Lectures 2021

D’or et d’oreillers, Flore Vesco

Je venais tout juste de refermer L’estrange Malaventure de Mirella quand j’ai ouvert ce dernier roman de Flore Vesco. Elle se sert encore une fois dans cet opus des ébauches d’un conte connu, ici La princesse au petit pois, pour broder pour nous une autre histoire, bien plus intéressante et complexe… Nous retrouvons la famille Watkins, leurs trois filles, blondes et gracieuses, fragiles, et leur femme de chambre, Sadima. Une rumeur enfle que, non loin de là, un lord richissime chercherait à se marier. Le seul hic, il ferait passer un test aux jeunes filles intéressées, un test qui pourrait mettre leur honneur en jeu. Il leur demande de passer une nuit chez lui. Mrs Watkins, qui n’a pas oublié d’être bête, invente un stratagème de calèche embourbée afin de se faire inviter au domaine de Lord Handerson. Les jeunes filles passent le test, mais à leur grande surprise, on invite également Sadima, la femme de chambre, à le tenter… La jeune-fille, d’habitude discrète, se révèle intrépide et courageuse, et Adrian, le prétendant tant convoité, avoue avoir bien plus qu’un mariage en vue. De plus gros soucis aussi. Je ne vous en dis pas plus. Flore Vesco a ce don de tordre les contes de fées tout en en conservant quelques codes, comme ici cette maison qui emprisonne ses occupants avec la magie, cette manière d’aller chercher la jeune-fille la plus discrète, la plus humble, et aussi la plus audacieuse. On pense à Cendrillon, à La belle au bois dormant, un clin d’oeil est même fait à Barbe bleue. J’aime beaucoup ce que j’ai vu du talent de Flore Vesco dans ces deux livres lus. D’or et d’Oreillers est très sensuel, et peut-être encore plus surprenant, fantastique, déroutant, que le précédent. Le personnage de Mirella m’a beaucoup marqué et restera très difficile à oublier. Merci à Flore Vesco pour ce voyage sans pareil que je viens de faire avec elle dans l’univers des non-contes de fées.

Editions Ecole des loisirs – mars 2021

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Moka

Lectures 2021

L’Estrange Malaventure de Mirella, Flore Vesco

Je pensais découvrir Flore Vesco avec ce livre, mais il s’avère que je l’ai déjà lue, dans le recueil de nouvelles Elle est le vent furieux de chez Flammarion auquel elle a participé. Cela dit, nous sommes ici dans tout autre chose… En effet, vous pensiez tout savoir sur le conte du joueur de flûte, celui qui fait fuir les rats et enlève les enfants d’Hamelin ? Flore Vesco nous prouve ici que non et qu’une autre version est possible. La version de Flore Vesco met en scène une jeune fille, Mirella, orpheline et porteuse d’eau. Mirella sait depuis toujours se faire discrète dans cette bourgade du Moyen-âge qui aurait tôt fait de la brûler vive, comme une sorcière, tant ses cheveux sont d’un rouge flamboyant et ses dons de chanteuse remarquables. Si en plus, ils savaient, alors que la peste ravage la population, qu’elle a l’attention de cet homme noir qui arpente la ville et murmure un souffle mortel à l’oreille des habitants… Cette collection poche de l’école des loisirs reprend des titres de la collection Médium, destinés aux plus de douze ans. En général, ces titres d’une grande qualité (et maturité) me correspondent plus. J’ai particulièrement aimé plonger dans ce moyen-âge là, violent et lointain, la façon très intelligente de Flore Vesco de remanier ce conte, dont la fin m’a toujours laissée jusque là sur ma faim. Son style mélange savamment quelques termes anciens et des chansons, sans perdre pour autant le lecteur, qui s’émerveille au contraire de cette plongée dans un temps ancien qui semble tout à coup accessible. Je ne suis pas très étonnée de tous les prix que ce récit a reçu lors de sa sortie en grand format, notamment le Prix vendredi en 2019 et le Prix Sorcières en 2020. J’aurais véritablement adoré lire ce type de romans lorsque j’étais adolescente. Mirella est une héroïne courageuse, lucide et déterminée à laquelle on ne peut qu’avoir envie de ressembler. Je ressors de cette lecture, très enthousiaste, et je vais m’empresser d’ouvrir son nouveau roman, D’or et d’oreillers qui vient de sortir en grand format.

Editions Ecole des loisirs – mars 2021

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Ma lecture de… Elle est le vent furieux

Lectures 2021

Elle est le vent furieux ~ Sophie Adriansen, Marie Alhinho, Marie Pavlenko, Coline Pierré, Cindy Van Wilder, Flore Vesco

Ce recueil de nouvelles jeunesse est arrivé un beau jour dans ma boîte aux lettres accompagné de son puzzle, une belle idée qui a occupé toute la famille les jours suivants. Bien entendu, sa couverture a alors entretenu nos conversations… nous laissant dans le doute sur ce que le ELLE signifiait. Marie Pavlenko est à l’origine de ce projet… Et « si le vivant s’incarnait, si Dame Nature était une vraie personne, que ferait-elle en voyant les hommes maltraiter la Terre, faire fi des créatures qui partagent cette planète avec nous ? Elle serait tellement furieuse. » ELLE représente donc La Nature, incarnée dans la première nouvelle par une vieille dame qui arpente les rues de la capitale, sidérée par le comportement des humains autour d’elle. Elle décide alors de se venger. Les nouvelles suivantes donneront à chacune des autrices invitées l’occasion d’imaginer leur version du pire, entre cette destination de vacances envahie par des singes, ces corps soudain prisonniers de plantes, ce printemps qui n’arrive plus, ces enfants qui présentent des caractéristiques étranges proches des poissons et jusqu’à l’écriture qui est menacée de disparaître. A quoi joue-t-ELLE donc ? Aux Hunger Games version Dame Nature ? Le lecteur ne peut que faire un rapprochement évident avec les événements récents, cette pandémie qui peut laisser à penser qu’elle se venge de nous, en effet. Aurait-ELLE tort ? Le recueil donne sa version, se plaçant du côté de Gaïa, puis regardant les pauvres humains se démener dans l’enfer qu’ils ont eux-mêmes créé. J’ai été absolument prise à la gorge par chacune des nouvelles de ce livre, qui peut être mis dans toutes les mains, des plus jeunes aux plus âgés. L’écriture est fluide, comme il convient aux livres jeunesse, mais le propos est fin, la plume acérée et le constat troublant. Un recueil qui ne mâche pas ses mots, et qui va trouver une place de choix dans ma bibliothèque. Je recommande chaudement.

Editions Flammarion jeunesse – 6 janvier 2021

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Retrouvez [ici] une interview de Sophie Adriansen lors du premier confinement