Coups de coeur·Lectures 2018

Sauveur & fils T1, Marie-Aude Murail

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Depuis le temps que je voyais ce roman jeunesse (le premier tome d’une série) récolter des petits coeurs enthousiastes sur tous les blogs que je fréquente, je me suis dit qu’il était temps pour moi de l’ouvrir à mon tour… Je ne peux pas dire que j’ai été séduite d’emblée par Sauveur et son fils. Il m’a fallu m’acclimater à eux, rentrer dans leur famille, rencontrer leurs amis, et surtout faire connaissance avec la ribambelle de clients de Monsieur Sauveur Saint-Yves, psychologue de son état. Sauveur se pense d’ailleurs parfois piètre psychologue, ses patients actuels présentent en effet tous des cas vers lequel il s’avance en tâtonnant beaucoup. Une jeune fille qui se taillade le bras, une autre qui cumule les absences scolaires, ce petit garçon atteint d’énurésie, cette fratrie qui n’accepte pas que leur mère soit partie de la maison pour aimer une autre femme, etc. Sauveur Saint-Yves a aussi d’autres problèmes à régler, qui proviennent de ses origines antillaises : sa couleur noire d’abord, qui fait de son fils Lazare un métis, et provoque à l’occasion des réactions racistes, et son passé, qui le rattrape soudain sous la forme de menaces inquiétantes. Cependant, tout préoccupé qu’il est par les cas qu’il rencontre, et notamment par celui du jeune Gabin dont la mère est victime d’une bouffée délirante, Sauveur ne voit pas que son fils espionne les dialogues qu’il entretient avec ses patients, ni qu’il voudrait mieux connaître son histoire. Le jeune garçon se sent peut-être aussi un peu seul, même s’il y a Paul, son meilleur ami. Alors, un hamster entre dans leur maison, puis un autre (parce que le premier n’a pas survécu)… et de fil en aiguille il se pourrait aussi que la naissance de petits hamsters réussissent à créer un lien entre les personnages de cette histoire, qui a prise, au fil de ma lecture, de plus en plus de consistance et d’intérêt jusqu’à avoir du mal à éteindre la lumière hier au soir. Me voici donc à mon tour séduite, et toute prête à lire les tomes 2, 3 et 4 de cette série qui a déjà fait ses preuves, et dont le premier opus a fini par terriblement me passionner.

Ce premier tome vient de sortir en format poche.

Editions Médium Poche – mai 2018 – 

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Noukette

Publicités
Lectures 2018

Le vieux monde est derrière toi, Sylvie Baussier & Pascale Perrier

Aucun texte alternatif disponible.

J’ai reçu ce titre dans le cadre d’une des dernières opérations Masse critique de chez Babélio… Ce roman est destiné aux adolescents et mélange deux thèmes que je ne pensais pas retrouver dans un tel livre, les manifestations de mai 1968 et la cécité chez les adolescents. Et il s’avère que ce mélange fonctionne, et que l’histoire imaginée par les deux auteures se révèle plutôt prenante. Nous commençons par faire connaissance avec l’INJA (Institut National des Jeunes Aveugles) de 1968, alors que le jeune Bruno fait sa rentrée. Jusque là, sa mère lui donnait des cours à la maison, faute de mieux. Madeleine, sa soeur, plus âgée, et voyante, l’accompagne. A cette occasion, elle va faire la rencontre de Joël, un jeune homme de son âge, élève de l’école depuis quelques années. Entre eux, le courant passe tout de suite, mais le handicap de Joël freine les premiers élans. Heureusement, leurs parents respectifs se lancent dans la création d’une association regroupant les parents d’élèves de l’école, une occasion supplémentaire de se croiser plus souvent. Les événements de 1968, qui prennent de plus en plus d’importance dans les rues de Paris et les informations, qui passionnent Madeleine, vont jouer aussi un rôle important dans leur idylle. Enfin, tout semble possible, les tags sur les murs le clament… Tout serait parfait, si il n’y avait cette inquiétude au sujet d’Annie, la petite soeur de Joël, cette crainte qu’elle soit atteinte du même mal que son frère. Tout serait parfait si le frère de Joël, voyant et sportif, n’avait pas lui aussi des vues sur Madeleine, et si son père n’avait pas ce caractère ombrageux qui décourage toute la famille… J’ai beaucoup aimé ce roman qui permet de poser une attention particulière sur les difficultés pratiques et scolaires du handicap visuel. Nous sommes à une époque où l’avenir pour les personnes atteintes de cécité était bien étroit. L’INJA préparait alors essentiellement au métier d’accordeur de piano. C’est un roman intéressant en ce sens car il témoigne du chemin parcouru pour insérer les handicapés dans la société, et de tout ce qu’il reste encore à faire. Une lecture enrichissante.

Editions Fleurus – avril 2018 – 

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

« Le vieux monde est derrière eux. C’est exactement ce qu’ils ressentent tous deux. Le vieux monde de l’enfance, le vieux monde fané qu’ils ont subi pendant des années. Désormais, la jeunesse est capable de se diriger vers le meilleur, d’enlever la poussière accumulée pendant des siècles, et de VIVRE enfin. »

Un titre lu dans le cadre d’une opération Masse critique de chez  Mon profil sur Babelio.com

 

 

Coups de coeur·Lectures 2018

Lise et les hirondelles, Sophie Adriansen

❤ J’ai lu ce titre de Sophie Adriansen (acheté au Printemps du livre de Montaigu) avec en mémoire le film que je venais de voir quelques heures plus tôt, Transit Transit est un film allemand qui imagine le retour (de nos jours en France) de l’occupation et des rafles (un film que je vous conseille, voir la bande-annonce là). Alors, je n’ai pas eu trop de mal à imaginer l’état d’esprit de Lise, treize ans, cachée chez des voisins au début de l’occupation nazie à Paris, depuis qu’un Allemand l’a remarquée dans la rue, et qui observe un jour, impuissante, de leur fenêtre, sa famille se faire embarquer. Sa première réaction est celle de retrouver ses parents et ses frères. Au commissariat, elle découvre ses frères jumeaux jouant dans la cour. Elle tempête et demande à ce qu’on lui prouve qu’ils sont sur la liste. Ils n’y sont pas, et extraordinairement, Lise pourra repartir avec eux, leur sauvant la vie à tous deux, tous les autres enfants étant destinés au Vel d’Hiv (Ce passage extraordinaire est inspiré d’un fait réel, apprendrons nous en fin d’ouvrage). Lise a la passion des hirondelles et cet amour pour les oiseaux l’aidera, entre autres, à passer les épreuves qui l’attendent, la faim, la peur parfois, et la crainte de ne jamais revoir ses parents. J’aime toujours beaucoup le travail de Sophie Adriansen, qui n’écrit pas seulement pour la jeunesse. J’avais été très touchée par Max et les poissons qui conte l’histoire d’une jeune garçon, sauvé de la rafle du Vel d’Hiv. Mais j’ai je crois préféré encore celui-ci. En le lisant, je me suis dit que j’aurais aimé lire un tel livre à 13 ans, découvrir un tel personnage féminin comme Lise, doté d’un tel caractère, déterminé, protecteur et lucide. De plus, Sophie Adriansen conduit son récit de telle sorte que ce que vit Lise nous semble contemporain, à portée de main, et non vieux de plus de 70 ans. Je crois que c’est un roman à mettre sans conteste dans des mains de collégiens, pour cette raison là, afin qu’ils comprennent au mieux de quoi le quotidien était fait pendant la guerre, dans Paris, les restrictions, l’occupation, l’obligation de se cacher. Mais ce récit n’est pas pour autant anxiogène, qu’on se rassure, même si on tremble régulièrement de l’imprudence de Lise et de sa détermination, du monde violent dans lequel elle vit et de l’injustice d’être discriminée, et pourchassée, seulement parce qu’elle est juive, ce qu’elle se sent si peu. Ce récit est également plein d’amour, de vie et d’espoir, et encore une fois très bien écrit. L’occupation à hauteur d’enfant, donc, et un très beau coup de coeur de lecture pour jeunes ados !!

Editions Nathan – février 2018 – 

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

« […] de toutes les hypothèses, celle qui me plaisait le plus était cette possibilité qu’ils aient raison, malgré le drapeau nazi flottant depuis deux ans en haut de la tour Eiffel, qu’ils aient raison et que le programme de Hitler ne soit que pure fantaisie. Que nous n’ayons rien à craindre ici, ni maintenant ni jamais.
Et puis, il y a eu les lois, l’étoile, et toutes ces interdictions. Il n’a plus été question de croire ou de ne pas croire aux temps sombres : ils étaient là. Ils sont là.
Aujourd’hui, en cette journée du 16 juillet aussi ensoleillée qu’inquiétante, je sais que l’idée de n’avoir rien à craindre n’est plus une hypothèse à considérer. »

Lectures 2018

Une fille de…, Jo Witek

       

« Je m’appelle Hanna Sobolev, je suis la fille d’Olga Sobolev, prostituée indépendante. Fille de pute, quoi. Je suis une insulte, la pire des insultes, celle que les gens de mon âge balancent si facilement à la tête de leurs ennemis. »

J’aime beaucoup cette collection de chez Actes Sud Junior, d’une seule voix, que ma fille de 16 ans emprunte également assez facilement en bibliothèque… J’avais déjà eu l’occasion de lire dans le même format Tout foutre en l’air d’Antoine Dole et A la dure de Rachel Corenblit [clic ici ], un très fort souvenir de lecture. Alors, quand nous nous sommes arrêtées devant Jo Witek lors du Printemps du livre de Montaigu, j’ai moi aussi craqué pour ce petit livre-ci. Dans ce court roman, très bien écrit et intense, nous faisons la connaissance d’Hanna, Hanna qui court à perdre haleine sur la ligne verte. Elle court pour oublier, pour échapper au danger, pour se donner de la force, elle court pour sa mère, prostituée, qu’elle aime malgré la honte qui entoure cette activité dont elle ne peut parler à personne et qui l’éloigne fatalement des autres. Fille de pute… voilà ce qu’elle est, et c’est aussi la pire insulte que l’on peut adresser à quelqu’un de son âge. Hanna a déjà passé sa courte vie à sourdre de colère à l’intérieur d’elle contre ceux qui ne comprennent pas que cette vie là n’est jamais un choix. Alors, quand elle rencontre Nolan, qui court aussi sur la ligne verte, elle hésite. Lui parler ? Tout lui confier ? Quel regard va-t-il avoir sur elle après ça ? L’amour est-il possible ? J’ai été bluffée, dans ce texte, par la facilité avec laquelle Jo Witek se glisse dans la peau d’une jeune fille, tiraillée entre l’amour qu’elle porte à sa mère, la conscience de ce qu’elle lui doit, la nécessité où elle va être de devoir encore longtemps faire face, et sa volonté (farouche) de vivre sa propre vie. Rien n’est caché de l’activité d’Olga, de ce que cela signifie être prostituée, de ce qu’elle est obligée de faire, mais rien n’est vulgaire non plus, seulement réaliste et sans fausse pudeur. Le présent est marqué par une écriture en italique qui semble suivre les pas cadencés d’une Hanna contemporaine qui court, et se remémore son passé, tout ce qui l’a amenée à se retrouver bientôt face à Nolan et à la vérité. Encore une lecture très forte de cette superbe petite collection !!

Editions Actes Sud Junior – août 2017 – 

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

En lecture commune avec… Alexandra du Brick a Book

D’autres lectures chez… Jérôme Noukette Mumu

Lectures 2018

Hors piste, Sophie Adriansen

IMG_20180228_184854_162

Comment résister à un nouveau titre de Sophie Adriansen ?… Surtout lorsqu’il est la suite d’un autre que tu as adoré lire, Les grandes jambes [clic]. Tu y avais rencontré Marion, alors qu’elle s’apprêtait à effectuer un voyage avec sa classe à Amsterdam. Préoccupée par sa grande taille, amoureuse de Grégory, les événements s’enchaînaient heureusement pour faire de ce moment un fabuleux souvenir. Tu avais aimé retrouver ta fille dans ce roman pour jeunes adolescents, surtout qu’elle-même revenait d’une colonie à Amsterdam. Dans ce nouvel opus, Marion a rompu avec Grégory et les choses ont un peu changé. Visiblement, elle est moins préoccupée par sa grande taille, et surtout agacée que ses parents aient eu l’idée saugrenue de l’inscrire de force en colonie de ski pendant les vacances d’hiver. Elle est en troisième, le Brevet pointe son nez, et elle a mieux à faire que de passer une semaine à la montagne sans son portable. Au retour, elle envisage en effet de reconquérir Grégory. Mais, dès le trajet en car, les événements s’engagent bien mieux qu’elle ne l’espérait. Sa voisine de siège, Jordane, s’avère une fille très cool (au même âge, elle est déjà au Lycée), et un des garçons turbulents du fond attire son attention. Et si ces vacances imposées étaient finalement une aubaine ? En lisant ce petit roman, tu as retrouvé la finesse d’écriture et le regard de Sophie Adriansen. Tu as peut-être été moins touchée par Marion dans ce volume que dans le précédent, parce que ses préoccupations y ont changé, et qu’elle y est beaucoup plus sûre d’elle. Mais tu as aimé encore une fois plonger dans cette atmosphère de voyage, de moments hors du temps que sont ces colonies, dont tes deux enfants sont friands et dont parfois ils te racontent les péripéties… Car ce qui est intéressant dans ce séjour, ce sont les rencontres amicales que fait Marion, et l’attention aux autres qu’elle peut porter, hors du regard parental. Une occasion évidente de prendre du recul sur le quotidien et de grandir. Ta fille avait adoré lire Les grandes jambes également, mais en deux ans elle a changé de lectures et est entrée au Lycée. Ce titre convient plus sûrement à des collégiens qui y trouveront des échos à leurs préoccupations…

Slalom – janvier 2018

Tu as aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Saxaoul

Une lecture faite grâce à Net Galley    Badge Lecteur professionnel

Lectures 2018

Geneviève ~ Quatre soeurs T4, Cati Baur… d’après les romans de Malika Ferdjoukh

Genevieve Quatre soeurs

Tu as attrapé un coup de soleil en ouvrant ta boîte aux lettres la semaine dernière… (et voilà qui fait du bien en plein milieu de l’hiver). Le tome 4 des aventures des Quatre soeurs, adapté du roman de Malika Ferdjoukh,  avait débarqué chez toi. Tu as déjà lu les trois premiers tomes (voir les liens en fin de billet), et tu aimes follement cette série, tu t’es donc jetée dessus avec avidité, heureuse de retrouver Charlie, Enid, Hortense, Bettina et Geneviève. Quel plaisir aussi de replonger dans les jolis dessins de Cati Baur, dont la patte a évolué indéniablement depuis le premier album, mais toujours frais, légers et vivants. Dans ce dernier tome, c’est l’été à la Vill’Hervé. Et tandis que Geneviève, la plus ordonnée des cinq soeurs envisage de passer la saison à vendre des glaces près de la plage, et que Charlie, l’aînée, entreprend des travaux dans la maison, les autres prennent la route. Bettina a prévu de passer ses vacances en compagne de sa bande d’amies à la campagne, Enid et Hortense sont envoyées sur Paris pour voir les cousins. Forcément, rien ne va se dérouler comme prévu. Le coeur de Geneviève est chamboulé par un garçon, Vigo, qui a pourtant des manières peu recommandables. Bettina tombe sous le charme d’Augustin. Et à Paris, les enfants laissés sans surveillance par tante Jupitère, commencent à sérieusement s’inquiéter. Heureusement, les fantômes de papa et maman veillent encore sur leurs filles et savent leur prodiguer de précieux conseils. Et toi lectrice, tu recommandes chaudement à tes lecteurs de lire cette série en un seul souffle, à présent que tous les tomes sont sortis, car c’est un réel bonheur de lecture. C’est le genre d’albums à déposer sans soucis dans des mains adolescentes. Car en effet, à la Vill’Hervé, on a le droit de se tromper, de faire des bêtises et de les corriger, l’amour et le respect sont la règle, le rangement un peu moins (et ce n’est pas Geneviève qui dira le contraire, les jours de lessive), mais avant tout c’est le faire ensemble et la solidarité qui sont mis en avant… et tout cela permet de grandir en toute confiance, non ?

« La Vill’Hervé est pleine à craquer. […] tu imagines un peu la crise si elle débarquait, là ? il y a ici tout ce qu’elle déteste : des bêtes à plumes, des bêtes à poils, des hommes… des étrangers, des jeunes, de la multitude, des gens joyeux, du bazar… »

Editions Rue de Sèvres – janvier 2018

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Clarabel

Quatre soeurs – Tome 1 Enid [clic]
Quatre soeurs – Tome 2 Hortense [clic]
Quatre soeurs – Tome 3 Bettina [clic]

Ceci est ta participation à la BD de la semaine. Tous les liens sont chez Steph aujourd’hui [clic]

           Aucun texte alternatif disponible.