Divers et blabla

Tully

Le thème de l’épuisement maternel m’intéresse depuis longtemps… On en parlait peu quand mes enfants étaient petits. A l’aube de l’an 2000, être mère était devenu presque une fin en soi pour les femmes, qui se devaient d’en être obligatoirement épanouies, au risque sinon d’être regardées de travers et taxées de mauvaises mères. Hors du baby blues qui pouvait être éventuellement diagnostiqué, il n’y avait pas de place pour le doute, les angoisses et la fatigue. Je suis contente de voir que les mentalités évoluent un peu, et qu’aujourd’hui la maternité est prise dans toute sa complexité… Le film ci-dessous peut sembler un peu excessif, voire négatif, mais en fait il ne l’est pas du tout. Je l’ai trouvé plein d’espoir. Il donne envie d’aimer ses enfants, tout en continuant à ne pas s’oublier… Charlize Théron y est remarquable. A voir !

Résultat de recherche d'images pour "tully"

Publicités
Divers et blabla

Message de service

Depuis hier, je demande, via un sondage sur Facebook, si un retour au « Je » dans mes chroniques, sur ce blog, serait apprécié… Depuis hier, vous me dîtes plein de jolies choses qui donnent aux raisons pour lesquelles j’ai adopté ce « Tu » protecteur (il y a de cela plus d’un an) de moins en moins d’importance. Myriam Chirousse a raison (merci à elle), « ce  « tu » est tellement proche et tellement distant à la fois : on se décolle de soi et en même temps on se parle à l’oreille... » Il a été là au bon moment, pour prendre de la distance effectivement, repousser au maximum ce qui m’empêchait d’écrire, m’adresser à mon pseudo en une sorte de dialogue interne. Mais le procédé pouvait s’avérer déstabilisant, étrange à la lecture et pas forcément lisible comme je voudrais que mon blog le soit, par tout le monde.

A l’heure où j’écris ces lignes, le petit sondage totalise 60 votes : 14 pour le « Tu » et 46 pour le « Je ». Merci aux très fidèles du blog qui avaient fini par s’habituer et reconnaissaient ainsi mon écriture, elles ont voté pour le « Tu ». Je vais essayer de garder, pour elles, mais surtout pour moi, le même ton (il m’allait bien), avec ce nouveau « Je », synonyme certainement d’une plus grande confiance en soi.

Bref, vous êtes formidables, je vous aime et j’ai de la chance de vous connaître. Allez, maintenant, je navigue à nue. Merci à vous !

Divers et blabla

Ton Printemps du Livre de Montaigu 2018

IMG_20180414_192935_155

Tu n’avais pas l’intention de raconter ta journée de samedi au Printemps du Livre de Montaigu... Après bientôt quoi… 12 ans de blog, tu deviens presque un peu paresseuse du billet récap’. Et puis non, l’envie a été la plus forte de vous raconter les délicieuses rencontres de ta journée et son rythme fou fou fou !! Il a bien changé (nostalgie quand tu nous tiens) ce petit salon où même ton père autrefois tenait son stand de philatélie avec ses comparses, et où les auteurs étaient peu nombreux et attendaient souvent un peu le chaland. Tu y étais venue une fois en compagnie d’Anne (l’Insatiable), et la tente trônait plutôt à l’époque près des vieux remparts et de l’hôtel de ville. Aujourd’hui, c’est un des rendez-vous les plus attendus de l’Ouest. Et ton ex-collège fait son fier derrière les vitres pimpantes du Théâtre de Thalie. Qui peut deviner qu’à dix ans tu as appris à nager, frigorifiée, dans la piscine non couverte qui se tenait à sa place ? Qui peut deviner tes étés et les glaces pop à la framboise englouties là, la serviette encore mouillée autour de tes épaules, et ta bicyclette bleue prête à être enfourchée posée contre les buissons ? Mais tu t’égares… quoique. En réalité, on n’échappe à rien quand on revient au pays de son enfance. C’était amusant aussi, ce déjeuner au Galetas, (ce fameux restaurant plein à craquer des samedis soirs de ton adolescence, car à deux pas du cinéma tout neuf) en compagnie cette fois-ci de Violaine et de son groupe des Cholecteurs (Laure Manel en guest star). Un repas très rapide, mais où tu as eu le temps de faire connaissance et de prendre des rendez-vous. Merci à Violaine pour son invitation et sa passion pour les livres et les rencontres !! Ensuite, tu as retrouvé tes copines de salon avec lesquelles tu commences à prendre depuis trois ans de chouettes habitudes, Sandrine (actuellement en promenade) et Carole (elle en escapade), tout en passant par la rue où tu as raté ton permis la seconde fois (sur quatre tentatives) et devant ton ancien Lycée (la cour toujours identique, avec ses grandes grilles infranchissables).  Tu as laissé malgré tout Sandrine et Carole quelques minutes, embourbées dans une immense file de dédicace pour au moins un quart d’heure, pour aller embrasser rapidement Sonia David, l’auteure de David Bowie n’est pas mort, que tu voulais absolument voir. Un de tes trois choix Price Minister de la rentrée 2017. Quelle joie de savoir qu’Antigone a aidé, un peu, son livre à trouver ses lecteurs. Merci à elle pour son enthousiasme et sa gentillesse !! Ensuite, tu t’es jetée (presque) sur Clarisse Sabard en souvenir du déjeuner de l’an passé, pimpante comme toujours et si délicieuse, qui t’a dédicacé un livre que tu comptes offrir bientôt… Merci merci. Tu as eu le temps également de dire un grand bonjour à Sophie Adriansen, dont tu aimes tous les livres. Tu es repartie avec son dernier titre destiné à la jeunesse, Lise et les hirondelles. (Bravo Sophie !! Je suis fière de te connaître et de te retrouver sur ce salon.) Il était temps de retourner auprès de Sandrine et Carole, quand tu as croisé la route de Mumu dans le bocage. La discussion a été animée, enthousiaste, et pleine de projets. Tu lui as parlé de Sonia David et bref, un livre a été dédicacé un peu plus tard (photo à l’appui dans l’après-midi)… 😉 Ensuite, tu n’as plus quitté tes deux acolytes et tu as perdu le contrôle de ta carte bleue… avec Jo Witek et Diane Peylin. Le temps de dire à Amélie Antoine (Les secrets), entre temps, tout le bien que tu as pensé de son dernier livre. Et à Sophie de Mullenheim, combien ta fille avait aimé le Gipsy Book 1, acheté l’an passé sur un coup de bluff. Elle l’a tellement aimé qu’elle n’a pas attendu le salon pour acheter le deuxième d’ailleurs. Tu as appris qu’un troisième tome verrai le jour cette année !! Chic chic. Petite entrevue rapide près du stand St Exupéry avec Mes échappées livresques, qui était là aussi. Tellement ravie d’avoir pu échanger si facilement malgré la difficulté de se retrouver sans se connaître (je suis la fille avec un T Shirt couleur bordeau à fleurs ?) !! Bien envie d’avoir l’occasion de se revoir. Difficile ici de reproduire la foule, la chaleur, les envies qui sautent de toutes les piles de livres, de décrire Sandrine aux prises avec une dédicace BD en train de sécher… et notre fou rire quand Olivier Norek fait soudain le show avec Bernard Werber, pile devant elle. Tu avais fait dédicacer juste avant Entre deux mondes. Tu avais papoté un peu avec Olivier Norek (charismatique), parlé de ton blog… et visiblement il voyait qui tu étais, les petits bottes rouges (pour de vrai ?). Malheureusement, tu n’as pas eu le temps de creuser la question… Bref, cette journée a été encore une fois très riche, une journée où tu as aussi beaucoup parlé de la nouvelle librairie qui vient d’ouvrir aux Herbiers (85), Les Fringales littéraires (hâte d’y aller), et où on t’a beaucoup parlé aussi de ce « Tu » étrange que tu utilises (il vient de là). Bien évidemment, la prochaine fois, tu te promets encore de revenir sur deux jours, ce serait mieux (sauf pour ton budget livres, bien entendu, et ta PAL) !!

Aucun texte alternatif disponible.   L’image contient peut-être : 3 personnes   L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes debout et intérieur

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises   L’image contient peut-être : 1 personne, assis   L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises, table et intérieur

                                                                 L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes souriantes, lunettes

Divers et blabla

Mazarine Book Day #3

Vous vous souvenez peut-être du Mazarine Book Day #2 ? [clic ici pour se remémorer l’épisode précédent]

Pour la troisième année consécutive, les Éditions Mazarine organisent le Mazarine Book Day : un pitch, un texte, trois jurys, 20 minutes pour convaincre… et peut-être une chance d’être publié !
COMMENT PARTICIPER ?
1. Vous vous inscrivez au Mazarine Book Day en remplissant le formulaire sur le site éditeur [ici].
2. Vous téléchargez la fiche destinée aux jurys  :
FICHE modèle
FICHE à compléter
– après l’avoir imprimée, complétée et scannée, vous la renvoyez par mail à l’adresse suivante : mazarinebookday3@editions-fayard.fr
– ET vous l’apportez avec vous le jour J.
3. RENDEZ-VOUS le samedi 17 mars 2018 à partir de 13h30 à L’Alcazar avec le pitch de votre livre et un chapitre (sans votre manuscrit). Vous présenterez votre roman pendant 10 minutes à un membre du jury blogueur (dont je ferai partie), puis pendant 10 minutes à un membre du jury éditeur et un libraire.
4. Détendez-vous, rencontrez les équipes et les auteurs Mazarine dans une ambiance joyeuse, bienveillante et conviviale !

C’était chouette l’année dernière. Et tu parleras bientôt sur ce blog de la lauréate de l’édition de l’an passé, Laure Rollier, dont le roman Hâte toi de vivre sortira en librairie le 28 février. Ravie de vous rencontrer  prochainement !

              

Divers et blabla

Prix Sncf du Polar 2018

En ce moment, tu prends le train… et tu aimes y ouvrir ton livre en cours. Et tu n’es pas la seule. Hier, par exemple, tes deux voisines ont sorti le livre de poche qu’elles avaient dans leur sac pour s’y plonger. Tu as reconnu un Pancol à droite, et à gauche… mystère. Le train est effectivement un des lieux privilégiés de la lecture. Voilà sans doute pourquoi, depuis 18 ans, la SNCF organise son PRIX SNCF DU POLAR. L’édition 2018 a déjà pris la route depuis le 5 octobre 2017 et se terminera le 31 mai 2018. 17 oeuvres sont en compétition : 5 titres dans la catégorie « romans », 5 « bande-dessinées » et 7 oeuvres dans la catégorie « court métrage ».

Si vous êtes amateurs de polars, vous êtes invités à découvrir la sélection de cette année et à aller voter pour votre titre préféré sur le site https://polar.sncf.com

40 événements ont lieu tout au long de l’opération partout en France et notamment lors du Festival International de la BD d’Angoulème (du 25 au 28 janvier) où un Prix Fauve Polar Sncf sera remis.

De ton côté, on t’a proposé de découvrir un des albums de la sélection, et ton choix s’est porté sur ce titre de Miles Hyman, La loterie, car la couverture (au dessin à la Hopper) t’intriguait grandement. Après Le Dahlia Noir, Miles Hyman adapte un nouveau grand classique de la littérature américaine, qui s’avère être l’adaptation d’une nouvelle (très sombre) écrite par sa grand-mère Shirley Jackson en juin 1948. Tu n’avais jamais entendu parler de cette nouvelle ni de la polémique que sa publication dans le New Yorker Magazine avait provoqué à l’époque. Et effectivement, malgré l’intérêt très grand que tu as eu au départ pour le dessin, l’atmosphère de cette histoire s’est avérée très vite dérangeante et oppressante, mystérieuse. La fin laisse un goût amer qui poursuit longtemps, marque certaine d’un impact fort, mais qui ne fait pas pour toi de cet album un de tes préférés (loin s’en faut). Mauvaise pioche, donc. Cependant, la postface, qui explique le contexte de la publication de la nouvelle La loterie est grandement intéressante. Cette nouvelle est étudiée dans les écoles aux Etats-Unis et fait figure d’oeuvre classique. A l’instar du film La vague (que tu avais vu et lui beaucoup aimé), sommes-nous donc toujours prêts, effectivement, à regarder en face ce qu’il y a de pire en nous ?

Editions Casterman – Septembre 2016

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Mumu

Allez, rêvassons un peu avec Edouard Baer…

Divers et blabla

Joyeuse année 2018 !

Il est temps de présenter à tes lecteurs du blog tous tes meilleurs vœux pour cette nouvelle année !! 

Ici, dans les semaines qui viennent, vous trouverez quelques lectures de la rentrée littéraire d’hiver, moins médiatisée que celle de septembre, mais souvent pleine de belles œuvres. Dès demain, il sera question du dernier roman étonnant (et détonant) de Frédéric Beigbeder. Tu gardes la surprise sur les autres titres que tu as déjà lu, et sur ceux que tu vas choisir bientôt en librairie.

Que 2018 vous soit douce… et littéraire !!