Lectures 2018

Que va-t-on faire de Knut Hamsun ?, Christine Barthe… Rentrée littéraire 2018

 

Encore une belle surprise avec ce titre que je vous présente aujourd’hui, qui a pour le moins un sujet original… et que je n’aurais sans doute pas lu sans ma participation à la première sélection du Prix Fnac en juin. Et même si c’est avant tout la qualité littéraire de ce texte que j’ai aimé, son écriture, l’histoire qu’il raconte est étonnante, j’en ignorais tout. Knut Hamsun, véritable personnage historique, vient d’être arrêté. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, à l’heure des jugements, lui, l’ancien Prix Nobel de littérature, est accusé d’avoir pactisé avec l’Allemagne nazie. En effet, son soutien au parti pro-nazi durant la Seconde Guerre mondiale, est apparu au grand jour lors de sa rédaction d’articles élogieux après le suicide d’Hitler, qu’il qualifie de « guerrier pour l’humanité ». Cette prise de position met à mal la réputation de cet écrivain norvégien auparavant adulé dans son pays. Mais le personnage est plus compliqué qu’il n’y paraît. Lors de sa visite à Adolf Hitler en 1943, il réclamait le départ de Josef Terboven, administrateur militaire allemand de la Norvège, au grand mécontentement d’Hitler, qui ne souhaitait parler que de « littérature » avec lui. Il a aussi offert sa médaille du prix Nobel à Joseph Goebbels tout en sauvant par ailleurs de nombreux juifs d’une mort certaine. Mais qui est donc Knut Hamsun ? A la fin de la guerre, le voici donc interné. Son procès est continuellement repoussé. Très âgé, on finit par le considérer comme une « personnalité aux facultés mentales affaiblies de façon permanente », ce qui arrange tout le monde, mais pas l’intéressé, qui veut se battre jusqu’au bout pour démontrer qu’il était seulement intéressé par la grandeur de la Norvège, qu’il a agît pour son pays, et que ses facultés mentales sont intactes. Le voici d’ailleurs en train d’écrire son dernier roman… Malheureusement, Knut Hamsun n’émet aucun regret. Ce récit romancé de Christine Barthe conte à la perfection les réflexions et atermoiements d’un vieil homme acculé face à des accusateurs, un vieil homme devenu sourd, mal voyant et physiquement affaibli. Mais ce récit est également empreint d’une très grande poésie, qui fait sans doute référence aux romans écrits par Knut Hamsun, à ceux qui ont fait son succès et ont tellement séduits. Le lecteur sympathise avec le vieil homme, témoin privilégié qu’il est de ses pensées, tout en ne comprenant pas son obstination à ne rien regretter de prises de positions, si manifestement éloignées de ce qu’il est. Un livre qui démontre combien l’humain est complexe, et peut basculer sans y prendre garde dans l’innommable. A ne pas laisser de côté en cette rentrée !

Editions Robert Laffont – 16 Août 2016

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Publicités
Lectures 2018

L’appel de Portobello road, Jérôme Attal

Lors du Printemps du livre de Montaigu, en avril dernier… tu as répondu à l’appel de Portobello road [clic ici], depuis le temps que tu voyais l’auteur passer des coups de fil sur ses petites vidéos sympathiques postées sur les réseaux sociaux. C’est toujours un bien agréable moment que d’aller papoter avec Jérôme Attal dans un salon du livre (vous devriez essayer), et tu as eu droit à une bien jolie dédicace accompagnée du dessin colorié d’une jonquille (en référence à son roman précédent). Bon, tu as mis un peu de temps à ouvrir ce livre (désolée Jérôme Attal), ce qui vous laisse imaginer le retard pris dans tes lectures et la taille de ta PAL urgente. Dans les premières pages de ce roman, nous rencontrons Ethan, musicien de son état, la quarantaine. Un beau jour, il reçoit un appel étrange de ses parents, pourtant disparus depuis deux ans. Sa mère conclut leur brève conversation sur ces mots « On voulait te demander, papa et moi, si tu pouvais dire à ta sœur qu’on pense à elle tous les jours. » Le hic, c’est qu’Ethan est depuis toujours fils unique. Le voici donc bien troublé. De la découverte d’une photographie – peut être révélatrice – à sa conversation avec une tante plus ou moins atteinte d’Alzheimer, le voici persuadé ensuite que sa sœur s’appelle June et travaille en Belgique dans une entreprise de porcelaine anglaise. Il entreprend donc d’aller à sa rencontre. Commence alors un périple épique, à bord de la Triumph jaune de son meilleur ami… Et toi lectrice, tu t’es laissée embarquer assez vite dans cette fantaisie qu’est ce roman, où le réalisme cède vite la place au fantastique et à l’absurde. Ethan fait de drôles de rencontres sur son parcours, des pom-pom girls, des routiers fans du jingle météo qu’il a créé, puis il est l’invité d’une grande fête burlesque et se retrouve assis au petit-déjeuner près du fantôme d’une chanteuse iconique. Et c’est amusant comme à un moment on sait que l’on a mis depuis ce coup de téléphone étrange, depuis le début donc, le pied dans un rêve éveillé qui mélange l’espoir, le doute et le chagrin. Tu as eu le sentiment par moments d’être tombée dans le Pays des Merveilles (juste au moment du thé) ou dans un film avec Mathieu Almaric, un peu déjanté et poétique, obscur. Tu n’es pas certaine que ce roman plaira à tout le monde, ni d’avoir tout saisi, mais tu en as aimé les images, et tu as compris quand même quelque chose de cette quête…

« Et si c’était juste une façon d’échapper à toute cette merde qui ne mène nulle part ? demanda Ethan. Le succès qui ne vient pas. Les histoires d’amour. Le deuil des choses douces. La tendresse qui ne reviendra plus. Les impasses au quotidien.
– Échapper, c’est bien, dit Sébastien. C’est produire de la nouveauté. »

Editions Robert Laffont – mars 2017

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

D’autres lectures chez… Babélio

Coups de coeur·Lectures 2017

Tes étoiles de 2017 ~ ce qui t’a fait vibrer cette année

Même si 2017 n’est pas encore terminée (ouf et heureusement loin de là, rien n’est prêt), tu as eu envie hier de fouiller dans tes archives pour dénicher ce que tu as le plus aimé lire en romans, albums BD et jeunesse cette année !! (Tu préviens, il est possible que dans d’autres billets à venir tu regardes encore dans le rétroviseur). Pour corser le tout, tu as décidé de sélectionner seulement trois livres, dans chaque catégorie. C’est donc un peu ton petit prix lectures à toi toute seule que tu décernes à quelques titres aujourd’hui… Vous trouverez donc ci-dessous ce qui t’a particulièrement fait vibrer et battre ton coeur en 2017. De quoi trouver quelques idées supplémentaires à déposer sous le sapin pour Noël.

Pour accéder aux billets, il suffit de cliquer sur les couvertures !! ❤

Catégorie Romans

                      

Catégorie Albums BD

               

Catégorie Romans Jeunesse

                             

Tes autres coups de coeur sont là [clic] et là [clic]

N’hésitez pas non plus à aller lire les meilleurs billets sur notre sélection #MRL17 par ici [clic]

Et bientôt les résultats du vrai Grand Prix des Blogueurs Littéraires !!!

Et vous, vous retiendrez quoi de 2017 ?

Lectures 2017

Les matchs de la rentrée littéraire 2017 avec Price Minister – Rakuten

Aujourd’hui est le grand jour où tu annonces que tu es de nouveau marraine de la rentrée littéraire pour Price Minister cette année !! Et tu en es ravie car cela te permet de vous gâter encore une fois. En effet, nous étions 5 marraines à travailler dans l’ombre pendant tout l’été pour vous concocter une sélection de rentrée : LeiloonaSylireMokaPlume de Cajou et toi. Encore une rentrée littéraire pas comme les autres vécue avec un petit sel supplémentaire, et des échanges sympathiques !

Les matchs de la rentrée littéraire (#MRL17), ce sont donc 5 marraines qui choisissent chacunes 3 romans, considérés par elles comme des pépites ou des incontournables de cette rentrée littéraire. Vous pouvez découvrir ta sélection ci-dessous (lien vers les billets en cliquant sur les couvertures) et la sélection des autres marraines sur leur blog respectif aujourd’hui. En ce qui te concerne, ce sont ces livres qui se sont imposés à toi…

                   

Ensuite, il vous reste à choisir le livre que vous souhaiteriez recevoir en échange d’un avis. Pour participer, c’est simple, il suffit d’avoir soit un blog, un compte Instagram ou Youtube. Vous avez jusqu’au 9 septembre. Toutes les informations sont ici avec le formulaire d’inscription [clic].

La sélection complète… (aussi sur la page Rentrée littéraire de Price Minister)

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Lectures 2017

C’est le coeur qui lâche en dernier, Margaret Atwood ~ Rentrée littéraire 2017

Il ne te restait que de vagues souvenirs de ta lecture de La servante écarlate… mais bien assez pour avoir envie de te pencher sur le cas de ce nouvel opus de Margaret Atwood en cette rentréeQu’en est-il donc ? Nous sommes aux Etats-Unis, près de Charmaine et Stan, deux jeunes adultes qui vivent dans leur voiture, et dans une société qui est entrée dans une misère noire depuis le dernier clash boursier. Alors, quand un organisme propose d’échanger sa liberté contre un travail et une maison, une vie normale… les deux jeunes gens, épuisés par leur quotidien difficile et sans avenir n’hésitent pas une seconde. Avant, ils avaient tous les deux un bon job, une maison, une situation, ils étaient même partis en voyage de noce au soleil… Leur nouveau lieu de vie se nomme Consilience, et ils reçoivent dès leur arrivée un emploi et une maison. Tout est très codifié, la décoration, l’organisation, et n’est valable qu’un mois sur deux. En effet, à la fin de chaque mois, il y a permutation, et le couple doit se rendre en prison… où ils seront séparés mais également logés, nourris et employés ! Le système a prévu que pendant leur absence, un autre couple s’installe chez eux, les affaires de chacun sont alors contenues dans des casiers colorés selon un code de couleur qui est également décliné sur leur moyen de locomotion, un scooter. Cependant, la fragile tranquillité de ce bonheur tout lisse bascule lorsque Stan découvre sous le réfrigérateur un mot de leurs alternants qui promet plus de folie que ce que leur vie de couple est devenue… Je suis affamée de toi. L’intrigue rentre à ce moment là dans un genre qui peut rappeler la série Humans, et prend un rythme haletant. Tu as aimé lire ce captivant page turner, tout en ne lui trouvant pas une grande originalité ni beaucoup de qualités littéraires. Et puis tu n’as pas tellement compris comment un système carcéral pouvait devenir un modèle de société économique rentable. Cependant, tu ne veux pas bouder ton plaisir, car tu as réellement dévoré ce roman d’anticipation, qui mine de rien… attache véritablement son lecteur., et donne aussi à réfléchir.

Editions Robert Laffont – 17 août 2017

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Lu aussi par Cathulu

Badge Lecteur professionnel Lu via Net Galley

Coups de coeur·Lectures 2017

David Bowie n’est pas mort, Sonia David ~ Rentrée littéraire 2017

davidbowie  

Voilà comment on entre parfois dans un livre… grâce à la nostalgie réveillée par une vieille 4L sur une couverture, par le nom de David Bowie évoqué dans un titre, et on découvre soudain un joli bijou littéraire qui se transforme très vite en un évident coup de coeur ! Hélène, la narratrice, a la cinquantaine et à un an d’intervalle va perdre sa mère, son père et David Bowie, pas nécessairement dans cet ordre, mais c’est ainsi que ces trois absences sont juxtaposées… Tout d’abord, disparaît donc la mère d’Hélène, détestée par ses trois filles, qui ont tant à reprocher à cette femme, égoîste, égocentrique, parfois castratrice, seulement préoccupée de décoration… Puis, disparaît le père des trois filles, séparé de leur mère depuis des années, en couple avec leur ancienne baby-sitter, avec laquelle il a eu une autre fille, Juliette… Un père bien souvent malade, mais également plein de vie, entouré de joie et d’amis, qu’elles vont découvrir après sa disparition et avec étonnement criblé de dettes. Entre temps, David Bowie a disparu, et cela a réveillé en Hélène le souvenir de son ancienne complicité avec sa soeur aînée, Anne, sa découverte du chanteur alors qu’elle était enfant. Et c’est surtout ce qui t’a énormément plu dans ce livre, tout ce que l’auteure a saisi de complexité dans les rapports humains, familiaux, tout ce qu’il peut y avoir de fort et de distant à la fois dans ces rapports là. Elle met en avant surtout les relations entre soeurs et tout cela est doux, touchant, sensible, sincère… Mais rien n’est caché non plus des regrets, des manquements, des colères, et de ce qui ne fonctionne pas, et sera râté pour toujours, puisque la mort est là, qui termine parfois les histoires de manière impromptue et brutale… Et donc, toi lectrice, tu as été complètement séduite par ce titre, par l’écriture de Sonia David, très belle, et tu fais de ce récit un de tes coups de coeur de la rentrée littéraire !!

Robert Laffont – 24 août 2017

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Joëlle l’a lu aussi avec enthousiasme

Badge Lecteur professionnel Lu via NetGalley