Lectures 2018

La fille du van, Ludovic Ninet

Aucun texte alternatif disponible.

Vendredi soir dernier, j’ai pris ma petite voiture (plutôt habituée à ma conduite en ville)… pour m’élancer dans la campagne, à quelques minutes de chez moi, et pour aller à la rencontre de Ludovic Ninet, sur l’invitation d’une connaissance (merci à elle !). Cette rencontre était organisée par la bibliothèque de Thorigny (85). Au programme, lectures à haute voix de certains passages, entretien avec l’auteur, et même une chanson… J’ai été très touchée par l’enthousiasme et l’ambiance de cette rencontre, et par ce groupe de bénévoles très fiers de faire vivre le livre dans leur petite commune. C’était un moment étonnant et sympathique où Ludovic Ninet a beaucoup parlé du long et laborieux processus qu’est l’écriture, des remaniements nécessaires, et une fois le manuscrit achevé, de la difficulté encore de faire vivre son texte dans le cadre d’une maison d’édition. Je ne vous parle pas ensuite d’une autre difficulté qu’il a connu, celle d’apparaître dans le flot des sorties de la rentrée littéraire… Heureusement, ce roman a été remarqué par les découvreuses des 68 premières fois, qui sélectionnent à chaque rentrée littéraire des premiers romans, et les font tourner dans leur groupe de lecteurs, où il a reçu un très bon accueil. Ludovic Ninet m’en a touché deux mots lors du petit buffet qui suivait la rencontre, et il conserve apparemment un très bon souvenir de la soirée qui a eu lieu en décembre dernier !! Mais qu’en est-il du roman ? Je viens de le terminer et ne l’ai donc découvert qu’ensuite. Déjà, dès les premières pages, l’écriture est une belle surprise. Non pas, dure et haletante, comme l’auteur en parlait, mais plutôt vive, pleine de créativité et d’énergie, de sensualité. Le genre d’écriture qui me plaît. On ne ressent pas du tout à lire ce livre tout ce travail plusieurs fois nécessaire pour remanier le texte, qui conserve tout du long une belle fluidité de lecture. Nous rencontrons tout d’abord Sonja, par les yeux de Pierre, qui vend du poulet dans son camion de rôtisserie. Elle est cette grande rousse, sublime et fascinante, qui traîne pourtant derrière elle comme une vague de tristesse, et presque de mort. Elle vient de débarquer à Mèze à bord de son van, et va très vite également faire tourner la tête de Sabine, la caissière du supermarché. Personne ne peut deviner le traumatisme que véhicule avec elle Sonja, ancienne infirmière militaire en Afghanistan, et ce qu’elle a laissé derrière elle, sa fuite.  Pierre est un ancien champion olympique, l’ami de d’Abbes, plusieurs fois condamné pour vol. Tout ce petit monde va se lier d’amitié, se soutenir, s’aimer maladroitement, pour le meilleur et aussi pour le pire… Et moi lectrice, j’ai beaucoup aimé la manière dont Ludovic Ninet campe dans son livre ses personnages, aux prises avec leurs démons, leur passé mais également avec ce désir humain de vie et d’amour qui réveille leur corps. C’est un roman à la fois dur, traversé d’échecs et d’images cauchemardesques, très ancré dans le réel, mais aussi très sensuel et émouvant. Le fait, par contre, que le personnage de Pierre soit inspiré de Pierre Quinon, l’ancien champion olympique de saut à la perche de 1984, a plutôt parasité ma lecture (ayant cédé à la tentation d’aller chercher des infos sur internet), alors j’ai préféré très vite l’oublier. L’imagination de Ludovic Ninet, ancien journaliste sportif de l’Equipe, est bien assez forte et assurée pour tenir un roman à elle seule. Je lui souhaite donc le meilleur à venir et attend avec hâte la publication de son deuxième roman !!

Editions Serge Safran éditeur – août 2017 – 

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Télérama

Lectures 2017

Au pied de la lettre, Isabelle Minière ~ Rentrée littéraire 2017

Participer à l’opération Masse critique de Babélio (un livre en échange d’une critique)… c’est à la fois avoir la chance de recevoir un livre désiré et l’opportunité de faire des découvertes. Tu as été tentée toi par la seconde option, et tu as cliqué pour recevoir ce titre d’Isabelle Minière, dont le résumé t’avait intriguée. Et tu as été bien étonnée de commencer ta lecture dans une telle atmosphère loufoque, absurde et faussement légère. La couverture de ce roman n’augure rien de son contenu, et le dessert même presque un peu. D’emblée, tu peux donc dire que ton choix a été en cette rentrée une réelle belle surprise !! Mais il s’agit d’en raconter un peu plus… Barthélémy Martin est un jeune homme un peu triste, qui mène une vie désolée. A la maison, il a été relégué par sa compagne dans la chambre pour bébé des anciens locataires. Inquiet d’être peut-être à la longue devenu dépressif, il se décide à consulter un psychologue. Son médecin lui conseille un certain Blavar. Et voilà notre anti-héros en séance chez un psychologue aux méthodes originales, puis chez son frère, également psy, adepte des QCM et des médicaments. Entre temps, il fait la connaissance d’une dame donnant à manger à des pigeons, aux noms tirés de la série Dallas. Sue Ellen, JR et Bobby semblent l’aider à donner un sens à sa vie. Barthélémy, mal aimé par ses parents lorsqu’il était enfant, vivant avec une femme accroc aux séries, poste par ailleurs des lettres à un autre psy, conseillé par une collègue… et peu à peu quelque chose fonctionne, il reprend confiance en lui et dans ses choix. Le dépressif n’est pas toujours celui que l’on croit.  Tu t’es beaucoup amusée à lire ce livre d’un style maîtrisé qui pétille finalement à chaque page de joie de vivre et n’est pas du tout plombant, ainsi que ton résumé pourrait le suggérer. Loin de la légèreté de ses premières pages, il rentre peu à peu dans une certaine gravité et dans de biens jolis moments (rencontre avec des beaux-parents délicieux et cachés jusque là) qui lui donnent toute sa densité. Un roman épistolaire à découvrir, plein de tendresse et de recul sur les relations humaines.

Editions Serge Safran éditeur – 24 août 2017

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

tous les livres sur Babelio.com