Lectures 2017

L’appel de Portobello road, Jérôme Attal

Lors du Printemps du livre de Montaigu, en avril dernier… tu as répondu à l’appel de Portobello road [clic ici], depuis le temps que tu voyais l’auteur passer des coups de fil sur ses petites vidéos sympathiques postées sur les réseaux sociaux. C’est toujours un bien agréable moment que d’aller papoter avec Jérôme Attal dans un salon du livre (vous devriez essayer), et tu as eu droit à une bien jolie dédicace accompagnée du dessin colorié d’une jonquille (en référence à son roman précédent). Bon, tu as mis un peu de temps à ouvrir ce livre (désolée Jérôme Attal), ce qui vous laisse imaginer le retard pris dans tes lectures et la taille de ta PAL urgente. Dans les premières pages de ce roman, nous rencontrons Ethan, musicien de son état, la quarantaine. Un beau jour, il reçoit un appel étrange de ses parents, pourtant disparus depuis deux ans. Sa mère conclut leur brève conversation sur ces mots « On voulait te demander, papa et moi, si tu pouvais dire à ta sœur qu’on pense à elle tous les jours. » Le hic, c’est qu’Ethan est depuis toujours fils unique. Le voici donc bien troublé. De la découverte d’une photographie – peut être révélatrice – à sa conversation avec une tante plus ou moins atteinte d’Alzheimer, le voici persuadé ensuite que sa sœur s’appelle June et travaille en Belgique dans une entreprise de porcelaine anglaise. Il entreprend donc d’aller à sa rencontre. Commence alors un périple épique, à bord de la Triumph jaune de son meilleur ami… Et toi lectrice, tu t’es laissée embarquer assez vite dans cette fantaisie qu’est ce roman, où le réalisme cède vite la place au fantastique et à l’absurde. Ethan fait de drôles de rencontres sur son parcours, des pom-pom girls, des routiers fans du jingle météo qu’il a créé, puis il est l’invité d’une grande fête burlesque et se retrouve assis au petit-déjeuner près du fantôme d’une chanteuse iconique. Et c’est amusant comme à un moment on sait que l’on a mis depuis ce coup de téléphone étrange, depuis le début donc, le pied dans un rêve éveillé qui mélange l’espoir, le doute et le chagrin. Tu as eu le sentiment par moments d’être tombée dans le Pays des Merveilles (juste au moment du thé) ou dans un film avec Mathieu Almaric, un peu déjanté et poétique, obscur. Tu n’es pas certaine que ce roman plaira à tout le monde, ni d’avoir tout saisi, mais tu en as aimé les images, et tu as compris quand même quelque chose de cette quête…

« Et si c’était juste une façon d’échapper à toute cette merde qui ne mène nulle part ? demanda Ethan. Le succès qui ne vient pas. Les histoires d’amour. Le deuil des choses douces. La tendresse qui ne reviendra plus. Les impasses au quotidien.
– Échapper, c’est bien, dit Sébastien. C’est produire de la nouveauté. »

Editions Robert Laffont – mars 2017

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

D’autres lectures chez… Babélio

Publicités
Lectures 2017

La Ballade de l’enfant gris, Baptiste Beaulieu

Tu as croisé deux fois Baptiste Beaulieu en chair et en os cette année [clic] … il était donc grand temps pour toi de découvrir son dernier roman. Et c’est assez spécial de faire ce chemin inhabituel, rencontrer l’auteur après avoir rencontré l’homme. De plus, tu savais que Baptiste Beaulieu était aussi (et surtout) médecin, et qu’il était question d’enfant malade dans ce titre. Est-ce pour cela que tu as tant tardé à l’ouvrir ? Sans aucun doute. Et tu as eu tort. Car loin de l’hôpital où Noah souffre effectivement, et meurt peu à peu de cette maladie qui rend les enfants gris, Baptiste Beaulieu nous emmène en balade à Rome, puis à Jérusalem, et ce livre se révèle être également … un tourbillonnant voyage. Mais reprenons… Jo’ est interne en pédiatrie, et No’ est cet enfant de sept ans dont il s’occupe et que sa maman délaisse atrocement. A-t-elle ses raisons ? Peut-être. Mais le personnel la juge sévèrement car son attitude est très dérangeante, et le petit Noah est en grand danger, ses jours sont comptés. Puis, ce qui devait advenir arrive, et Jo’ se retrouve avec le petit fantôme de Noah collé à ses basques. De quoi devenir fou. Alors, Jo’ décide de partir sur les traces de cette mystérieuse mère, Maria, afin de rendre l’enfant (et son âme errante) à sa mère et de reprendre une vie normale. Le voici donc à Rome où il découvre la présence récente d’une Maria jeune femme et amoureuse, puis à Jérusalem où tous les bonheurs et tous les drames semblent pouvoir advenir. Comment donner de l’amour ? Comment empêcher les enfants de souffrir ? Comment accepter tous les destins et toutes les manières de vivre ? Comment aider ? Jo’ rencontre et se regarde dans le miroir, apprend à se voir tel qu’il est aussi, un jeune homme qui ment, et devrait apprendre à mieux aimer. Baptiste Beaulieu livre ici un très beau récit en forme de conte, émouvant et sensible, foisonnant, qui n’a pas laissé indifférent ton petit coeur tout mou de lectrice. Tu as aimé les beaux portraits dessinés, les instants forts en émotion, te perdre aussi parfois dans la chronologie et le réel/fantastique de ce livre. Une très belle lecture, qui a eu le goût toujours merveilleux de l’inattendu.

« Peut-être les fantômes d’enfants n’attrapent-ils jamais rien. Pas plus les pigeons morts que vivants, ou l’amour, ou le temps qui passe ou autre chose. C’est comme ça. »

Editions Mazarine – septembre 2016

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture… chez Virginie

Lectures 2017

Les syllabés ~ La poule qui pond

        

Tu avais déjà parlé sur ton blog du très chouette journal Albert [clic] de chez La Poule qui pond. Il s’avère que tu as été la destinataire, dans le même paquet, de très jolis albums que tu souhaites présenter brièvement ici aujourd’hui. Car en effet, les albums d’apprentissage à la lecture de chez La poule qui pond sont assez spécifiques, et ont la particularité d’être syllabés.  La mise en page particulière (ainsi que vous pouvez le voir ci-dessus), en marquant chaque syllabe par un changement de couleur, en soulignant par exemple aussi les lettres muettes, en marquant visuellement les liaisons, en utilisant une police spéciale, a pour but de faciliter l’apprentissage de la lecture, et notamment celle des enfants dyslexiques.
Ces albums sont magnifiques. Personnellement, tu as adoré l’esthétique de ceux reçus. De catastrophe en catastrophe est passé dans les mains d’un enfant de ton entourage et a reçu un bon accueil. En partageant tes photos sur les réseaux sociaux, tu as cru comprendre que de tels albums étaient assez rares, de même que le matériel, en général, destiné aux enfants dyslexiques.

Tu es donc heureuse de présenter aujourd’hui ce catalogue spécifique de cette maison d’édition pour la jeunesse de Clermont-Ferrand, que l’on peut consulter dans son intégralité [ici]. N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site de cet éditeur qui explore aussi plus largement les peurs et l’imaginaire des enfants.

Résultat de recherche d'images pour "la poule qui pond syllabés"

Coups de coeur·Lectures 2017

Songe à la douceur, Clémentine Beauvais

❤ 

Ah, Pouchkine ! Ah, Eugène Onéguine !… Depuis le temps que tu croisais cette jolie couverture sur les blogs, tu ne te doutais pas que ce roman, en vers, destiné à un public adolescent, était l’adaptation moderne de cette fameuse oeuvre de Pouchkine. Tu l’aurais sans doute ouvert plus tôt. Il faut dire que tu as voué, étudiante, une véritable fascination pour la vie et l’oeuvre d’Alexandre Pouchkine, à la fois passionnée, passionnante et romantique. Mais l’histoire d’Eugène Onéguine, adaptée par Clémentine Beauvais, est ici quand même un peu différente… Nous sommes en 2006, et Tatiana a quatorze ans lorsqu’elle rencontre pour la première fois Eugène, qui en a dix-sept. C’est l’été. Eugène accompagne son ami Lensky tous les après-midi chez Olga, la sœur aîné de Tatiana. Les amoureux se retrouvent et les deux autres jeunes gens, désœuvrés, sympathisent. Jusqu’à ce que, Tatiana, persuadée d’être amoureuse, écrive un long mail à Eugène qui l’éconduit brutalement. Lorsqu’ils se retrouvent une dizaine d’années plus tard, par hasard dans un TER, se rejoue alors une autre partition. Tatiana n’est plus la jeune fille naïve qu’elle était, elle a des projets d’avenir. Eugène a également changé et n’est plus le jeune frondeur, sûr de lui, qu’il était. Et toi lectrice, tu as trouvé ce petit livre particulier extraordinaire, non pas par l’intrigue assez banale qu’il raconte (universelle ?), mais par sa forme, absolument inventive, particulière et attachante, et finalement moderne. Car en effet, l’écriture de Clémentine Beauvais virevolte, et zappe, comme il est d’usage de le faire actuellement… Elle dépose des fragments de mails, des textos, puis entrecroise dialogues intérieurs et paroles balbutiantes. Et il faut le dire, que c’est un réel régal, et que l’on tourne les pages, avide de lire les lignes suivantes. Bref, tu n’avais pas envie de terminer ce roman.

« Il est quatre heures cinquante-quatre du matin,
un tesson de soleil est déjà fiché dans le ciel prune.
C’était exactement la lettre qu’il y avait dans son ventre.
Tendre, exacte, franche.
Discrète, douce. »

Editions Sarbacane – août 2016

Moka l’a lu aussi avec émerveillement

Valérie parle de la version Audiolib aujourd’hui (quelle coïncidence !! )