Lectures 2018

Les infidèles, Dominique Sylvain

Tu avais été séduite par l’intervention de Dominique Sylvain lors de son passage à La Grande Librairie il y a peu… tu as donc sauté sur l’occasion de demander son livre lors du dernier Masse critique de chez Babelio. Dans les premières pages, nous rencontrons tout d’abord la mystérieuse et un peu hautaine Alice, qui est à la tête du site lovalibi.com, un site qui fournit à ses clients, ayant des relations extra-conjugales, des alibis clés en main. Alice vit dans la peur de la mort, et de voir son anévrisme se réveiller. Installée à la campagne, elle mène une vie calme, aisée, et semble-t-il, préservée. Mais sa nièce adorée, Salomé, très jeune journaliste pleine d’avenir à TV24 est brutalement assassinée, alors qu’elle avait commencé un reportage de fond sur l’adultère et avait réservé, pour cette raison, une chambre à l’hôtel de La Licorne. Alice est effondrée, elle quitte sa demeure tranquille pour Paris, soutenir sa soeur et comprendre ce qui a pu se passer. Le commandant Barnier est chargé de l’enquête, accompagné par le lieutenant Maze, nouvellement arrivé dans son service et d’une beauté à couper le souffle. Et toi lectrice, qui ne lit pas souvent de polars (ce n’est pas ton genre de prédilection), tu as plutôt goûté celui-ci qui t’a semblé moderne et efficace. Dominique Sylvain donne la parole alternativement à plusieurs personnages de l’enquête, et même à un personnage énigmatique, qui s’avère très vite dangereux. Nous rôdons dans le milieu du journalisme, mais aussi de l’hôtellerie, dans ces heures où les couples adultérins se retrouvent, dans cette marge étroite où baigne le mensonge, la vengeance et parfois la colère. Et tu as aimé qu’au milieu de tout ça, le commandant Barnier se pose des questions sur ce qu’il éprouve réellement pour son jeune lieutenant, la pureté et la sincérité étonnante de ses atermoiements. Tout le roman est imbibé par son trouble. Il faut bien, sans doute, que l’enquête piétine un peu… et pour une fois le trouble est original. Au final, tu es heureuse d’avoir lu ce titre, dont tu ne garderas sans doute pas un très grand souvenir, mais qui a eu le mérite de te redonner le goût de lire des polars (surtout ceux qui traînent dans ta PAL).

Editions Viviane Hamy – février 2018 –  

Tu as aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

tous les livres sur Babelio.com
Publicités
Instagram

C’était en mars sur @Instagram

Vos deux photos préférées de mars… sur @antigoneheron

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, gros plan et intérieur    Aucun texte alternatif disponible.

17 mars – Photo avec @laurerollier. Merci à elle ! Et plein de belles rencontres aujourd’hui… surtout des libraires rencontrés au déjeuner. Ravie @anaishhh 😊d’avoir fait ta connaissance ! Rhaaa ma tête en photo.😣 – 49 ❤ | 23 mars – Instant Thé BD. Avoir ramené hier soir des nouveautés BD de mon comité de Bibliothèque. #glénat #palaisdesthes –  41 ❤

Un mois de mars bien rempli avec :

* le Mazarine Book Day 3 sur Paris (le 17 mars) où tu as pu (donc) te prendre en selfie avec Laure Rollier, la gagnante de l’an passé, auditionner de jeunes talents sous la forme d’un speed dating pour une éventuelle édition de leur manuscrit, revoir des blogueuses parisiennes, le staff Fayard/Mazarine si sympathique, et rencontrer des libraires. C’était encore une chouette journée !! (pour plus d’infos n’hésitez pas à ouvrir le Grazia du jour dans lequel s’est glissé un reportage très complet).
* un passage sur Nantes le 19 mars où tu as pu faire (entre autres) le plein de thé au Palais des Thés.
* une soirée avec ton comité BD de bibliothèque le 22 mars où tu as fait cette fois-ci le plein de nouveautés BD, pour des chroniques à venir, ou non. Tu essayes au moins de mettre un avis bref sur ton compte Babelio. Tu n’as pas été séduite par l’album en photo, dommage.
* le festival Rue des livres à Rennes, le 24 mars, lors la traditionnelle rencontre des blogueuses de l’Ouest. Ravie de vous avoir toutes vues !! Encore une belle journée, organisée par Gambadou qui en raconte bien plus !

Encore plus de photos et de détails (surtout pour la journée sur Rennes), car tout n’est pas sur le blog, loin s’en faut, sur ton compte Instagram [clic ici]

 

Lectures 2018

La friction du temps, Martin Amis

De Martin Amis tu avais lu roman D’autre gens, qui trône dans ta bibliothèque, et dont tu gardes un très bon souvenir de lecture… mais tu n’avais aucune idée de sa verve d’éditorialiste. La Friction du temps reprend des billets publiés par l’auteur entre 1994 et 2017, dans diverses revues et sur divers sujets. Et le moins que l’on puisse dire est que Martin Amis ne mâche ni ses mots, ni ses engouements, ni ses opinions. Martin Amis est auteur de nouvelles, romans et thrillers, et donc aussi de nombreuses chroniques publiées en revues (le New Statesman, l’Observer, Vogue, Esquire). Tu as personnellement été très intéressée par ses articles littéraires, notamment ceux évoquant Nabokov dont il est un spécialiste. En maîtrise, il y a très très longtemps, ton maître de mémoire t’avait porté vers cet auteur, et notamment vers le roman Ada (que tu avais détesté). Il va sans dire que ce mémoire n’a jamais vu le jour… Et quel bonheur de lire que Martin Amis considère l’Ada de Nabokov comme son roman raté. Tu t’es retrouvée d’accord avec lui sur beaucoup d’autres sujets, et étonnée aussi de la diversité de ses centres d’intérêts. Martin Amis évoque aussi bien effectivement l’ascension de Donald Trump, que le poker, la pornographie, l’hérédité, John Travolta, Orange mécanique, Las Vegas, Philip Roth ou Saul Bellow… Et toi lectrice, tu as parcouru ce portrait en creux d’une Amérique à la fois riche et obtuse faite par un anglais élevé sous l’influence des lectures de Jane Austen et  James Joyce avec régal. C’est une lecture qui ne demande pas de connaître tant que cela les auteurs abordés, ni les thèmes, car on y apprend beaucoup. Tu as personnellement sauté les chapitres sportifs qui t’intéressaient moins. Martin Amis pose un regard intelligent sur notre temps, avec un ton à la fois satirique et sans concessions, qui fait du bien !

Editions Calman Levy – novembre 2017

Tu as aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Lu dans le cadre d’une opération Masse critique de chez Babelio [clic]

tous les livres sur Babelio.com
Coups de coeur·Lectures 2018

Une verrière sous le ciel, Lenka Hornakova-Civade ~ rentrée littéraire hiver 2018

❤ Dès les premières pages de ce livre, tu as eu un véritable coup de foudre pour l’écriture à la fois poétique et romantique de l’auteure… Mais parfois les coups de foudre littéraires s’épuisent au fil de la lecture, ce qui n’a pas été le cas pour cette Verrière sous le ciel qui ne déçoit décidément pas. Dans ce récit, nous rencontrons très vite Ana, debout sur son quai de gare parisien. Ana vient de Tchékoslovaquie, et a tout juste 18 ans le jour même où elle doit rentrer chez elle. Elle était en France pour une colonie de vacances, mais n’a pas tellement profité de son séjour, toute tendue qu’elle était de pouvoir répondre à l’injonction parentale avant son départ… Ne reviens pas. Ana refuse donc de monter dans le train avec les autres. La délégation n’insiste pas, puisqu’elle est dorénavant majeure. Mais Ana est soudain saoule et perdue devant cette liberté toute neuve, et bien seule à Paris. Elle navigue au gré du hasard dans la capitale, puis se réfugie sur la tombe de Modigliani. Heureusement, elle est prise en charge par une mystérieuse femme, Grofka, qui va la cacher dans l’arrière salle d’un café. Petit à petit, Ana devenue mutique, va s’intéresser au monde qui l’entoure, s’ouvrir aux autres, tomber amoureuse… mais s’interroger aussi beaucoup sur ceux qu’étaient réellement ses parents et sur ce qu’ils lui ont transmis. Peut-on être libre quand on se cache, qu’on a le mal du Pays, qu’on aime et qu’on apprivoise à la fois son corps et une langue étrangère ? Ana découvre toutes ces questions dans l’arrière salle du café de Bernard et sous la lumière majestueuse de la verrière d’Albert, le peintre. Et toi lectrice, tu as aimé ce roman lumineux, à la prose nostalgique et belle. Lenka Hornakova-Civade signe ici un second roman très réussi, gros coup de coeur de lecture pour toi. Tu as hâte à présent de lire son premier roman, Giboulées de soleil, qui a reçu le Prix Renaudot des lycéens en 2016.

Alma éditeur – 1er février 2018

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Leiloona

Un livre lu grâce à l’opération Masse critique de Babélio [clic]

Coups de coeur·Lectures 2017

Frida, petit journal intime illustré ~ Vanna Vinci

❤ 

Frida Kahlo est réellement rentrée dans ta vie quand tu as visionné ce fameux film où Salma Hayek l’incarne si justement. Depuis, quand tu croises l’image un peu trop pop culture/commerciale qu’elle est devenue, tu penses à certaines scènes de ce film, au corps fracturé que Frida Kahlo avait réellement, au personnage extravagant et déterminé qu’elle était, à ce que voulait dire pour elle être une femme. Tu as reçu ce titre, dont tu parles aujourd’hui, grâce à une opération Masse critique de chez Babélio, et il s’avère que ton choix a été encore une fois heureux. Cet album, qui se présente comme un journal intime illustré, est en effet un très doux coup de coeur de lecture !! Cela ne veut pas dire que la vie de Frida Kahlo était douce, loin de là. Rien ne nous est d’ailleurs épargné de ses souffrances physiques, de ses exaltations intimes, de ses amours déçues. Non, ce qui s’est avéré doux dans cette histoire, c’est ce parti pris d’un dialogue posthume entre la mort et Frida, un dialogue qui parcourt tout le livre et permet à Vanna Vinci de raconter l’histoire de cette femme unique. Tu as retrouvé beaucoup de scènes qui t’avaient marquée dans le film, sa vie d’étudiante, sa rencontre avec Diego Rivera, l’accident qui a failli lui coûter la vie, son mariage, ses amours tumultueuses, Trotsky. En ouvrant ce livre, il faut s’attendre à ouvrir un album BD très bavard, où les bulles prennent en général les 3/4 de la page. Il faut dire qu’il y a aussi beaucoup à raconter… rien d’étonnant. Les dessins sont cependant très présents aussi, et très beaux, très fidèles à l’esprit des tableaux de Frida Kahlo. Tu as d’ailleurs beaucoup apprécié que Vanna Vinci y fasse référence sans chercher à les copier, un travail subtil extrêmement bien réussi. N’hésitez pas à rencontrer Frida Kahlo à votre tour, via cet album, vous ne serez pas déçus. Les adeptes de l’artiste n’y apprendront sans doute rien de plus sur sa vie, mais apprécieront je pense ce bel ouvrage/hommage. Et toi lectrice, tu restes toujours impressionnée par le courage de Frida Kahlo face à la douleur physique, par cette position allongée qui lui permettait quand même de peindre, et toute cette épopée du corps devenue une merveilleuse et unique oeuvre artistique.

Editions Chêne éditeur – octobre 2017

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Ceci est ta BD de la semaine, tous les autres liens sont chez Stéphanie aujourd’hui [clic]

                   

Lectures 2017

Ma vie mouvementée, par Plume ~ Mathilde Paris

Même si tu as craqué sur cette couverture en choisissant ton ouvrage pour l’opération Masse critique jeunesse de chez Babélio… tu ne peux pas dire que son titre et son sous-titre rendent vraiment justice au roman qui est à l’intérieur. Car, en effet, il s’avère que le petit récit conté par Plume, 13 ans, est bien plus fin que ne le laisse imaginer ce comment j’ai survécu à des vacances vraiment pourries, un brin caricatural… Plume vient de fêter ses 13 ans, l’anniversaire le plus raté de sa vie, selon elle. En effet, elle a du apprendre à ses amies qu’elle ne pourrait pas partir avec elles cette année en vacances d’été, comme à leur habitude, sa meilleur amie Justine semble aller très mal, et ses parents l’obligent à partir seule pour San-Francisco rejoindre une tante qu’elle s’imagine dépressive (son restaurant ne marche pas bien). De plus, Plume n’a rien trouvé de mieux que de s’étaler de tout son long (le jour de son anniversaire) devant Jules (le frère de Justine dont elle est secrètement amoureuse). Pour couronner le tout, un énorme bouton vient d’éclore au beau milieu de son front alors qu’elle se prépare à partir pour l’Amérique, chouette ! Mais Plume a un talent pour la cuisine, et plus particulièrement pour les desserts (et quelle belle idée que de parsemer ce livre de recettes), un Papé qu’elle adore, et des conversations internes avec son cerveau, ce qui va lui être très utile à San Francisco. Et peut-être même que Jules lui écrira… Et peut-être qu’elle embrassera un autre garçon… Et peut-être que son séjour outre Atlantique s’avérera une expérience fantastique ? On ne sait jamais. Et toi, lectrice, adulte, tu t’es laissée embarquer par les aventures de Plume, même si tu l’as trouvé très mûre pour son jeune âge (de trop ?). Tu as aimé cette mise en page dynamique qui mêle dessins, textes en gras et recettes. Et tu trouves que ce beau petit roman est un bien délicieux cadeau à offrir à une jeune fille de 13 ans, pour savoir décrypter ses émotions amoureuses toutes neuves, savoir qu’elle peut déjà réussir ce qu’elle entreprend comme une grande et que parfois ce que l’on redoute peut s’avérer une bien belle surprise !! Une lecture vive et optimiste.

Editions Auzou – Mai 2017 – à partir de 11 ans

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Un titre lu dans le cadre de l’opération Masse critique jeunesse de chez Babélio [clic]