Lectures 2019

Surface, Olivier Norek… sélection du Prix Relay des Voyageurs lecteurs 2019

Je termine mes lectures pour le Prix Relay des voyageurs lecteurs 2019… Je vous invite à élire votre livre préféré en cliquant ci-dessous, à la clé de nombreux cadeaux à gagner, dont un voyage à Séville ! Vous avez jusqu’au 7 juin. Pour ma part, c’est fait ! 

[Lien pour voter – jeu concours]

Dans le roman que je présente aujourd’hui, nous débarquons tout d’abord, et de plein fouet, en pleine perquisition. Il est 6h du matin sur Paris ce jour-là, et le capitaine Chastain est loin d’imaginer à quel point sa vie va changer dans les secondes qui suivent, dès que la porte de l’appartement que son équipe a en ligne de mire sera franchie. Atteinte par l’arme du suspect en plein visage, Noémie se découvre en effet les jours suivants défigurée et abandonnée par son amant, au moment même où elle aurait eu le plus besoin de lui. Le retour de Noémie Chastain au sein de son équipe est inenvisageable pour sa hiérarchie. Le nouveau visage du capitaine dérange. Elle sera donc envoyée dans l’Aveyron, dans la commune d’Avalone pour une mission délicate, décider ou non de la survie des forces de police dans ce coin reculé et calme. Pour autant, le calme apparent sera de courte durée pour la jeune femme, qui essaye par ailleurs peu à peu d’apprivoiser sa nouvelle personnalité. Un cadavre d’enfant est retrouvé dans un fût à la surface du lac d’Avalone, sous lequel a été englouti l’ancien village, au moment de la construction du barrage. Noémie Chastain met tout en oeuvre pour résoudre une affaire qui s’avère au fil de l’enquête bien complexe, liée à d’anciens faits de 1994, la disparition de trois enfants, la fuite d’un travailleur agricole, et qui trouble encore aujourd’hui les habitants d’un village où tout le monde se connaît.
J’avais eu un gros coup de coeur pour le roman précédent d’Olivier Norek, Entre deux mondes, absolument bouleversant. Celui-ci est un roman policier de facture plus classique, mais encore une fois écrit avec beaucoup de talent et complètement addictif. Je l’ai dévoré. J’en ai aimé les personnages, surtout les secondaires, comme le chien Picasso au museau de travers, ou le psychologue Melchior, que Noémie continue de consulter à distance, jamais avare d’encouragements et de réflexions amusantes. Olivier Norek ne laisse pas au lecteur le temps de souffler, ni de se reposer sur ses certitudes. La vie des protagonistes est constamment mise en danger et il est peu de dire que le coeur bat sans cesse la chamade. Vous apprécierez la verve de Noémie, sa pugnacité, son regard sur ceux qui l’entoure, à la fois prudent et bienveillant. Une lecture captivante !

Editions Michel Lafon – avril 2019

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Blandine

La sélection complète

Lectures 2018

Avec elle, Sans elle ~ Solène Bakowski & Amélie Antoine

« Et si, dans la vie, tout ne tenait en réalité qu’à un détail insignifiant ? »

J’ai lu avec grand plaisir, et pour la première fois, un titre d’Amélie Antoine en avril dernier, Les Secrets, bluffée je dois dire par la prouesse de son exercice de style… J’ai donc été ravie de recevoir le livre dont je vous parle aujourd’hui, encore un exercice de style particulier, mais réalisé cette fois-ci en duo avec une autre auteure, Solène Bakowski. Ce roman est un pavé qui a accompagné toute ma semaine de Noël. Avec elle et Sans elle a la particularité de contenir un double récit et peut donc se commencer dans le sens souhaité, mais la mise en page choisie incite le lecteur à plutôt débuter sa lecture par Avec elle. Nous rencontrons alors un couple et ses deux jumelles, un soir de fête nationale. Patricia s’apprête à emmener l’une d’elle, Jessica, au feu d’artifice, tandis que Coline est punie à la maison pour une bêtise, et reste ainsi avec son père. Cette soirée est le point d’orgue du malaise que connaît actuellement Patricia, épuisée par sa vie quotidienne. La jeune femme rencontre au feu d’artifice, Enis, la promesse d’une distraction bienvenue. La vie va se poursuivre ensuite péniblement, et la vie de famille progressivement se dégrader, jusqu’à ce que le père des fillettes décide de quitter la maison. Ce n’est pas tout rose non plus entre les jumelles, Jessica prenant de plus en plus l’ascendant sur sa soeur, dévorée par ce terrible secret d’avoir par accident causé la mort d’une jeune fille alors que les fillettes étaient en vacances chez leurs grands parents. Jessica multiplie les expériences toxiques, entraînant sa soeur dans son sillage, la menaçant, jouant avec son affection… Jusqu’où cela ira-t-il donc ? Dans la partie Sans elle, Amélie Antoine imagine la disparition tragique de Jessica dès le feu d’artifice. Et le lecteur, ayant déjà subi dans la première partie sa présence pesante en est presque soulagé pour Coline… mais le soulagement est de courte durée, car la petite fille est introuvable, et ce nouvel événement met la famille dans un autre chaos, très douloureux et sans espoir… Ce double roman a le talent de nous montrer comment un détail peut tout changer dans une vie, mais également comment le destin est implacable et peut décider de ne rien changer par contre à la grande trame de nos destinées. J’ai beaucoup aimé l’exercice de style, le style de chaque auteur, la qualité du récit, et cette manière dont chacune a su conserver les caractères et spécificités des personnages. J’ai regretté un peu qu’aucune étincelle de joie et d’espoir ne viennent de temps en temps par contre égayer la narration. Des moments plus légers n’auraient pas été de trop dans une histoire dans l’ensemble très sombre. Une lecture à prendre comme un roman noir, donc… et pour les adeptes du genre.

Editions Michel Lafon – novembre 2018

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… joëlle, qui a commencé le récit dans l’autre sens

Coups de coeur·Lectures 2018

Entre deux mondes, Olivier Norek

❤Il est un peu déstabilisant de lire ce roman dans le confort d’une maison ou d’un jardin... avec cette conscience si injuste d’avoir eu la chance de naître au bon endroit du monde. Tu avais été très marquée par le passage d’Olivier Norek à la Grande Librairie à propos de ce livre, par sa fermeté et sa passion. Tu as eu la chance de de le rencontrer brièvement lors d’une dédicace au Printemps du livre de Montaigu, le week-end dernier, et d’y acheter ce livre qui promettait d’être très fort. Il l’est. Nous rencontrons dans ce roman tout d’abord Adam Sarkis, sa femme Nora et sa fille Maya, obligés de quitter précipitamment la Syrie depuis que le double jeu du capitaine, entré dans un groupouscule résistant risque d’être découvert et de devenir un danger pour sa famille. Les femmes vont partir en premier. L’objectif est de rejoindre Calais, avant d’embarquer pour l’Angleterre. Il paraît qu’à Calais les femmes sont protégées. Nous rencontrons ensuite également le lieutenant Bastien Miller, muté à Calais pour des raisons familiales, et plus spécialement en raison de la dépression de sa femme. Bastien espère que retrouver l’espace familier de son père décédé fera sortir Manon de sa tristesse et de sa torpeur. Bastien découvre cependant une réalité Calaisienne assez impressionnante, et des équipes locales contraintes et empêchées d’intervenir dans ce que l’on nomme La jungle de Calais. C’est pourtant là qu’Adam et Bastien vont faire connaissance, autour du sauvetage d’un enfant soudanais, Kilani. Adam cherche désespérément sa femme et sa fille, Bastien a besoin de lui pour comprendre La jungle et résoudre des meurtres… mais est-ce qu’une amitié peut naître au milieu d’un tel no man’s land ?  Et toi lectrice, tu as été terriblement choquée par la première scène forte du roman (dont tu ne parleras pas ici pour les futurs lecteurs), et les larmes te sont venues souvent aux yeux par la suite, non pas tant émue par les atrocités perpétrées, la violence de cet entre deux mondes, que par la compassion et les envies d’aider (quitte à risquer beaucoup) de ceux qui ne veulent pas avoir honte de n’avoir rien fait. De plus, ce roman s’avère à la lecture servi par une écriture fluide très agréable qui t’a donné très envie de lire les précédents romans de l’auteur et de continuer à le suivre. Tu as eu l’impression d’apprendre beaucoup, et de ressortir de ce livre moins naïve, impliquée et véritablement informée. De là à dire que tu as été séduite, il n’y a qu’un pas, que tu franchis allègrement. Un gros coup de coeur donc pour ce livre à la fois atroce, bouleversant et étonnamment plein d’espoir !

Editions Michel Lafon – octobre 2017 – 

Tu as aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Violaine

Ce titre a reçu le Prix du Meilleur Polar 2017

Lectures 2018

Les secrets, Amélie Antoine

Tu ne savais pas du tout à quoi t’attendre avec ce titre d’Amélie Antoine… ta première lecture de l’auteure, mais sans doute pas la dernière ! Tu pensais découvrir un thriller, mais Les secrets est bien autre chose. Déjà, sa construction est particulière, et tu en as goûté pleinement son originalité. Le roman débute par la fin de son histoire, pagination et paragraphes compris. Et quelle maîtrise de la part de l’écrivain d’ainsi acheminer son lecteur vers les prémices sans lasser, sans redondances, et surtout en gardant le suspense !! Nous découvrons dans les premières pages, Mathilde, enfin enceinte après des années d’essais infructueux. Son mari Adrien est ravi, et soulagé, mais il ne se doute pas combien Mathilde lui ment, comme elle respire. Elle vient d’ailleurs de quitter brutalement Yascha, son amant. Et Amélie Antoine touche de la plume dans ce livre les multiples vies que nous avons tous en nous, nos possibles inexplorés, ainsi que tous les ressorts et les désirs de maternité. Mathilde s’invente parfois un enfant imaginaire, quitte à le rendre réel seulement pour quelques heures. Et tandis que Mathilde souffre douloureusement de la difficulté d’être mère, de ce qu’elle vit comme une injustice, de l’impression qu’elle a d’être tous les jours confrontée au manque, Elodie (l’ex petite amie de Yascha) vit difficilement elle sa condition de très jeune mère célibataire. En lisant ce roman d’Amélie Antoine, tu as pensé aux très réussis Le Syndrome de la vitre étoilée ou Linea nigra de Sophie Adriansen, a tout ce que la maternité réveille en nous, et à ce qu’elle nous rend capable de faire… D’ailleurs, si vous êtes au Printemps du livre de Montaigu aujourd’hui, n’hésitez pas à aller voir ces deux auteures qui dédicacent en ce moment !! Tu les as rencontrées toutes les deux hier avec plaisir.

Editions Michel Lafon – mars 2018 –  

Tu as aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

D’autres lectures chez… Krol et Joelle