Lectures 2022·Objectif PAL

Rien n’est noir, Claire Berest … mon objectif pal du mois !

Riennestnoir

J’avais acheté ce petit poche au bleu lumineux l’année dernière, chez Durance, une librairie de Nantes, lors d’une sortie amicale… tentée par vos avis enthousiastes et par ce prix des lectrices de ELLE, toujours très intrigant ! Et je n’ai pas été déçue effectivement par l’écriture extrêmement poétique et visuelle de Claire Berest. Cette lecture a été l’occasion de passer du temps en compagnie de Frida Kahlo, cette femme unique, impétueuse, amoureuse, pleine de talent et de sensualité, mais également percluse de douleurs. Ayant vu le film Frida, sorti en 2002, je n’ai pas appris grand chose sur sa biographie, mais l’intérêt du livre est ailleurs, plutôt dans l’évocation de ce qui a pu être le moteur de la vie de cette artiste pas comme les autres, avant tout épouse du grand peintre Diego Riveira, et devenue peintre elle-même, comme par défaut… Frida Kahlo est née en 1907 à Mexico. Son père, photographe, est d’origine allemande et sa mère mexicaine. Petite, une maladie la fait boiter, puis à 18 ans arrive l’Accident, celui qui va tout changer, son bus est percuté par un tramway. Sa colonne vertébrale est brisée, son corps fracturé, son vagin transpercé. Elle qui menait de brillantes études et voulait devenir médecin, doit passer de longs mois allongée. C’est alors qu’elle commence à peindre… Claire Berest excelle d’ailleurs à décrire les tableaux qui vont sortir de ses pinceaux, principalement des autoportraits. En 1928, elle rencontre Diego Riveira, célèbre pour ses fresques murales, et ses frasques. Une vie tumultueuse attend Frida, faite de fêtes, de succès, de voyages et de rencontres, mais aussi de douleurs… Chaque chapitre a pour titre une couleur et c’est la tête pleine d’images et de carnations que l’on referme ce livre, où Claire Berest évoque aussi au passage son ancêtre Francis Picabia et Marcel Duchamp créant ainsi un lien avec ce récit à quatre mains réussi, Gabriële, écrit avec sa soeur Anne.

Editions du Livre de Poche –  septembre 2020

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5 

Une autre lecture chez … T livres T arts (la principale tentatrice)

Une lecture pour le challenge…

objectif pal

Lectures 2017

Gabriële, Anne et Claire Berest ~ Rentrée littéraire 2017

De Francis Picabia et Gabriële Buffet, tu ne connaissais pas grand chose… Des prémices du mouvement Dada non plus. Et tu aurais été bien en peine d’imaginer un lien de filiation entre Anne et Claire Berest, et ce couple-là, pourtant leurs arrières grand-parents. De Gabriële, Anne et Claire Berest ne savaient pas grand chose non plus en commençant leur projet d’écriture. On leur avait vaguement signalé qu’elles avaient un peintre parmi leurs ancêtres, et des cousines éloignées parlaient d’une mémé ayant vécu ses derniers jours dans la misère… et l’isolement. Et pourtant. Gabriële et Francis ont, à leur époque, au début du siècle dernier, et à eux deux, littéralement révolutionné l’histoire de la peinture. Les deux écrivains, soeurs dans la vie, ont pris le parti de raconter plus particulièrement l’histoire de Gabriële, cette jeune femme, tombée follement amoureuse de cet homme, séduisant et excentrique, fou de voitures, qui connaissait un franc succès en tant qu’impressionniste mais était las de produire en masse, Francis Picabia… Elle, Gabriële Buffet, forte d’une éducation musicale de grande qualité, pleine d’ouverture, d’intelligence, de foi, savait rencontrer les bonnes personnes, fédérer, être avant tout curieuse, et de tout. Quel drôle de couple, et quelle drôle de vie ! Dans ce récit, toi lectrice, tu as fait la connaissance (plus intime que jamais), de Guillaume Appollinaire, Marcel Duchamp, et de tant d’autres, en suivant ce couple dans son évolution, au fil de leurs impulsions… Et voilà qui était extrêmement passionnant à lire, et à côtoyer. Voir ainsi l’histoire se créer, parfois presque par inadvertance, autour d’une table, dans un café, parmi les amis, et voir préférer l’insolence et l’innovation, a été très enrichissant à découvrir, et étonnant. Gabriële et Francis Picabia n’étaient cependant pas des parents modèles, ils ont donné naissance à quatre enfants bien trop souvent délaissés, leur descendance biologique… Seul comptait l’art, leur unique enfant désiré. Et l’affection a manqué. Anne et Claire Berest remontent, grâce à ce livre écrit à deux, une branche jusque là vide de leur arbre généalogique et la remplissent d’une bien belle façon. Un très beau récit de rentrée !!

Editions Stock – 23 août 2017

Ce titre est un des choix de Sylire pour les #MRL17 – Sa lecture

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Badge Lecteur professionnel Lu via NetGalley