Coups de coeur·Lectures 2022

Nos mains dans la nuit, Juliette Adam… coup de coeur et « rentrée de janvier » !

nosmainsdanslanuit

❤ On peut être « fille de » et avoir un talent fou. En effet, il s’agit du deuxième livre que je lis de Juliette Adam et je suis de nouveau sous le charme. J’ai même eu d’ailleurs un gros coup de coeur pour ce roman qui m’a fait passer par de multiples émotions… Le genre de lecture que l’on ponctue par des « mais qu’est-ce que c’est bien » ou des « c’est un régal », et pour laquelle on laisse le reste tomber sans hésiter, pour quelques heures privilégiées… Zoé est une jeune étudiante, venue passer l’été en famille, dans la ville côtière où elle a grandi. Elle travaille pour la énième année consécutive comme serveuse dans un salon de thé. La solitaire Zoé, ancienne enfant populaire, devenue une jeune fille pleine de doutes, est constamment traversée de pensées parasites et d’inquiétudes. Emilie, son ancienne voisine, presque sa soeur, qui était là pendant sa jeunesse a déménagé brutalement il y a quelques années, et a littéralement disparu. Le mystère autour de ce départ précipité hante depuis son esprit. Mais Zoé s’inquiète aussi beaucoup pour son frère, instable, pour sa mère, fragile psychologiquement et s’interroge sur ce père, qui semble absent même lorsqu’il est là. Heureusement, son ami Tristan l’entoure de son amitié, avec son projet de court métrage, et sa certitude pour ses talents d’actrice. Lorsqu’Emilie refait tout à coup son apparition, tout est chamboulé. Zoé va-t-elle enfin avoir des réponses ? Va-t-elle de nouveau pouvoir respirer et profiter d’une jeunesse, qui pour l’instant semble lui échapper ?… J’ai été émue par ce personnage, et par les paysages que Juliette Adam nous fait traverser. Elle s’intéresse là à une période extrêmement fragile de la vie. Etre jeune adulte, c’est parfois regarder ainsi son passé comme un objet un peu encombrant, vaciller sur un présent étroit et beaucoup douter de l’avenir, cette chose informe et incertaine. Ce roman est sans concessions mais également d’une grâce certaine. C’est poignant et troublant. Un très beau roman.

 Editions Fayard – 5 janvier 2022

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Ma lecture de Tout va me manquer

Lectures 2022

Incroyable, Zabus & Hippolyte… coup de coeur et ma BD de la semaine !!

incroyable

❤ Il était impossible que je ne vous parle pas de cet album pioché en bibliothèque. C’est en effet un petit bijou de tendresse. Nous sommes en Belgique, dans les années 1980. Jean-Loup est un jeune garçon, un peu différent, qui souffre de tocs, liés sans doute à sa solitude et à l’absence de sa mère. Lorsqu’il rentre de l’école, il se lance des défis d’enfant, compte et se donne des points, pour se motiver. Sa chambre est remplie de fiches sur différents sujets qui démontrent sa grande curiosité. Pour autant, il a aussi une incroyable imagination. Lorsque le jour des exposés arrive à l’école, il fascine ainsi son auditoire en improvisant sur la manière dont sont enterrés les morts de par le monde alors qu’il a oublié son premier et véritable sujet à la maison. Devant son succès retentissant, sa maitresse lui propose de participer au concours régional des exposés. C’est un défi pour Jean-Loup qui doit surmonter ses angoisses et ne peut pas compter sur son père, un véritable courant d’air. Heureusement, son parrain est là, qui prend le relais, à sa manière, touchante et désordonnée… Je suis rentrée à petits pas dans cette histoire. D’ailleurs, dans les premières pages, Jean-Loup est dessiné tout petit, comme une miniature. Mais peu à peu, tout ce que ce petit garçon particulier a à offrir prend de l’ampleur et voilà qui est très touchant. J’ai refermé cet album le coeur battant, séduite tout autant par ses dessins que par son histoire, admirative de l’intelligence de l’ensemble.

 

Editions Dargaud – avril 2020

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Mo

Tous les autres liens sont chez Noukette aujourd’hui 

 

Divers et blabla·Lectures 2021

French tricot, Alice Hammer… coup de coeur !

FRENCH+TRICOT+C1

❤ Le tricot, vous le savez, est ma deuxième passion. Depuis quelques années, j’ai remis mes aiguilles en route, et je me suis naturellement intéressée assez vite au tricot en aiguilles circulaires, et plus récemment aux écheveaux teints à la main. J’ai demandé ce livre pour mon anniversaire, car Alice Hammer, par ailleurs très connue en design tricot, s’intéresse ici au parcours de la laine, en France, de la tonte, au lavage, puis au filage, et enfin à la teinture… Malgré les aléas à venir (covid et confinements), Alice Hammer commence son périple en février 2020. Et il est si réconfortant de constater qu’aujourd’hui encore tout un réseau de corps de métiers travaille la laine, cette ressource si mal exploitée, la plupart du temps considérée comme un déchet. Sur le ton de la conversation, elle nous retranscrit ses échanges avec tous les travailleurs rencontrés autour de cette fibre si riche. J’ai appris ainsi, qu’en Vendée, aux Epesses, existait une usine de teinture, Couleurs et textiles. Nous rentrons avec elle et son photographe dans des exploitations à taille humaine. Les entretiens sont entrecoupés de designs tricot que j’ai par ailleurs très envie d’essayer. J’ai passé un excellent moment avec ce livre qui est un reportage très intéressant. Alice Hammer sait partager sa passion. Ce livre m’a aussi donné envie de changer de vie, d’aller vers ce que ces passionnés réussissent tous les jours à produire d’authentique. Doux rêve, pour l’instant, bien entendu, mais il ne faut jamais dire jamais, non ? J’en profite pour vous souhaiter ici un doux réveillon et de belles fêtes de fin d’année !

french1 french2 French_Tricot-600

Editions Eyrolles – avril 2021

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

https://www.alicehammer.com/

Coups de coeur·Lectures 2021

Hors gel, Emmanuelle Salasc… coup de coeur !

horsgel

❤ Attention, j’ai eu un gros gros coup de coeur pour ce roman ! La question qui se pose à moi maintenant est de savoir comment réussir à en parler sans raconter ma vie, ni l’écho surprenant, très fort, bouleversant, qu’il a provoqué en moi. Outch… Il faut reconnaître en premier lieu (et ceux qui me connaissent depuis longtemps le savent) que je suis une très grande adepte des romans d’Emmanuelle Pagano. Depuis Les adolescents troglodytes, son écriture m’est familière, me touche, je m’y sens chez moi. De plus, nous avons eu toutes les deux l’occasion de nous rencontrer plusieurs fois, notamment au cours d’un week-end d’atelier d’écriture mémorable. Que Emmanuelle Pagano soit devenue Emmanuelle Salasc ne change rien à l’affaire. J’attendais de prendre le temps de lire son dernier roman avec impatience. Et il m’a pris à la gorge immédiatement. Il s’agit pourtant de faire un saut dans le temps, d’aller vers un été 2056 imaginé, où une sirène retentit, prévenant les habitants, traumatisés par un ancien drame d’un danger imminent. Lorsque la sirène hurle, dans cette vallée d’altitude, il faut se regrouper, se mettre à l’abri, le glacier pourrait rompre de nouveau. Le problème est la présence de Clémence auprès de sa soeur Lucie. Clémence, disparue pendant trente ans, revenue se cacher auprès de sa jumelle. Clémence, probablement recherchée, dont Lucie nous raconte l’enfance et le caractère : sensible, violente, délinquante, fugueuse, asociale, psychotique, faisant vivre un enfer à sa famille au quotidien. Comment grandir sereinement auprès d’un tel personnage ? On ne peut devenir qu’un être empêché, craintif, sur ses gardes, n’est-ce pas ? Ce roman m’a bouleversée de ce point de vue. Un grand merci à l’autrice d’avoir abordé ce sujet, avec cette focale. Le lieu de la fratrie et ce qu’il s’y joue est si rarement abordé. Mais Hors gel est aussi un roman qui porte un regard étonnant sur ce que donnerait une nature soudain ultra-protégée, et déifiée à l’extrême, sous le règne d’une écologie politique stricte et voilà qui pose également question. L’écriture d’Emmanuelle Salasc sublime tout dans ce roman d’une grande force, visuel et sensible. Et le lecteur assiste, impuissant, à ce ballet dangereux entre deux soeurs que tout oppose et que tout réunit cependant.

 Editions POL – août 2021

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Coups de coeur·Lectures 2021

Harry Potter et l’Ordre du Phénix… novembre jeunesse (tardif) et coup de coeur !

harrypotter5

Traduit de l’anglais par François Ménard

❤ Mon mois #novembrejeunesse a légèrement débordé sur décembre avec la lecture de cet énorme pavé qu’est le tome 5 de la saga Harry Potter. Ce sont des livres que ma fille me prête et je dois dire que j’aime de plus en plus suivre les aventures du jeune sorcier et de ses acolytes… L’intrigue commence toujours un peu de la même manière, chez les Dudley, où Harry est obligé de passer l’été. Cependant, cette fois-ci, il se déroule quelque chose d’inhabituel, des détraqueurs apparaissent dans la rue, alors qu’Harry est avec son cousin. Le jeune sorcier utilise la magie, ce qui est interdit au pays des moldus. Les ennuis commencent. Harry sera convoqué mi-août pour décider ou non de son entrée à Poudlard à la prochaine rentrée. Heureusement, les Weasley sont là. La famille de Ron est un soutien sans bornes pour le jeune orphelin, ainsi que son parrain Sirius Black, obligé de se terrer dans sa maison familiale, un lieu qu’il déteste. Mais c’est ici que se réunit dans le plus grand secret l’Ordre du Phénix, et c’est aussi là que pourra se réfugier Harry avant qu’on lui accorde finalement de retourner à Poudlard. Personne ne croit au retour de Voldemord, ce qui va causer beaucoup d’ennuis à Harry mais également à Dumbledore, obligé de compter avec la présence du professeur Ombrage, une femme désagréable et dangereuse, bien décidée à appliquer les directives du ministère de la Magie et notamment de Fudge. Heureusement, Harry peut compter sur ses amis, et sur leur enthousiasme… J’ai adoré ce tome, dense et long, qui prend son temps, mais est encore une fois très bien fait. L’univers créé ici par JK Rowling est impressionnant, il fourmille de détails. Je pense par exemple aux géants et aux centaures, mais aussi à cette scène finale au ministère de la Magie. Un excellent moment de lecture, et il me reste encore deux tomes à découvrir !

 Editions Folio Junior – octobre 2016

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Coups de coeur·Lectures 2021·Objectif PAL

Une bouteille dans la mer de Gaza, Valérie Zenatti… novembre jeunesse, coup de coeur & objectif pal du mois !

unebouteilledanslamer

❤ J’ai trouvé ce petit roman jeunesse dans une boîte à livres et j’ai vraiment bien fait de l’adopter, car il s’avère un joli coup de coeur de lecture. Je crois que je n’avais encore jamais lue Valérie Zenatti, ce n’était pas faute pourtant d’en avoir entendu parler, d’elle en tant qu’autrice, mais également de ce roman… Tal est une adolescente de Jérusalem. Elle se remet difficilement du dernier attentat qui vient d’avoir lieu juste dans le café en bas de chez elle, et qui a tué un père et sa fille qui devait se marier le lendemain. Tal avait sept ans en 1993, lorsque le premier ministre, Yitzhak Rabin a été assassiné, et avec lui l’espoir d’une paix. Un jour, en plein cours de biologie, lui vient l’idée d’écrire une lettre, qu’elle demandera à son frère Eytan, militaire là-bas, de lancer dans la mer de Gaza. Une bouteille à la mer pour espérer toucher une jeune fille de la bande de Gaza, échanger, croire à une entente possible. Elle a créé une adresse mail dédiée. Contre toute attente, c’est un jeune homme qui lui répond, un peu agacé devant sa naïveté, et qui semble en colère. Mais un échange a bien lieu, quelque chose se passe entre eux qui s’apparente à une correspondance, voire à un attachement… Il n’existe pas beaucoup de romans épistolaires par mails, surtout partant d’un tel principe de départ, celui d’une conversation avec un inconnu. Je pense à Quand souffle le vent du Nord que j’avais adoré lire il y a dix ans. Ce principe fonctionne toujours aussi bien, même des années après, et même si nous échangeons beaucoup moins par mail à présent, en 2021 qu’en ce début des années 2000, période pendant laquelle Tal écrit à son correspondant. Ce qui fait le sel de cette histoire est sans conteste le contexte fort, la peur au ventre qui tient chaque protagoniste, la proximité de la mort, très présente. Chaque silence est interprété comme un décès potentiel et non comme une bouderie. Pour autant, le ton de Tal est la plupart du temps léger et permet de se faire une idée de la vie d’une adolescente à Jérusalem. J’ai vraiment beaucoup aimé !

 Editions Ecole des loisirs – décembre 2010

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Un livre lu dans le cadre du challenge #ObjectifPal