camp des basques, l’ennemi. La situation entre les deux clans se cristallise et la guerre fait rage. Tous les coups sont permis. Ceux qui veulent encore quitter l’île ne savent pas si le monde extérieur a survécu à la grande grippe, ceux qui veulent rester cherchent l’osmose avec le paradis que s’est avéré être leur île… Avec ce roman, l’auteur revisite, en quelque sorte, le mythe de Robinson Crusoé, mais aussi celui de l’enfant sauvage. En effet, il imagine, un peu comme dans la série Lost, ce qu’un groupe disparate d’individus pourrait faire en de telles circonstances, livré à lui-même, obligé d’inventer ses propres règles, de faire avec ce qui est à sa disposition. Et puis, les années passant, il invente ce que peut devenir une population qui a oublié la civilisation, en conserve des souvenirs flous, et décide de modifier son langage et son rapport à la nature. La folie et la mort sont toujours en lisière du campement et guettent les plus faibles. J’ai aimé dans ce roman la manière dont l’auteur a su planter son décor et son ambiance délétère. J’ai par contre trouvé que le récit souffrait de nombreuses longueurs et digressions et perdait peu à peu de son intérêt au fur et à mesure où la situation s’éternisait.

Editions Seuil – 20 août 2020

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5


(clic sur le logo pour retrouver des lectures communes autour de la rentrée littéraire et nous rejoindre)

8 commentaires sur “Des jours sauvages, Xabi Molia… rentrée littéraire 2020 !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s