Lectures 2018

Chanson de la ville silencieuse, Olivier Adam ~ rentrée littéraire hiver 2018

Tu attends toujours avec une grande impatience la parution d’un nouveau roman d’Olivier Adam… car ces dernières années, c’était la promesse, à chaque fois, d’une lecture d’une telle grande qualité que tu pouvais même en frissonner d’admiration. C’était encore le cas en 2016, avec La renverse. Cette année, tu dois avouer que tu es un peu déçue. Et pourtant, tu as retrouvé avec grand plaisir l’ambiance douce amère, le désenchantement, qui sied si bien à l’écriture d’Olivier Adam en général et dans ce livre. Le lecteur s’attache à cette fille, fille d’un chanteur-compositeur très connu, ayant disparu du jour au lendemain (un suicide ?), et qui apparaît tout à coup sur une vidéo de mauvaise qualité, prise dans les rues de Lisbonne. Aurait-il finalement maquillé sa fuite ? Serait-il encore en vie ? Sa fille s’élance à sa recherche et en profite pour nous retracer le récit de son enfance particulière, où elle n’était qu’un petit paquet encombrant et discret que l’on oubliait facilement dans un coin. Aujourd’hui, elle est devenue l’amie de deux garçons, elle travaille dans le monde de l’édition, et sait que son père a emporté avec lui définitivement la tendresse qu’elle lui portait, ainsi que leurs rares souvenirs communs… Elle aimerait être seule, avec ses émotions tendres et sa sensibilité à elle, à être à la recherche du fantôme du chanteur, mais c’est compter sans la notoriété qu’il traîne encore dans son sillage, ainsi que l’avidité des journalistes et médias. Et toi, lectrice, tu ne sais pas vraiment ce qui t’a tenue constamment sur le côté dans ce récit, ce qui t’a un peu ennuyée. La chronologie en désordre ? Ce monde de la musique qui ne t’intéresse pas tellement ? Les longues descriptions de ce coin retiré de province où le père de la narratrice trouve refuge ? Ne jamais être réellement surprise des rebondissements de la narration ? Ce roman a laissé une douce empreinte dans ton esprit à la fin de ta lecture, et il est encore une fois très bien écrit, mais tu as hâte qu’Olivier Adam te dérange à nouveau.

Editions Flammarion – 3 janvier 2018

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Publicités
Coups de coeur·Lectures 2017

Femme à la mobylette, Jean-Luc Seigle

❤ 

Tu vas dorénavant vers les romans de Jean-Luc Seigle presque les yeux fermés… Il faut dire que tu avais déjà eu un premier coup de coeur en 2013 pour son En vieillissant les hommes pleurent, que tu avais adoré [clic], puis tu avais rencontré l’auteur [clic] et lu son Je vous écris dans le noir [clic], avec le même émerveillement. Il y a des connexions avec certains auteurs qui ne s’expliquent pas. Une sensation de familiarité dans l’écriture dès le début de la lecture qui donne immédiatement le sentiment confortable de savoir que l’on va aimer ce que l’on va lire. C’est encore le cas cette fois-ci avec cette Femme à la mobylette, qui commence pourtant dans une atmosphère de drame, presque insupportable pour le lecteur. Reine a-t-elle tué ses trois enfants ? On va très vite savoir que non, mais qu’elle a eu l’intention de le faire, et combien sa vie a basculé depuis le départ de son mari Olivier. Reine doit trouver un travail, pour subvenir à leurs besoins à tous. Elle qui n’a jamais prié, invoque le tout puissant. Et le miracle a lieu. Dans son jardin, elle découvre sous un tas de fatras amoncelés par son mari une mobylette, encore en état de marche. Reine va donc pouvoir accepter ce poste aux Pompes Funèbres auquel l’éloignement l’avait obligé à renoncer. La voici donc sur les routes matin et soir… et tout semble enfin devenir possible, même l’amour, sous les traits de Jorgen, routier Néerlandais, peintre et poète. Et toi lectrice, tu n’en diras pas plus, pour laisser aux futurs lecteurs le plaisir de la découverte de ce roman à la fois poétique et réaliste. Jean-Luc Seigle sait à merveille se mettre dans la peau et les pensées d’une femme, et tu en es encore une fois complètement admirative et étonnée, de tant de douceur et de méticulosité dans les détails. Il sait aussi évoquer les gens de peu, ceux pour qui vivre le quotidien est un défi en soi, une gageure. Alors, le bonheur peut ressembler à une chanson partagée, le vrombissement d’une machine à coudre en soirée, ou le son d’une télévision allumée sur son programme préféré. Tu as été touchée, et émue, par ce portrait de femme, persuadée de bien faire pour ses enfants, à l’écoute de la voix de ses ancêtres, connectée à l’envie de mettre à tout instant de la lumière dans sa vie.  Tu as aimé aussi qu’en fin d’ouvrage Jean-Luc Seigle se livre un peu, et s’engage… Un tendre coup de coeur, en ce mois de décembre frileux.

Editions Flammarion – août 2017

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

La lecture de Joelle enthousiaste 

Béa a beaucoup moins aimé

Lectures 2017

Les matchs de la rentrée littéraire 2017 avec Price Minister – Rakuten

Aujourd’hui est le grand jour où tu annonces que tu es de nouveau marraine de la rentrée littéraire pour Price Minister cette année !! Et tu en es ravie car cela te permet de vous gâter encore une fois. En effet, nous étions 5 marraines à travailler dans l’ombre pendant tout l’été pour vous concocter une sélection de rentrée : LeiloonaSylireMokaPlume de Cajou et toi. Encore une rentrée littéraire pas comme les autres vécue avec un petit sel supplémentaire, et des échanges sympathiques !

Les matchs de la rentrée littéraire (#MRL17), ce sont donc 5 marraines qui choisissent chacunes 3 romans, considérés par elles comme des pépites ou des incontournables de cette rentrée littéraire. Vous pouvez découvrir ta sélection ci-dessous (lien vers les billets en cliquant sur les couvertures) et la sélection des autres marraines sur leur blog respectif aujourd’hui. En ce qui te concerne, ce sont ces livres qui se sont imposés à toi…

                   

Ensuite, il vous reste à choisir le livre que vous souhaiteriez recevoir en échange d’un avis. Pour participer, c’est simple, il suffit d’avoir soit un blog, un compte Instagram ou Youtube. Vous avez jusqu’au 9 septembre. Toutes les informations sont ici avec le formulaire d’inscription [clic].

La sélection complète… (aussi sur la page Rentrée littéraire de Price Minister)

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Coups de coeur·Lectures 2017

Un loup pour l’homme, Brigitte Giraud ~ Rentrée littéraire 2017

     ❤

Je crois que tu vas à présent vers les romans de Brigitte Giraud presque les yeux fermés… tellement est ancrée en toi maintenant la certitude que son écriture va te plaire. Et c’est encore une fois le cas. Mais quelle émotion, cette fois-ci de rentrer aussi dans une histoire qui te touche personnellement… (Comprendre enfin le mutisme du père…)  Car pour cette rentrée, Brigitte Giraud nous raconte Antoine, appelé pour l’Algérie, au Printemps 1960. Antoine, dont l’épouse Lila attend un enfant, là-bas en France. Antoine, qui a choisi la formation d’infirmier pour échapper au combat et qui espère rester planqué. Mais tout cela est illusoire, même si les premiers temps ressemblent presque à des vacances, des vacances où il ferait beau tout le temps, où les plages seraient belles, et les mets délicieux. C’est la guerre. Et c’est folie que Lila vienne retrouver Antoine pour vivre près de lui et accoucher en Algérie de leur enfant, folie de croire que tout va rester ainsi, et que tout cela n’est pas dangereux. Antoine voit bien les corps abîmés déferler dans l’hôpital où il apprend à prendre soin d’eux, surtout d’Oscar, cet homme amputé qui le fascine et dont il se sent très vite très proche… Pendant ta lecture, tu songeais combien Brigitte Giraud disait doucement ce qui était pourtant si fort et si intense, et combien ses mots étaient apaisants et justes, hors de tout jugement. Et tu as aimé cela, que l’on te montre avec ce soucis de justesse et de respect les images et les couleurs, la vérité de cette Algérie dont on ne t’avait raconté que le goût des fruits et dont on t’a laissé deviner seulement parfois la terreur tapie. Tu conseilles ce roman aux enfants devenus adultes, qui n’ont jamais eu de réponses à leurs questions, et qui ont du faire avec les silences et les souvenirs muets de ces pères revenus de cette étrange guerre… Tu es heureuse que les romans prennent enfin en main ce temps tabou. C’est un pas vers la compréhension… Avant que les derniers survivants de cette époque ne disparaissent, voilà qui te semble important, surtout de cette manière subtile et bienveillante, à hauteur d’appelé. Et tu assènes à cette lecture un évident coup de coeur !!

Editons Flammarion – 24 août 2017

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5