Lectures 2020

Oh happy day, Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

J’ai fait la connaissance d’Anne-Laure Bondoux au Festival Rue des livres à Rennes, en 2017. A cette occasion, j’avais acheté Et je danse aussi, le premier volet du livre que je présente aujourd’hui, et que j’avais adoré. J’ai eu la chance de la croiser également au Printemps du livre l’année dernière, mais aussi cette année, en janvier, à la médiathèque de Venansault, en la compagnie surprise de Jean-Claude Mourlevat. Ils nous ont bien entendu évoqué cette sortie… Je vous invite à lire cette interview, que m’a accordée Anne-Laure Bondoux pendant le confinement, et dans laquelle elle revient notamment sur les circonstances qui ont redonné vie à Adeline et Pierre-Marie [clic]. Quatre ans se sont écoulés en effet depuis la séparation de Pierre-Marie et d’Adeline,  qui suite à leur longue correspondance par mails, avaient fini par se rencontrer et s’aimer. Celui-ci lui envoie un mail. Il lui demande si elle n’a pas retrouvé un petit carnet noir, dans lequel il avait noté une idée de roman. Mais ce mail, cette reprise de contact, tombe au pire moment pour Adeline. En effet, elle s’apprête à partir au Canada avec son tout frais mari, Ben, laissant en France la maison de sa mère et leurs souvenirs communs. De plus, Adeline a un projet éditorial que le retour de Pierre-Marie dans sa vie contrarie. Cependant, la conversation reprend, par mails interposés, et avec elle, peu à peu, timidement, la confiance réciproque… Et il en faudra pour affronter tous les rebondissements à venir, et les chagrins. Oh happy day est d’une structure un peu différente de Et je danse aussi, ce qui s’est avéré au final plutôt une bonne surprise. En tant que lecteurs, nous avons accès cette fois-ci aux mails des protagonistes, bien sûr, mais pas que. Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat ont décidé de nous donner accès à leurs pensées secrètes et hésitations. Et j’ai aimé je crois que Oh happy day ne soit pas une simple suite, régie par les mêmes codes, ce qui aurait peut-être donné un côté factice à l’ensemble. C’est un nouveau roman, à part entière, que nous livrent les auteurs, que l’on peut lire seul, et qui nous entraîne dans d’autres émotions. Je l’ai dévoré, m’attachant de nouveau aux personnages.

Fleuve éditions – mars 2020

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Lectures 2019

Valentine ou la belle saison, Anne-Laure Bondoux

J’ai rencontré une première fois Anne-Laure Bondoux au Festival Rue des livres à Rennes en 2017… J’avais alors craqué pour la version poche de Et je danse aussi et l’auteure m’avait dit avec bonne humeur que j’allais enfin rentrer dans la bande… Et elle ne pensait pas si bien dire tellement j’avais apprécié ma lecture ! Je l’ai rencontrée une deuxième fois, cette année au Printemps du livre de Montaigu, une deuxième rencontre très sympathique car nous avions déjà un peu échangé avant via les réseaux. J’avais été en effet ravie d’apprendre qu’une suite de Et je danse aussi était en route. Je suis repartie avec ce roman et le sourire d’Anne-Laure Bondoux. Valentine ou la belle saison aurait pu être un titre de ce printemps, je l’ai d’ailleurs cru avant de vérifier sa date de sortie (en octobre 2018). C’est un livre qu’il est bon en effet d’acheter maintenant et de glisser dans sa valise pour les vacances. J’avais personnellement besoin de sa légèreté et de sa bonne humeur, il est arrivé au bon moment. Faire la rencontre de Valentine est une vivifiante aventure. Cette femme de 48 ans a de l’énergie, des convictions et des idées. Pourtant, rien n’est simple dans sa vie depuis quelques jours. Elle vient d’apprendre qu’elle doit quitter l’appartement HLM qu’elle occupe à Paris depuis son divorce. Son ex-mari est en pleine campagne. Nous sommes avant les élections présidentielles de 2017. Elle décide donc de rejoindre sa mère à Lestrade et d’y trouver des solutions. La demeure familiale l’accueille chaleureusement. Monette et le chat Léon sont là. Valentine a accepté un contrat d’édition qui l’enthousiasme guère, et la morosité pourrait gagner la partie. Heureusement, son frère débarque à l’improviste, puant de sueur, juché sur son vélo dernier cri, afin de l’aider à passer le cap. Ils ne se doutent pas tous les deux de ce qu’ils vont découvrir sur leur famille, sur le village, sur le passé. Valentine a déniché des photos de classe dans un vieux carton, une silhouette a été minutieusement gribouillée sur chacune. Et moi lectrice, fatiguée par ce mois de juin assez bizarre, j’ai lu ce roman avec délice, goûtant pour une fois la simplicité. Car Anne-Laure Bondoux la manie avec brio, nous embarquant dans de multiples rebondissements, et maintenant son lecteur en haleine avec talent. Je parie que vous aimerez aussi vous laisser happer par ce doux récit aux allures assumées de feel-good mais au propos original et aux personnages attachants.

Editions Fleuve – octobre 2018

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Lectures 2019

Je ne suis pas un héros, Sophie Adriansen

Je lis toujours avec grand plaisir Sophie Adriansen, j’ai donc sauté sur l’occasion de recevoir son dernier livre jeunesse avec la dernière opération Masse critique de chez Babélio… Et encore une fois, Sophie Adriansen a le talent de s’attaquer à un sujet difficile avec sa délicatesse de ton et sa dextérité habituelle. Bastien n’est pas un héros. Il ne souhaite pas recueillir chez lui la famille de réfugiés installée près de la boulangerie. On ne peut pas accueillir chez soi toute la misère du monde, se plaît-il à penser. Mais un jour que la pluie tombe avec force, sa mère entraîne la mère et ses deux filles pour les installer dans leur appartement. La chambre d’amis ne sert pas en ce moment. Bastien est furieux et ne fait rien pour être agréable, alors que sa petite soeur (qui en avait eu l’idée dès le départ) est folle de joie. Le petit garçon ne veut rien changer à ses habitudes, ni partager ses parents, ni sa grand-mère, rien. Ils étaient si bien tous les quatre, avant l’arrivée des olives, comme il les appelle. Pourtant, il est assez subjugué par leur capacité d’émerveillement devant les nouveautés. On présente aux deux petites filles ce qui fait le quotidien de Bastien et de sa famille, le parc par exemple, et plus tard la mer, le restaurant. Pendant ce temps, sa mère se démène pour que la petite famille accueillie puisse bénéficier d’une meilleure situation. On court les associations, on recherche un interprète. Et les actions commencent à porter leurs fruits. La mère des fillettes trouve un travail. Les petites filles vont à l’école de Bastien et Capucine. Elles ont des nouvelles du pays. Sophie Adriansen ne tombe pas dans la facilité avec ce sujet et évite avec brio les poncifs. Elle prend le point de vue de Bastien avec beaucoup de finesse et de respect pour ses peurs, qui sont des peurs d’enfant, mais témoignent aussi de nos propres craintes d’adultes devant l’inconnu. Il n’est peut-être pas facile au jeune lecteur d’éprouver de l’empathie pour ce jeune garçon qui résiste au sentimentalisme et à l’attachement et qui pourrait paraître dur aux coeurs tendres, mais c’est un discours sans filtre qui nous est donné, preuve que la tolérance s’apprend. J’ai encore une fois beaucoup aimé !

Editions Fleurus – avril 2019

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une pépite du mardi pour Noukette et Jérôme

Coups de coeur·Lectures 2017

Tes étoiles de 2017 ~ ce qui t’a fait vibrer cette année

Même si 2017 n’est pas encore terminée (ouf et heureusement loin de là, rien n’est prêt), tu as eu envie hier de fouiller dans tes archives pour dénicher ce que tu as le plus aimé lire en romans, albums BD et jeunesse cette année !! (Tu préviens, il est possible que dans d’autres billets à venir tu regardes encore dans le rétroviseur). Pour corser le tout, tu as décidé de sélectionner seulement trois livres, dans chaque catégorie. C’est donc un peu ton petit prix lectures à toi toute seule que tu décernes à quelques titres aujourd’hui… Vous trouverez donc ci-dessous ce qui t’a particulièrement fait vibrer et battre ton coeur en 2017. De quoi trouver quelques idées supplémentaires à déposer sous le sapin pour Noël.

Pour accéder aux billets, il suffit de cliquer sur les couvertures !! ❤

Catégorie Romans

                      

Catégorie Albums BD

               

Catégorie Romans Jeunesse

                             

Tes autres coups de coeur sont là [clic] et là [clic]

N’hésitez pas non plus à aller lire les meilleurs billets sur notre sélection #MRL17 par ici [clic]

Et bientôt les résultats du vrai Grand Prix des Blogueurs Littéraires !!!

Et vous, vous retiendrez quoi de 2017 ?

Coups de coeur·Lectures 2017

Linea Nigra, Sophie Adriansen ~ Rentrée littéraire 2017

  lineanigra  

Depuis ta lecture du Syndrome de la vitre étoilée et ta rencontre avec Sophie Adriansen à Montaigu… tu avais hâte de lire ce roman dont elle t’avait montré avec joie la couverture sur son téléphone… Et c’est un coup de coeur !! Sans doute parce que le thème ici t’a beaucoup parlé, peut-être même plus que dans le premier volet !! Ce titre est la suite de son premier opus, donc, et nous retrouvons effectivement avec bonheur les mêmes personnages… Seulement, Stéphanie n’est plus avec Guillaume, avec lequel elle avait essayé en vain d’avoir un enfant dans le roman précédent. Elle a rencontré Luc, qui l’aime comme une évidence, et même si elle est pleine de réticences, au début, si elle n’est pas certaine de croire vraiment en cette nouvelle histoire, la voici assez rapidement amoureuse elle aussi, entièrement et complètement… et enceinte. Tu as aimé, encore une fois, la manière dont Sophie Adriansen élabore son récit (tu es même très admirative de ce procédé), entrecoupant l’histoire de la grossesse de Stéphanie de digressions sur le même sujet, coupures de presse, extraits de livres, de conversations saisies au vol, textes administratifs, règlements, convictions, etc… Plus largement, il s’agit dans ce livre de parler de la façon dont notre société moderne traite la maternité, et plus spécialement ce moment si particulier de l’accouchement. La France est l’un des pays développés où les médecins pratiquent le plus d’accouchements déclenchés, de césariennes et d’épisiotomies. Tu as bizarrement senti ton ventre se serrer, comme à nouveau secoué par des contractions, pendant toute ta lecture… C’était assez éprouvant, et en même temps très fort. Et pourtant ta dernière grossesse date un peu… 12 ans. Mais le corps semble conserver pour toujours cette trace là, cette mémoire du passage… La Linea Nigra est cette ligne noire verticale apparue en début de grossesse sur le ventre de Stéphanie, et disparue aussi subitement qu’elle était apparue, après l’accouchement. Rien ne se passe réellement comme la jeune femme l’aurait voulu, puisqu’il lui semble que la césarienne subie lui a en quelque sorte, volé son accouchement… Pourtant Ulysse, son fils, est là, il va bien, et n’est-ce pas souvent un peu le cas (cette impression que rien ne s’est réellement passé comme prévu) ? Tu garderas pour toujours le souvenir de tes deux accouchements, si différents, et de cette deuxième grossesse, écourtée de ce mois et demi dont tu te demanderas sans doute encore longtemps où il a disparu, qui te l’a à toi aussi… volé ? Chaque histoire est différente, et chaque femme, devenue mère, pourra se reconnaître dans ce récit qui n’oublie pas de les embrasser toutes… Merci Sophie Adriansen de parler si vrai !! Tu attends à présent avec impatience la suite, puisque donner naissance n’est que le début de l’aventure de la maternité, n’est-ce pas ? Une lecture, loin d’être anecdotique, importante, que tu recommandes chaudement en cette rentrée !

Fleuve éditions – 14 septembre 2017

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5