Coups de coeur·Lectures 2022

Chef, Gautier Battistella… coup de coeur !

chef

❤ J’ai eu la chance de recevoir la sélection 2022 du Prix Relay des Voyageurs lecteurs cette année. Merci aux organisateurs pour leur confiance renouvelée ! Le premier titre sorti est celui-ci car j’ai tout aimé de ce que j’ai lu pour l’instant de Gautier Battistella. Et je n’ai encore une fois pas été déçue car ce livre est de nouveau un coup de coeur de lecture pour moi ! J’aime décidément son écriture et sa manière de raconter les histoires, ce petit quelque chose de cruauté qui existe dans la vie et qu’il n’hésite pas à inclure dans ses récits… Paul Renoir vient d’être sacré « meilleur chef du monde » lorsqu’il met fin à ses jours avec son fusil de chasse. Tout le monde est sous le choc, et surtout la brigade des Promesses, le restaurant trois étoiles du Guide.  Il n’est pas le premier chef malheureusement à effectuer ce geste fatal. Est-ce la pression des étoiles ? Ce portrait que Netflix était en train de tourner sur lui ? Ou alors la tension financière que met Natalia, sa veuve, dans leur affaire ? Les ennemis aux abois se dévoilent rapidement, alors que le sous-chef, Christophe, déploie tous ses talents pour sauver le restaurant. Le monde de la gastronomie française est en deuil. Le roman en profite pour raconter son histoire via le destin personnel et particulier de Paul Renoir, une histoire faite de tradition et de recherche perpétuelle de nouveauté, où tous les coups sont permis, ou presque… Je ne m’attendais pas à être aussi happée par ce livre, par son intrigue, mais aussi par la passion communicative du personnel des cuisines pour leur métier. J’ai beaucoup pensé à la ferveur du dessin animé Ratatouille. Gautier Battistella, journaliste gastronomique au guide Michelin pendant quinze ans, a côtoyé ce monde particulier des grands chefs, cela se sent dans sa connaissance du milieu, des plats, mais également dans son talent d’écriture, incisif et brillant.

  Editions Plon – 2 mars 2022

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Un titre de la sélection 2022 du Prix relay des Voyageurs lecteurs

Lectures 2022

La digue (Blackwater t2), Michael McDowell

La-digue_2610

Traduction de l’anglais (États-Unis) par Yoko Lacour avec la participation de Hélène Charrier. Illustration de couverture par Pedro Oyarbide. 

Je viens de terminer le second volet de la série Blackwater, qui connaît un grand succès. Bien qu’appréciant toujours énormément ma lecture, je reste un peu étonnée de l’engouement suscité. En effet, le style du récit est assez lent, descriptif, le suspens ténu. Mais, comme toujours, les couvertures de Monsieur Toussaint Louverture étant superbes, elles méritent à elles seules amplement un achat, je le conçois… Dans ce second volet, vous l’aurez compris, il est essentiellement question de la digue, censée protéger Perdido d’une nouvelle crue (voir le premier tome). L’ingénieur, chargé de son élaboration et de sa construction, vient d’emménager chez Mary-Love, jamais à court d’idées pour ennuyer sa belle-fille, Elinor, totalement opposée au projet. Pour cette dernière, il n’y aura plus jamais de crues et il n’est pas bon de déranger ainsi le cours d’une rivière. Sister, la fille de Mary-Love est un personnage qui prend de l’ampleur dans ce second volet, et sa mère n’avait pas vu le danger, et les changements, venir de ce côté. L’énorme chantier transforme la physionomie de la ville. Elinor grince des dents et prend son mal en patience… Ce second tome est toujours emprunt de l’atmosphère semi fantastique qui régnait dans le premier, ce qui n’est pas désagréable, car elle est vraiment traitée de manière très subtile.  J’ai cependant été moins emballée par ce second volet, moins étonnant et moins pourvu de rebondissements, ce qui pour autant ne m’empêchera pas d’acheter le troisième tome, je pense. J’aime bien l’idée de suivre cette famille entourée d’arbres et de boue comme une saga ou un feuilleton d’été.

Editions Monsieur Toussaint Louverture – 22 avril 2022

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

 

Instagram

C’était juillet

Il est temps que je vous raconte mon mois de juillet, via d’abord vos deux photos préférées sur mon compte Instagram @antigoneheron. Vous avez particulièrement aimé ce mois-ci que mon mari me prenne en photo en pleine lecture, pendant les vacances, et ce concours pour gagner le Prix Relay 2022 (concours terminé).

17/07 – Une photo de moi par an c’est amplement suffisant. Porter une robe aussi 😄. Bref, me voici, très concentrée dans ma lecture, une photo prise par monsieur à mon insu sur la plage ce matin.  67 ❤ | 28/07 – 🎁 Un livre à gagner 🎁 Bonjour à tous ! La box du 45eme prix des @voyageurslecteurs vient de débarquer chez moi avec son alléchante sélection. Merci @agence_pressforyou ! Et on m’a proposé de vous donner la chance de gagner deux exemplaires du titre gagnant de cette année : 555 de Hélène Gestern chez @editionsarlea !!– 67 ❤

En juillet, il y a eu aussi…
* des vacances en Bretagne donc, mais aussi un petit tour à La Gacilly, Rochefort en terre et La Rochelle ;
* une exposition à Landerneau avec notre fille qui fêtait ses 21 ans. Expo Ernest Pignon Ernest à @fhel.landerneau, mais aussi promenade dans les ruelles, crêperie et de retour à Brest un passage chez @librairie.dialogues. J’ai craqué à mon tour pour le premier tome de la série qui fait fureur en ce moment… Quelle belle couverture @monsieurtoussaintlouverture !!  ;
*  la fin du châle Rosaline et des chaussettes Aulne de ma dernière box @dufilaretordrebox. Ne sont-elles pas ravissantes ? La laine, coloris « Into the wild » est une laine fingering 80% mérinos SW et 20% nylon de chez @une_louve_dans_les_bois.

Récapitulatif des lectures chroniquées en juillet (un clic sur les couvertures pour retrouver mes billets :

ida1 leslendemains lenfantetlemaudit

labdetletemps laou duneaubealautre

Blackwater-tome-1--La-Crue_4979 lapatiencedestraces MORTELIMPREVU

 

Lectures 2022

Mortel imprévu, Dominique Monféry (BD)

Il me reste quelques albums à lire dans ma PAL cet été, très peu car en général je les lis assez rapidement. La couverture de celui-ci m’avait attirée… Bienvenue ici dans ce qui a créé la mythologie de l’Amérique : le rêve du nouveau départ, l’attrait de la richesse, la violence ! Edith a quitté Londres où elle était mariée à un médecin qui la battait. La voici en Amérique, terre pleine de promesses. En Californie, elle devient femme de chambre et tombe amoureuse de Hans, le charpentier. Celui-ci l’incite à le suivre dans le grand nord canadien pour exploiter des gisements d’or. N’écoutant que ses sentiments, la voici donc quelques temps après installée là-bas avec trois autres hommes. Et le bonheur coule en effet des jours heureux, jusqu’à ce que… J’ai bien aimé, dans cet opus, les dessins et la manière de l’auteur de raconter son histoire. L’épisode qui met en scène une confrontation entre les humains et les loups est très bien rendue. Malgré tout, il n’y a rien de très original dans ce scénario qui fait pâle figure par exemple à côté des Racontars du froid de Jorn Riel. L’escalade de la violence y manque pour mon goût d’un peu de subtilité. Je pense que j’ai fait avec ce titre une petite erreur de casting. C’est un album qui plaira très certainement aux adeptes de cette période de l’histoire.

 

Editions Rue de Sèvres – 11 mai 2022

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 5 5