Lectures 2021

Un air de Dolce Vita, Joëlle Loeuille

Depuis quelques années, les copines de blogs écrivent des livres, et c’est à la fois enthousiasmant et très intimidant… Joëlle Loeuille poursuit un parcours feel good qui s’avère à chaque roman de plus en plus réussi. Pour la petite histoire, nous nous sommes rencontrées via l’atelier d’écriture d’Alexandra sur Brick a book puis via sa passion pour la broderie de Pascal Jaouen. Je suis très admirative de ce qu’elle fait, de son chemin (autant en matière d’écriture que de broderie), quand de mon côté je ne prends plus tellement le temps d’écrire et me suis plongée dans le tricot (mais j’aime toujours la broderie). C’est donc avec enthousiasme que j’ai commencé son nouvel opus qui envoie Violette en voyage à Rome avec un groupe de personnes âgées. Violette s’occupe d’habitude de bébés qui viennent de naître et est férue de triathlon, il est donc évident que son engouement pour passer quelques jours en compagnie de « vieux » censés se déplacer à un rythme d’escargot est très modéré. Mais elle devait ce service à Pâquerette, sa soeur, qu’elle remplace au pied levé. Vous devinerez que l’aventure sera meilleure que prévu, mais surtout inattendue pour une Violette qui devra mettre au placard nombre de préjugés, sa préparation au prochain triathlon de Brest et oublier sa vie d’ordinaire bien réglée. Le groupe, à la fois dissipé et bienveillant, est en effet composé pour la plupart de membres d’une association, Quercy-loisirs, qu’il faudra diriger fermement mais aussi écouter. L’association s’adonne notamment à la broderie d’art. Lucas, l’autre accompagnateur, et son binôme de voyage, est diplômé en broderie et est fier de sa qualification de brodeur. Pour Violette, ce voyage va permettre de regarder d’un autre point de vue nombre de ses certitudes. Pour son plus grand bonheur ? En lisant ce roman, j’ai aimé reconnaître les centres d’intérêt de Joëlle, puis oublier l’auteure pour me glisser dans cette histoire, menée avec dextérité, et qui permet un dépaysement bienvenu. Comme je le disais en début de billet, me voici à présent intimidée et admirative.

Editions City – 13 janvier 2021

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Ma lecture de Il y a toujours un rêve qui veille et Plage Sainte Anne