Divers et blabla·Lectures 2022

Le tricot circulaire, le tissage créatif et mon cours de broderie

Le problème avec cette très récente envie d’emprunter des livres pratiques en bibliothèque est qu’il est difficile de ne pas avoir aussi envie de les garder chez soi ensuite.
Je vous parle brièvement des dernières trouvailles faites, qui peuvent peut-être vous intéresser. 
Tricot circulaire par Kim Chui chez Les Editions Marabout (2018). Ce que j’en ai pensé ? J’ai apprécié les fiches techniques du début et que les modèles soient beaux, simples et se tricotent principalement avec de la laine Drops et Bergère de France. Cela donne un côté abordable à ce livre, pour ceux qui ne s’aventurent pas encore dans l’univers des écheveaux teints à la main. De plus, les laines Drops sont très abordables financièrement aussi. Idéal pour débuter avec des aiguilles circulaires donc.
Le tissage créatif de Sarah Howard et Élisabeth Kendrick chez LTA L’art du fil (2008). Ce que j’en ai pensé ? J’ai aimé les photos et la beauté des tissages proposés très inspirants. Je possède un petit métier à tisser qui ne permet pour autant pas d’exécuter les modèles pour la plupart destinés à un métier à tisser avec peigne envergeur (plus grand). Un ouvrage un peu frustrant donc mais qui m’a donné des idées.
Mon cours de broderie de Marion Madel chez Editions Marabout (2012). Ce que j’en ai pensé ? Ce gros livre est un manuel très complet qui détaille les points, le matériel et offre de nombreux modèles de broderie, mais pas que… Ce sont de vraies pièces que l’on peut parfois réaliser de A à Z. C’est un ouvrage plein de délicatesse et de modernité.

J’ai aimé ces livres, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Lectures 2022

On noie bien les petits chats, Françoise Guérin… dans « la rentrée de janvier »

Onnoie-bien-les-petits-chats_9880

J’ai d’abord rencontré l’écriture de Françoise Guérin, et son univers de thrillers haletants, via le récit des aventures du commandant Lanester. Mais ici, c’est d’un tout autre personnage dont nous faisons immédiatement la connaissance. En effet, Betty est sur le point d’accoucher… Sincèrement, je ne crois pas avoir jamais lu auparavant le récit d’un accouchement aussi difficile, douloureux, violent. Ce roman est un choc dès les premières pages. Ce n’est pourtant que le début des ennuis de Betty, dont le mari a apparemment été enlevé lors d’une mission en Somalie, et qui se rend compte qu’un inconnu a baptisé son fils Noé, sans son autorisation. L’inconnu rôde dans l’hôpital, l’agresse à plusieurs reprises, s’en prend à ceux qu’elle aime. Que se passe-t-il ? La jeune femme a du mal à se faire entendre. Elle est heureusement admise au sein de l’unité mère-bébé où exerce un psychiatre qui l’écoute, secondé par une équipe bienveillante. Car dans tout ce capharnaüm, Betty n’a pas encore vraiment « rencontré » son bébé. Et peu à peu, la mémoire lui revient, des traumatismes de l’enfance, mais aussi de l’identité de son persécuteur… L’écriture de Françoise Guérin, précise et d’une grande force, décrit à merveille la détresse de Betty, faisant face à un accouchement traumatisant, puis à un harcèlement incompréhensible. Le lecteur se met à la place de cette jeune femme démunie, qui ne demande qu’à être avec son fils, son mari, en sécurité. J’ai beaucoup aimé ce personnage, mais aussi tous les thèmes que Françoise Guérin aborde, comme l’accueil fait aux femmes en maternité et le travail psychanalytique. On ressort de ce roman, sonnée par cette quête de la vérité, prenante et originale, mais aussi persuadée qu’un accompagnement des jeunes mères plus profond serait essentiel. J’ai repensé à mon passage en néonat avec mon fils et j’ai trouvé que tout dans le fond de ce thriller était vraiment criant de vérité. Une des très bonnes surprises de cette rentrée de janvier !

« On ne te croira pas. Tu n’as ta place nulle part. Tu es nulle. Cette fichue certitude à laquelle tu ne parviens pas encore à renoncer et qui, fatalement, modèle ta façon de dire. »

Editions Eyrolles roman – 20 janvier 2022

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Ma lecture de A la vue à la mort & Cherche jeunes filles à croquer

Une autre lecture chez… Alex

Coups de coeur·Lectures 2022

Nos mains dans la nuit, Juliette Adam… coup de coeur et « rentrée de janvier » !

nosmainsdanslanuit

❤ On peut être « fille de » et avoir un talent fou. En effet, il s’agit du deuxième livre que je lis de Juliette Adam et je suis de nouveau sous le charme. J’ai même eu d’ailleurs un gros coup de coeur pour ce roman qui m’a fait passer par de multiples émotions… Le genre de lecture que l’on ponctue par des « mais qu’est-ce que c’est bien » ou des « c’est un régal », et pour laquelle on laisse le reste tomber sans hésiter, pour quelques heures privilégiées… Zoé est une jeune étudiante, venue passer l’été en famille, dans la ville côtière où elle a grandi. Elle travaille pour la énième année consécutive comme serveuse dans un salon de thé. La solitaire Zoé, ancienne enfant populaire, devenue une jeune fille pleine de doutes, est constamment traversée de pensées parasites et d’inquiétudes. Emilie, son ancienne voisine, presque sa soeur, qui était là pendant sa jeunesse a déménagé brutalement il y a quelques années, et a littéralement disparu. Le mystère autour de ce départ précipité hante depuis son esprit. Mais Zoé s’inquiète aussi beaucoup pour son frère, instable, pour sa mère, fragile psychologiquement et s’interroge sur ce père, qui semble absent même lorsqu’il est là. Heureusement, son ami Tristan l’entoure de son amitié, avec son projet de court métrage, et sa certitude pour ses talents d’actrice. Lorsqu’Emilie refait tout à coup son apparition, tout est chamboulé. Zoé va-t-elle enfin avoir des réponses ? Va-t-elle de nouveau pouvoir respirer et profiter d’une jeunesse, qui pour l’instant semble lui échapper ?… J’ai été émue par ce personnage, et par les paysages que Juliette Adam nous fait traverser. Elle s’intéresse là à une période extrêmement fragile de la vie. Etre jeune adulte, c’est parfois regarder ainsi son passé comme un objet un peu encombrant, vaciller sur un présent étroit et beaucoup douter de l’avenir, cette chose informe et incertaine. Ce roman est sans concessions mais également d’une grâce certaine. C’est poignant et troublant. Un très beau roman.

 Editions Fayard – 5 janvier 2022

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Ma lecture de Tout va me manquer

Lectures 2022·Objectif PAL

Comment vivre mieux ?, le 1 … mon objectif pal du mois !

comment vivre mieux

Ouvrage collectif sous la direction d’Eric Fottorino

Le 1 est un journal, lancé en 2014 par Eric Fottorino, qui traite chaque semaine d’une grande question d’actualité via le regard d’écrivains, de chercheurs, de philosophes… Le 1 sort aussi quelques hors-séries, comme celui dont je vais vous parler aujourd’hui, qui sont en général d’un format et d’une pagination différentes. J’ai sorti ce hors-série de ma vieille PAL ce mois-ci car son titre m’a semblé coller avec mes préoccupations du moment, une certaine lassitude peut-être de la situation présente, des questionnements, des envies de changement, le désir de tirer le meilleur de ma vie (rien que ça)… Comment vivre mieux ? A lire les différents textes, expériences et témoignages recueillis dans ce livre, on peut en arriver à la conclusion que « mieux vivre » a à voir surtout, en définitive, avec la gestion de son temps, ralentir. Mais on peut aussi améliorer sa vie en mangeant mieux et en respectant son environnement (l’environnement en général d’ailleurs). Il est bien également de se poser la question du plastique, de comment éviter les grandes surfaces, les écrans… et voir ce qui arrive. Et puis, pourquoi pas, sauter le pas et rêver de changer de vie. J’ai été sensible à toute la thématique sur le thème du temps, car c’est une donnée que j’essaye depuis longtemps de maîtriser (l’utilisation d’un bullet journal m’aide beaucoup en ce sens). J’ai été très intéressée par le chapitre qui se préoccupe du sucre et du bien manger. Mais j’ai surtout aimé la conclusion de Jean Viard, sociologue, qui exprime le fait que rêver de changer de vie est déjà beaucoup, même si le basculement ne se fait pas, car c’est s’accorder déjà une certaine liberté, un autre chemin potentiellement possible, et le droit à l’imaginaire. Ce hors-série a été publié en 2019, la plupart des textes sont de 2018, mais j’ai trouvé sa lecture d’une actualité brûlante et extrêmement intéressante.

Editions Philippe Rey éditeur –  septembre 2019

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une lecture pour le challenge…

objectif pal

Lectures 2022

Pas la guerre, Sandrine Roudeix… dans « la rentrée de janvier »

A la suite d’une résidence d’écriture en Seine-Saint-Denis, il y a de nombreuses années, Sandrine Roudeix a l’idée d’un texte court, qui peu à peu s’est étoffé pour former ce texte long, un roman. Il a pris racine dans ses trois identités de femme, de fille et de française d’origine espagnole… Une dispute vient d’éclater entre Assia, 24 ans, de parents marocains, et Franck, 25 ans, qui a grandi à Paris. Une dispute qui a commencé au creux des draps, pendant l’amour, et se poursuit ensuite au salon, où Franck rumine ses ressentiments sur le canapé, en s’acharnant sur un jeu vidéo. Le lecteur a les deux versions du duel, au départ silencieux, qui se joue, après la sidération du mot de trop prononcé. Dans une histoire d’amour, chaucun arrive avec son bagage, son histoire, sa capacité ou non à faire de la place à l’autre. Et c’est tout cela qu’explore Sandrine Roudeix dans ce roman en huis clos, qui ressemble presque à une pièce de théâtre. Mais est-t-on dans une tragédie ? Ou dans une pièce de boulevard, quand soudain quelqu’un frappe à la porte ? Chacun joue sa partition, lance à l’autre un monologue dont il ne mesure pas la portée. C’est le moment où ressort la violence et la difficulté à aimer. C’est le moment où tout pourrait basculer, où la rupture pourrait s’engager et devenir définitive. Assia et Franck s’aiment-ils suffisamment pour éviter la guerre ? Ce n’est pas le premier roman de Sandrine Roudeix que je lis et c’est toujours un plaisir de la lire, une surprise. De plus, j’aime son écriture, toujours d’une grande subtilité. J’ai sans doute eu plus de mal par contre cette fois-ci à me projeter dans l’histoire de Assia et Franck, très éloignée de moi, un problème de génération sans doute. Ce qu’il faut d’air pour voler m’avait beaucoup plus touché. Mais j’ai hâte de continuer à découvrir où le cheminement d’écriture de Sandrine Roudeix va continuer à nous emporter.

Editions Le passage – 6 janvier 2022

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

 

Lectures 2022

Incroyable, Zabus & Hippolyte… coup de coeur et ma BD de la semaine !!

incroyable

❤ Il était impossible que je ne vous parle pas de cet album pioché en bibliothèque. C’est en effet un petit bijou de tendresse. Nous sommes en Belgique, dans les années 1980. Jean-Loup est un jeune garçon, un peu différent, qui souffre de tocs, liés sans doute à sa solitude et à l’absence de sa mère. Lorsqu’il rentre de l’école, il se lance des défis d’enfant, compte et se donne des points, pour se motiver. Sa chambre est remplie de fiches sur différents sujets qui démontrent sa grande curiosité. Pour autant, il a aussi une incroyable imagination. Lorsque le jour des exposés arrive à l’école, il fascine ainsi son auditoire en improvisant sur la manière dont sont enterrés les morts de par le monde alors qu’il a oublié son premier et véritable sujet à la maison. Devant son succès retentissant, sa maitresse lui propose de participer au concours régional des exposés. C’est un défi pour Jean-Loup qui doit surmonter ses angoisses et ne peut pas compter sur son père, un véritable courant d’air. Heureusement, son parrain est là, qui prend le relais, à sa manière, touchante et désordonnée… Je suis rentrée à petits pas dans cette histoire. D’ailleurs, dans les premières pages, Jean-Loup est dessiné tout petit, comme une miniature. Mais peu à peu, tout ce que ce petit garçon particulier a à offrir prend de l’ampleur et voilà qui est très touchant. J’ai refermé cet album le coeur battant, séduite tout autant par ses dessins que par son histoire, admirative de l’intelligence de l’ensemble.

 

Editions Dargaud – avril 2020

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Mo

Tous les autres liens sont chez Noukette aujourd’hui