Lectures 2017

La Ballade de l’enfant gris, Baptiste Beaulieu

Tu as croisé deux fois Baptiste Beaulieu en chair et en os cette année [clic] … il était donc grand temps pour toi de découvrir son dernier roman. Et c’est assez spécial de faire ce chemin inhabituel, rencontrer l’auteur après avoir rencontré l’homme. De plus, tu savais que Baptiste Beaulieu était aussi (et surtout) médecin, et qu’il était question d’enfant malade dans ce titre. Est-ce pour cela que tu as tant tardé à l’ouvrir ? Sans aucun doute. Et tu as eu tort. Car loin de l’hôpital où Noah souffre effectivement, et meurt peu à peu de cette maladie qui rend les enfants gris, Baptiste Beaulieu nous emmène en balade à Rome, puis à Jérusalem, et ce livre se révèle être également … un tourbillonnant voyage. Mais reprenons… Jo’ est interne en pédiatrie, et No’ est cet enfant de sept ans dont il s’occupe et que sa maman délaisse atrocement. A-t-elle ses raisons ? Peut-être. Mais le personnel la juge sévèrement car son attitude est très dérangeante, et le petit Noah est en grand danger, ses jours sont comptés. Puis, ce qui devait advenir arrive, et Jo’ se retrouve avec le petit fantôme de Noah collé à ses basques. De quoi devenir fou. Alors, Jo’ décide de partir sur les traces de cette mystérieuse mère, Maria, afin de rendre l’enfant (et son âme errante) à sa mère et de reprendre une vie normale. Le voici donc à Rome où il découvre la présence récente d’une Maria jeune femme et amoureuse, puis à Jérusalem où tous les bonheurs et tous les drames semblent pouvoir advenir. Comment donner de l’amour ? Comment empêcher les enfants de souffrir ? Comment accepter tous les destins et toutes les manières de vivre ? Comment aider ? Jo’ rencontre et se regarde dans le miroir, apprend à se voir tel qu’il est aussi, un jeune homme qui ment, et devrait apprendre à mieux aimer. Baptiste Beaulieu livre ici un très beau récit en forme de conte, émouvant et sensible, foisonnant, qui n’a pas laissé indifférent ton petit coeur tout mou de lectrice. Tu as aimé les beaux portraits dessinés, les instants forts en émotion, te perdre aussi parfois dans la chronologie et le réel/fantastique de ce livre. Une très belle lecture, qui a eu le goût toujours merveilleux de l’inattendu.

« Peut-être les fantômes d’enfants n’attrapent-ils jamais rien. Pas plus les pigeons morts que vivants, ou l’amour, ou le temps qui passe ou autre chose. C’est comme ça. »

Editions Mazarine – septembre 2016

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture… chez Virginie

Divers et blabla

Flash back sur 2017

Pour une fois, tu avais envie de faire un petit retour rapide sur cette folle année bloguesque, pleine de rencontres et d’heureux imprévus, qu’a été l’année 2017 !! Tandis que tu termines en ce moment ce tricot jaune commencé il y a un an… Voici donc ci-dessous tout ce qu’il s’est passé (ou presque)… pour toi, en 2017. Selon le modèle du moi après mois de chez Moka.

Janvier : Refaire surface, après une fin de 2016 compliquée. Tu te rends au Festival BD d’Angoulème avec ton groupe de bibilothèque. Tu croises Antoine Dole, Mo’ et Sabine, puis Framboise, Jérôme, Moka… et Mélenchon (si si) [clic]Février : Ta fille découvre Harry Potter !! Les éditions Mazarine te contactent pour être jurée du prochain Mazarine Book Day #2 [clic]. Mars : Le mois des aventures. Nantes. Tu assistes au concert mémorable de Julien Doré. Rennes. Festival Rue des livres. Tu passes un intéressant moment à écouter (entre autres) le futur Goncourt Eric Vuillard.  Et tu as la joie de croiser de nouveau Sylire, Gambadou, Géraldine, Canel, etc…  [clic] Paris. Tu fais ta provinciale mais passe une journée formidable au Mazarine Book Day #2*. Tu croises du beau monde, Caroline, Séverine, Mélusine, le staff de Fayard, mais aussi Stéphanie Pelerin, Baptiste Beaulieu et Julie De Lestrange [clic]. Avril. Tu passes ton temps à gagner des livres chez Jérôme. Montaigu. Le Printemps du livre. Tu fais la bise à Sophie Adriansen, Stéphanie Pelerin, Baptiste Beaulieu, Jérôme Attal, Fabienne Juhel et Erwan Larher. Tu retrouves avec plaisir Sandrine, Clémentine et ses amies. Et tu te retrouves en train de déjeuner en compagnie de Stéphanie Pelerin, Clarisse Sabard, Baptiste Beaulieu, Jeannine Boissard, Gilles Paris et Lorraine Fouchet [clic]. Mai. Tu découvres la boutique Hollywool. Tu vois en concert William Z Villain. Et ta lecture du livre de Julie de Lestrange fait la une de Canalblog [clic]. Juin. Cela fait plus de six mois que tu as repris l’Objectif Pal qui se porte bien. Une blogueuse de l’atelier d’écriture auquel tu participes chez Leiloona sort un joli livre d’été. Tu écris [clic]. Juillet. Bretagne. Vacances. Tu rencontres le Camion qui livre et tu gagnes dix poches avec un hashtag sur Instagram. Tu lis en secret pour les matchs de la rentrée de Price Minister. Et tu passes un bel après-midi improvisé en compagnie de Sylire, une des marraines de l’opération [clic]. Août. Tu commences une écharpe aux couleurs de la maison Serpentard pour ta fille, devenue entre temps totalement fan d’Harry Potter (voir février). Tu deviens accro au thé. Face aux multiples ennuis de Canalblog et en pleine rentrée littéraire, tu décides de changer de plateforme et intègre WordPress [clic]. Septembre. Pour la seconde année, tu es une des marraines des Matchs de la rentrée littéraire [clic]. Octobre. Tu découvres les joies du métier à tisser chez Hollywool. Tu lis tout haut des extraits du Dernier gardien d’Ellis Island devant Gaëlle Josse et bavarde avec elle autour d’un verre. Tu rencontres aussi Mumu dans le bocage. Tu passes ta vie à la bibliothèque [clic].  Novembre. L’écharpe Serpentard est terminée. Plus de cinquante personnes te souhaitent ton anniversaire sur facebook. Tu deviens vintage. Décembre. Tu te rends compte combien 2017 a été riche. Tu fais le bilan de tes lectures. Et te tiens toute prête pour une nouvelle année !!

Merci Enna pour cette carte qui m’a portée chance !! 😉 

(* Laure Rollier est la lauréate du Mazarine Book Day #2 [clic ici])

Ci-dessous, vos neuf photos Instagram préférées de l’année 2017…

 L’image contient peut-être : 4 personnes

Lectures 2017

Danser, encore ~Julie de Lestrange

Tu avais déjà beaucoup aimé cette première rencontre avec la bande de jeunes amis inventée par Julie de Lestrange dans Hier encore, c’était l’été… Tu as donc été ravie de suivre la suite de leurs aventures dans ce second opus sorti hier en librairie. Les jeunes adultes sont devenus des adultes et ont pris des chemins très différents. Alexandre et Sophie ont eu deux enfants et devenir parents a rendu leur quotidien à la fois riche et stressant. Marco a préféré, lui, laisser Pénélope le quitter plutôt que de devenir père de famille. Anouk, qui vit toujours à Londres, envisage de s’engager dans un mariage blanc pour aider un ami. Chacun reste un peu dans le rôle qu’il a choisi au sortir de l’adolescence, mais tout va exploser après les attentats de Charlie Hebdo et le décès de l’un des leurs. Le groupe reste sidéré et transformé. Marco va finalement partir en quête de lui-même jusqu’à Singapour, et trouver des réponses aux questions qui le hantent depuis toujours… Les autres vont regarder en face leur vie et se mettre enfin en adéquation avec leurs désirs profonds. Mais n’est-ce pas ça, vieillir ? Comme dans son premier opus, Julie de Lestrange a le don de nous entraîner dans un univers qui nous devient très vite familier. Nous sommes avec ses personnages en famille. Et combien il est agréable d’y ressentir amitié, entraide et affection. Les quelques rudoiements et drames ne sont là que pour permettre à chacun d’avancer, et d’éviter les faux pas… Tu es sortie de cette lecture encore une fois pleine de sensations agréables et de bienveillance, avec le sentiment d’avoir rencontré des personnages intéressants et attachants, qui existent véritablement. Et tu as aimé particulièrement cheminer avec Marco, ses doutes et ses faiblesses, le regarder grandir. Tu conseilles bien évidement de lire les deux romans à la suite (le premier est sorti en poche) mais on peut très bien lire celui-ci séparément… et bref, ce n’est que du bonheur !!

Mazarine – 4 octobre 2017

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5