Lectures 2022

Le Cupcake café sous la neige, Jenny Colgan

lecupcake

Traduit de l’anglais par Anne Rémond

Voici le fameux deuxième tome, acheté l’année dernière par erreur pour un rendez-vous du Club des lecteurs yonnais. Entre temps, je me suis donc procuré le premier volet, pour lire l’histoire dans le bon ordre (Rendez-vous au cupcake café), que j’ai beaucoup aimé… Dans ce deuxième opus, nous sommes toujours à Londres, auprès d’Izzy et de sa fine équipe. Elle a monté son Cupcake café, donc, et le dirige dorénavant avec toute sa fougue et son enthousiasme. Graeme, son ancien compagnon, est une histoire ancienne. Elle loge chez son petit ami Austin, et son petit frère, Darny. Une présence féminine est bienvenue au milieu de ce duo masculin et fraternel qui gérait le quotidien comme il le pouvait, après le décès des parents des deux frères. Conseiller financier, Austin a décroché un poste à New-York, un poste qui semble beaucoup le séduire, ce qui terrifie Izzy qui sent qu’il s’éloigne d’elle inexorablement. L’approche des fêtes rend la blessure d’autant plus vive… Mais elle n’est pas la seule à redouter cette période qui révèle les liens de chacun. Pendant ce temps, Darny fait des siennes… J’ai de nouveau beaucoup apprécié retrouver l’univers créé par Jenny Colgan, qui a le talent de ne pas tomber dans la mièvrerie. Tout le petit monde qui entoure Izzy en bave un peu à l’approche des fêtes. Loin de profiter du charme de l’avent et des marchés de Noël, certains se demandent comment ils vont bien pouvoir financer la liste au père Noël ou si, ceux qu’ils aiment, seront là. Izzy regrette la présence de son grand-père et redoute de perdre le cocon créé dans son Cupcake café. Mais la magie de Noël opérera peut-être ?

Editions Pocket –  novembre 2019

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

La série :
Tome 1 – Rendez-vous au Cupcake Café
Tome 2 : Le Cupcake Café sous la neige

Publicité
Lectures 2022

La guerre (Blackwater t4), Michael McDowell

blackwater_tome_4_la_guerre-4994233-264-432

Traduction de l’anglais (États-Unis) par Yoko Lacour avec la participation de Hélène Charrier. Illustration de couverture par Pedro Oyarbide. 

Je viens de terminer le quatrième volet de la série Blackwater. Il est pour l’instant celui que j’ai préféré. Je suis toujours fan des couvertures magnifiques de Monsieur Toussaint Louverture, bien sûr… et quel plaisir de retrouver finalement régulièrement cette saga et ces personnages… Dans ce quatrième volet, c’est Elinor et Oscar qui ont à présent un rôle essentiel et font office de chefs de famille. Les jeunes filles de la maison, Miriam et Frances, se préoccupent de leur avenir, tandis que la deuxième guerre mondiale fait rage en Europe. Les militaires en formation envahissent Perdido, certains s’attardent un peu plus que d’autres, auprès de la famille Caskey, très investie auprès d’eux… Frances commence à se poser des questions sur ce qu’elle est, tandis que chaque jeune adulte assume des choix de vie, parfois inattendus… Ce quatrième tome m’a semblé plus dynamique, et peut-être moins fantastique que le précédent. Comme pour le troisième volet pour autant, j’ai été de nouveau embarquée dans les déboires de la famille Caskey. Elinor est plus discrète dans ce tome. Attend-elle son heure ? Ou la relève ? Le tome 5 est déjà en ma possession, à suivre…

Editions Monsieur Toussaint Louverture – 19 mai 2022

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

 

Lectures 2022

Les Sisters (17), Cazenove & William… ma BD de la semaine !!

lessisters

Il m’est difficile, habitant en province, d’assister aux rencontres Babélio qui se tiennent essentiellement dans la capitale. Lorsqu’une proposition de rencontre en zoom avec Christophe Cazenove est tombée, j’ai pour autant hésité. Je ne suis pas une grande lectrice du genre d’albums qu’il signe, qui utilisent la mécanique du gag, et mes enfants sont grands. Bref, étais-je vraiment la cible ? Et puis, je me suis laissée tenter, car j’aime toujours en savoir plus sur le travail en amont des auteurs, ici celui de scénariste, et à la réception j’ai finalement beaucoup aimé découvrir ces Sisters adorables. Pour info, ce tome peut tout à fait se lire comme un one shot… Le thème de cet album tourne autour des rêves. Marine, au caractère détonnant, est fascinée par ce sujet. Elle essaye de s’entraîner à en faire de beaux, s’est mise en tête de les attraper tous, voir de les collectionner, surtout depuis qu’un attrape-rêve est accroché dans sa chambre. Et quelle joie d’avoir le premier rôle dans le rêve de quelqu’un d’autre ! Ce nouvel engouement met à mal les soirées de Wendy, sa grande soeur, qui redoute son effervescence et doit se cacher pour organiser des pyjamas party avec ses copines… Comme je vous le disais, j’ai été séduite par ce duo de soeurs, plein de tendresse. Le zoom avec Christophe Cazenove, qui a eu lieu le 24 novembre dernier au soir, s’est avéré également très intéressant. Il nous a expliqué sa manière de travailler, nous a montré l’ébauche des cases qu’il produisait, laissant ensuite la part belle au dessinateur, ici Olivier Williams, qui s’inspire apparemment de ses propres filles. Il nous a expliqué qu’il tenait à laisser s’exprimer les enfants comme des adultes, le personnage de Marine étant traité différemment, en regard de son caractère pour le moins explosif. Les Sisters ont quinze ans d’existence, rencontrent un franc succès en version animée sur Netflix. Je fais seulement leur connaissance, et pour tout dire j’ai refermé cet album avec une grande impression de tendresse.

sistersplanche

Editions Bamboo– 2 novembre 2022

 J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Tous les autres liens sont chez Moka aujourd’hui 

Lu dans le cadre d’une rencontre Babélio avec le scénariste 

 

Lectures 2022

Anne de Windy Willows (Anne de Green Gables t4), Lucy Maud Montgomery

A la veille des fêtes de fin d’année, quoi de mieux que de replonger dans ces livres si beaux de chez Monsieur Toussaint Laventure ! A chaque fois, c’est un régal. Nous continuons ici à suivre les aventures d’Anne de Green Gables, dans un quatrième volet où le jeune femme, loin de Gilbert, joue essentiellement les entremetteuses et démontre combien elle a grandi, en âge bien sûr, mais aussi en sagesse… On a effectivement confié à Anne Shirley la direction d’une école de Summerside, une petite bourgade de l’Île-du-Prince-Édouard. Anne trouve à se loger chez deux veuves, dans une pension dénommée Windy Willows (le domaine des peupliers). Dans de nombreuses lettres, qu’elle adresse à Gilbert, Anne raconte son quotidien, son installation dans cette pension, la rencontre avec Rebecca Dew, femme à tout faire au caractère bien trempé et attachant. Il y a aussi ses collègues, dont la taciturne Katherine Brooke, qui sera bien difficile à dérider, la petite Elizabeth, poétique et triste, et toutes ces jeunes filles à marier qui viennent prendre avis auprès d’une Anne parfois dépassée par les événements mais toujours de bon conseil… Ce quatrième tome, rempli de petites historiettes et aventures diverses, est très distrayant. Il permet de s’attacher à une Anne qui, tout en ayant toujours la tête dans les étoiles, démontre qu’elle a également bien les pieds sur terre. Bien entendu, et même si ses débuts à l’école de Summerside sont difficiles, le temps de comprendre les enjeux sociaux du coin, Anne finit par séduire tout le monde et à être invitée dans toutes les maisons, pour notre plus grand bonheur, tant ces visites sont bien souvent très drôles et rocambolesques.

Editions Monsieur Toussaint Laventure – janvier 2022

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

 

Lectures 2022

Le labyrinthe inachevé, Jeff Lemire… ma BD de la semaine !!

Grâce à la reprise des rendez-vous BD de ma bibliothèque, j’ai ramené chez moi quelques nouveautés. Cet album a attiré mon attention car un pull se détricote en couverture, comme un fil d’Ariane. Je ne pouvais pas passer à côté ! Jeff Lemire est l’auteur de Sweet Tooth, dont j’ai vu passer la couverture à plusieurs reprises. Je peux dire d’emblée que les dessins de cet album sont hypnotisants et servent une narration qui l’est également… Will, chef de chantier, est toujours très marqué par la mort de sa fille, survenue dix ans auparavant. Il vit lui même, tel un fantôme. Un appel téléphonique va bouleverser sa vie morne, lui donnant l’espoir insensé que sa fille est toujours vivante, et qu’elle est coincée dans un de ces labyrinthes de papier qu’elle aimait résoudre. A-t-il entendu effectivement la voix de son enfant ? Est-ce une hallucination ? Will, résolu à ne pas laisser passer cette chance et remarquant que le plan de sa ville forme une sorte de labyrinthe, part dans une quête à la fois surnaturelle et salvatrice… Le pull rouge de la fille de Will, évoqué dans les premières pages et sur la couverture est le fil conducteur de cet album où les couleurs se font rares mais sont toujours marquantes. J’ai beaucoup aimé dans ce livre l’utilisation des symboles, les références à la mythologie, mais aussi tout ce qui a trait à la ville, dont Will maitrise parfaitement la structure. Jeff Lemire nous livre ici une image crasse du désespoir et de la souffrance, dont il a fait une oeuvre surnaturelle et libre assez bluffante.

Editions Futuropolis – 24 août 2022

 J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Tous les autres liens sont chez Fanny aujourd’hui 

 

Lectures 2022

Rendez-vous au Cupcake Café, Jenny Colgan

Traduit de l’anglais par Anne Rémond

J’ai quelques livres dans ma PAL, susceptibles de me mettre dans l’esprit des fêtes. Pour tout dire, j’avais acheté l’année dernière pour un rendez-vous du Club des lecteurs yonnais ce qui était en réalité un second tome, Le Cupcake Café sous la neige. Je me suis donc procuré le premier volet, et je vais lire les deux tomes de la série en cette fin d’année… L’histoire ? Nous sommes à Londres et Izzy, la trentaine, travaille dans l’immobilier. Elle pense avoir une aventure secrète avec son patron, mais tout le personnel est au courant. Et de toute manière tout éclate alors qu’une vague de licenciement dans la boîte l’emporte elle aussi. Que faire de son indemnité ? Surtout que Graeme est aux abonnés absents. Après s’être longuement lamentée auprès de sa colocataire, la jeune femme, qui fait de somptueux cupcakes depuis toujours décide d’en faire son métier. Les aléas seront nombreux mais le salon de thé qu’elle a ouvert commence à avoir du succès. Elle est fière de continuer la tradition, son grand-père, dont elle est proche et qui l’abreuve de recettes, avait en effet plusieurs boulangeries réputées. Peu à peu, le caractère doux et enjoué d’Izzy fera fi de tous les obstacles… J’étais un peu dubitative face à cette série. On m’en avait pourtant dit le plus grand bien. Et je dois dire que j’ai été agréablement surprise par ma lecture, par mon envie de retrouver ce quartier londonien particulier. J’ai passé un excellent moment avec des personnages complexes, souvent désarmés et touchants qui entrent bien entendu dans un scénario un peu convenu, mais qu’on aime retrouver en cette période, sous un plaid, une tasse de thé à la main (isn’t it ?). Nous sommes bien dans un roman feel good, ne nous y trompons pas, mais un roman feel good de qualité. Et il est bon parfois de ne pas bouder son plaisir. A suivre, donc…

Editions Pocket –  juin 2018

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

La série :
Tome 1 – Rendez-vous au Cupcake Café
Tome 2 : Le Cupcake Café sous la neige