Lectures 2017

Les pleureuses, Katie Kitamura ~ Rentrée littéraire 2017

Tu succombes de temps en temps aux jolies couvertures roses de la collection La cosmopolite de chez Stock, et y découvre souvent de jolies pépites, mais c’est un peu moins le cas cette fois-ci… Ce roman là a été traduit de l’anglais et son titre original est A Séparation. Des flammes courent sur la couverture de la version anglaise… et voilà qui donnait sans doute mieux une idée de l’ambiance du roman que cette version française… un peu édulcorée. En effet, tu as appris très vite que la narratrice est séparée de son mari, Christopher, que personne ne l’a su jusque là. Elle avait promis. Et que quand sa belle-mère l’appelle pour la sommer de partir à la recherche de son ex-époux, la voici bien embêtée. Il a disparu depuis plusieurs jours. Elle est à deux doigts de lui dire qu’ils sont séparés, qu’elle a un autre homme dans sa vie, puis accepte finalement de partir à sa recherche dans le Péloponnèse pour finaliser leur divorce. Elle s’installe dans l’hôtel où il avait réservé, et attend, sans que Christopher ne donne de signes de vie, même si les traces de sa présence sont palpables… Son mari préparait un livre sur le deuil et les enterrements, et s’intéressait plus particulièrement à la pratique ancestrale des pleureuses, payées pour pleurer les morts. Dans sa chambre, elle retrouve des tas de notes et papiers divers, ainsi que des vêtements éparpillés sur le sol… La nature aux alentours a été ravagée dernièrement par un terrible incendie, l’hôtel est pratiquement vide, ce qui donne à ce séjour des allures de fin du monde et de mélancolie profonde… La jeune femme s’interroge sur son mariage, les motivations de sa présence, les relations entre les personnes qu’elle rencontre (notamment les employés de l’hôtel)… Le drame plane, l’inquiétude monte… Et toi tu as été un peu déçue par la lourdeur du style de ce roman, qui répète beaucoup ses phrases et pense pesamment. C’est donc une légère déception, malgré une intrigue bien ficelée, et une histoire qui a réussi à te tenir en haleine jusqu’à sa fin…  Une lecture de rentrée mitigée donc, mais dont tu as tout de même goûté les moments de grâce, et notamment cette plongée assez réussie elle dans une Grèce moderne encore très secrète, dépendante du tourisme, et bercée par ses traditions.

Editions Stock – 23 août 2017

 J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

 Badge Lecteur professionnelLu via Net Galley

Publicités