Lectures 2021

Fauves, Eric Mercier

Ce que je préfère sans doute, en matière de roman policier, c’est le mélange entre enquête et monde de l’art. Et, avec ce roman là, nous sommes servis… Pourtant, lorsque le commandant Vicaux de la brigade criminelle est dépêché sur les lieux d’un assassinat, et qu’il découvre un cadavre dévoré partiellement par des porcs affamés, il ne peut se douter qu’il vient de mettre les pieds dans un tel milieu. La victime, Ivan Katos, riche collectionneur d’art parisien a en effet été jeté en pâture aux cochons dans une ferme près de Paris. Pourquoi ? Sa fortune semble cacher des secrets douteux. Le commandant Vicaux soupçonne par exemple un trafic de faux tableaux. Mais le Dufy, dont le collectionneur vient de négocier la vente, est bel et bien une oeuvre authentique. Alors, comment cet Ivan Katos, dont le passé s’avère être une nébuleuse mystérieuse, a-t-il constitué sa fabuleuse collection de tableaux fauves ? Accompagné de son équipe, le commandant Vicaux devra chercher des réponses près d’experts plus ou moins douteux mais également dans l’histoire, et dans cette vaste spoliation des oeuvres d’art qui a eu lieu pendant le régime nazi. Eric Mercier, l’auteur, est docteur en histoire de l’art et commissaire d’expositions, il sait donc de quoi il parle et sa connaissance du milieu transpire agréablement dans ce roman qui fait son job de polar. Cet opus est la suite de Dans la peau de Buffet, qui met déjà en scène le commandant Vicaux et sa compagne Anne, alors professeur d’histoire de l’art à la Sorbonne, mais il peut tout à fait être lu séparément, ce que j’ai d’ailleurs fait. Il m’a manqué peut-être un peu de vitalité dans celui-ci pour avoir envie d’ailleurs de découvrir rapidement le premier volet, mais il est possible que je cède quand même un jour à la curiosité.

Editions La Martinière – 7 janvier 2021

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 2 4 5

Coups de coeur·Lectures 2018

Qui je suis, Mindy Mejia

IMG_20180503_221730_901

J’ai terminé ce roman depuis plusieurs jours… et je dois me rendre à l’évidence, il m’a beaucoup plu, voilà pourquoi j’y appose un coup de coeur de lecture !! Ce thriller mêle en effet à la fois une fine analyse psychologique de ses personnage principaux, une réflexion sur l’impact du mensonge (que l’on sert aux autres et à soi-même) et une atmosphère shakespearienne et littéraire très agréable. Bref, je ne m’attendais pas à être aussi emballée par ce roman. Mais revenons en aux faits… Hattie, jeune fille de Pine Valley, aux Etats-Unis, est retrouvée morte dans une grange abandonnée, son cadavre affreusement mutilé. Del, le shérif,  est sur les lieux et va enquêter. Sa position est inconfortable car le père de la victime est son meilleur ami, et ce qu’il va découvrir peu à peu sur la jeune fille risque de détruire l’image que ses parents avaient de leur enfant. Hattie était à quelques semaines d’obtenir son diplôme, elle venait de jouer Lady MacBeth à l’école et projetait de partir à New-York poursuivre ses études, pour devenir actrice. Elle sortait depuis plusieurs mois avec un garçon sans histoires du Lycée, Tommy, un sportif un peu balourd. Mais voilà que rentre en scène un autre personnage, LitGeek, un jeune homme rencontré sur internet avec lequel Hattie n’a pas besoin de jouer le rôle de la jeune fille parfaite, comédie qu’elle joue à tout le monde. Avec lui, elle peut parler littérature, et la conversation virtuelle dévie rapidement sur une certaine sensualité… LitGeek est un homme marié, Hattie est encore mineure, mais il l’ignore, et cela n’est qu’une partie de cette toile de mensonges qui va aboutir au drame. J’ai aimé dans ce roman tout ce qui ne tombait pas dans la facilité, et comme je le dis plus haut l’analyse qui est faite de chacun des personnages. Aucun manichéisme dans ce roman, même si j’y ai retrouvé une certaine morale, à l’américaine, qui donne justement tout son poids au contexte du meurtre. Mais Hattie est-t-elle morte car elle a voulu vivre sa vie ? Ou parce que la malédiction qui entoure les représentations de MacBeth a encore frappé ? Vous le saurez en ouvrant à votre tour ce thriller addictif !!

Editions Mazarine – mars 2018 – 

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Coups de coeur·Lectures 2018

Entre deux mondes, Olivier Norek

❤Il est un peu déstabilisant de lire ce roman dans le confort d’une maison ou d’un jardin... avec cette conscience si injuste d’avoir eu la chance de naître au bon endroit du monde. Tu avais été très marquée par le passage d’Olivier Norek à la Grande Librairie à propos de ce livre, par sa fermeté et sa passion. Tu as eu la chance de de le rencontrer brièvement lors d’une dédicace au Printemps du livre de Montaigu, le week-end dernier, et d’y acheter ce livre qui promettait d’être très fort. Il l’est. Nous rencontrons dans ce roman tout d’abord Adam Sarkis, sa femme Nora et sa fille Maya, obligés de quitter précipitamment la Syrie depuis que le double jeu du capitaine, entré dans un groupouscule résistant risque d’être découvert et de devenir un danger pour sa famille. Les femmes vont partir en premier. L’objectif est de rejoindre Calais, avant d’embarquer pour l’Angleterre. Il paraît qu’à Calais les femmes sont protégées. Nous rencontrons ensuite également le lieutenant Bastien Miller, muté à Calais pour des raisons familiales, et plus spécialement en raison de la dépression de sa femme. Bastien espère que retrouver l’espace familier de son père décédé fera sortir Manon de sa tristesse et de sa torpeur. Bastien découvre cependant une réalité Calaisienne assez impressionnante, et des équipes locales contraintes et empêchées d’intervenir dans ce que l’on nomme La jungle de Calais. C’est pourtant là qu’Adam et Bastien vont faire connaissance, autour du sauvetage d’un enfant soudanais, Kilani. Adam cherche désespérément sa femme et sa fille, Bastien a besoin de lui pour comprendre La jungle et résoudre des meurtres… mais est-ce qu’une amitié peut naître au milieu d’un tel no man’s land ?  Et toi lectrice, tu as été terriblement choquée par la première scène forte du roman (dont tu ne parleras pas ici pour les futurs lecteurs), et les larmes te sont venues souvent aux yeux par la suite, non pas tant émue par les atrocités perpétrées, la violence de cet entre deux mondes, que par la compassion et les envies d’aider (quitte à risquer beaucoup) de ceux qui ne veulent pas avoir honte de n’avoir rien fait. De plus, ce roman s’avère à la lecture servi par une écriture fluide très agréable qui t’a donné très envie de lire les précédents romans de l’auteur et de continuer à le suivre. Tu as eu l’impression d’apprendre beaucoup, et de ressortir de ce livre moins naïve, impliquée et véritablement informée. De là à dire que tu as été séduite, il n’y a qu’un pas, que tu franchis allègrement. Un gros coup de coeur donc pour ce livre à la fois atroce, bouleversant et étonnamment plein d’espoir !

Editions Michel Lafon – octobre 2017 – 

Tu as aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Violaine

Ce titre a reçu le Prix du Meilleur Polar 2017

Lectures 2018

Les infidèles, Dominique Sylvain

Tu avais été séduite par l’intervention de Dominique Sylvain lors de son passage à La Grande Librairie il y a peu… tu as donc sauté sur l’occasion de demander son livre lors du dernier Masse critique de chez Babelio. Dans les premières pages, nous rencontrons tout d’abord la mystérieuse et un peu hautaine Alice, qui est à la tête du site lovalibi.com, un site qui fournit à ses clients, ayant des relations extra-conjugales, des alibis clés en main. Alice vit dans la peur de la mort, et de voir son anévrisme se réveiller. Installée à la campagne, elle mène une vie calme, aisée, et semble-t-il, préservée. Mais sa nièce adorée, Salomé, très jeune journaliste pleine d’avenir à TV24 est brutalement assassinée, alors qu’elle avait commencé un reportage de fond sur l’adultère et avait réservé, pour cette raison, une chambre à l’hôtel de La Licorne. Alice est effondrée, elle quitte sa demeure tranquille pour Paris, soutenir sa soeur et comprendre ce qui a pu se passer. Le commandant Barnier est chargé de l’enquête, accompagné par le lieutenant Maze, nouvellement arrivé dans son service et d’une beauté à couper le souffle. Et toi lectrice, qui ne lit pas souvent de polars (ce n’est pas ton genre de prédilection), tu as plutôt goûté celui-ci qui t’a semblé moderne et efficace. Dominique Sylvain donne la parole alternativement à plusieurs personnages de l’enquête, et même à un personnage énigmatique, qui s’avère très vite dangereux. Nous rôdons dans le milieu du journalisme, mais aussi de l’hôtellerie, dans ces heures où les couples adultérins se retrouvent, dans cette marge étroite où baigne le mensonge, la vengeance et parfois la colère. Et tu as aimé qu’au milieu de tout ça, le commandant Barnier se pose des questions sur ce qu’il éprouve réellement pour son jeune lieutenant, la pureté et la sincérité étonnante de ses atermoiements. Tout le roman est imbibé par son trouble. Il faut bien, sans doute, que l’enquête piétine un peu… et pour une fois le trouble est original. Au final, tu es heureuse d’avoir lu ce titre, dont tu ne garderas sans doute pas un très grand souvenir, mais qui a eu le mérite de te redonner le goût de lire des polars (surtout ceux qui traînent dans ta PAL).

Editions Viviane Hamy – février 2018 –  

Tu as aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

tous les livres sur Babelio.com