Divers et blabla

Le tricot circulaire

Le tricot circulaire a le vent en poupe en ce début d’année 2021. Deux livres viennent en effet de sortir sur cette méthode de tricot que j’affectionne particulièrement, surtout depuis un an, et depuis que je possède un lot d’aiguilles circulaires interchangeables. Avant, j’étais souvent déçue par mes tricots terminés, car autant les morceaux étaient plutôt réussis que des finitions, moins réussies elles, gâchaient en général le résultat final. Et j’étais donc immanquablement déçue. Avec le tricot en aiguilles circulaires, vous tricotez du haut vers le bas, sans coutures, et votre pull (ou autre) prend magiquement forme sous vos mains. Vous pouvez même l’essayer tout du long de votre travail. C’est confortable et absolument satisfaisant. Bref, j’adore ! Et la déception disparaît alors presque totalement, puisque vous avez cette sensation bienfaisante de mieux maîtriser votre ouvrage.

pullaurore

Le premier livre que je vous présente aujourd’hui, Je tricote mon premier pull en circulaire de Nadège Chenu, du site Nanoulili Design, n’est pas un livre que je possède encore. Mais, Nadège est une personne que j’ai eu la chance de rencontrer, ainsi que Mélinda Blanchet, la photographe. De plus, le modèle de base du livre, décliné en 12 versions, est en réalité le modèle Aurore que j’ai tricoté en début d’année 2020 (voir la photo ci-dessus), avec une facilité déconcertante, et qui m’a mis sans conteste le pied à l’étrier. Depuis, ma fille de 19 ans, m’a piqué ce pull qu’elle porte régulièrement. Je suis très intriguée par les déclinaisons qu’elle propose dans son livre, et forte de mon expérience, je peux vous assurer que vous pouvez sans soucis vous laisser guider par ses instructions claires.

 

 

 

J’ai reçu le deuxième livre, Apprendre le tricot circulaire, grâce à une opération Masse critique de chez Babélio. Autant, celui de Nadège Chenu, a été fait en collaboration avec les laines Fonty, que celui-ci utilise plutôt les laines de We are knitters pour ses modèles. Morgane Mathieu est la blogueuse du site Trust the mojo. Elle vous propose en premier lieu dans son livre diverses fiches techniques illustrées, puis 8 modèles, plutôt simples, des snoods et des bonnets par exemple. J’ai personnellement repéré le gilet et le pull dont l’aspect loose serait parfait pour ma fille. J’ai trouvé son manuel très beau, joliment illustré, et j’ai retrouvé l’ensemble des réponses aux questions que je me suis posée durant l’année 2020. Rien n’est omis.

Que vous choisissiez l’un ou l’autre de ces livres pour débuter, vous serez satisfaits je pense de la technique du tricot en aiguilles circulaires. Je tricote, de mon côté en ce moment, surtout des modèles gratuits du site Drops design pour me faire la main, et passer ensuite certainement à des laines teintes main (plus chères) et des modèles de designeuses. Suite à plusieurs demandes sur le sujet, vous trouverez via ce lien des modèles femmes en top-down (terme sous lequel on trouve la plupart des modèles tricotés du haut vers le bas avec des aiguilles circulaires). Régalez-vous !

Je tricote mon premier pull en circulaire – Editions Eyrolles – 11 mars 2021
Apprendre le tricot circulaire – Editions Mango – janvier 2021

 

Lectures 2019

Wool stories, Bernie Torres

Ce n’est pas un roman que je vais vous présenter avec ce billet de blog ! En effet, celles et ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux savent combien je passe aussi du temps à vivre avec et aimer la laine. Je n’ai donc pas pu résister à l’appel de ce livre, que je lorgnais depuis un moment, et que j’ai reçu grâce à une opération Masse critique de chez Babélio. Je ne suis cependant qu’une petite besogneuse du tricot, qui ne réussit pas toujours ce qu’elle fait, et n’arrive pas toujours non plus à porter ses réalisations. Mais le tricot m’a aidé, il y a quelques années, à sortir d’un épisode douloureux de mon existence, qui était lié à mon travail, et dont je n’arrive pas encore à bien saisir toutes les nuances, mais qui étaient dans l’ensemble très grises. Dans ces circonstances, le geste répétitif, et finalement assez satisfaisant, que le tricot nécessite s’est avéré très apaisant, ainsi que la texture de la laine, la couleur des pelotes. On dit souvent que le tricot est le nouveau yoga. N’en ayant jamais fait, je serais bien incapable de le dire… On peut le rapprocher en tous les cas à une certaine forme de méditation. Et comme la lecture, cette activité se révèle au final génératrice de rencontres et non solitaire. Ce livre, Wool Stories en est la preuve, ainsi que les réunions des tricopathes de ma ville auxquelles je me rends parfois (pas assez à mon goût, faute de temps). Bernie Torres, qui tient le blog In the wool for love et est connue sur Instagram sous ce même nom, aime réunir les amoureux de la Wool. Je la suis régulièrement. Et cela fait un moment que je rêvais devant ce recueil de patrons de tricot réunissant la fine fleur des créatrices du web. J’en avais suivi les prémices sur des comptes Instagram comme celui d’Alice Hammer, Aurélie la poule et Encre violette. Ce livre contient des modèles sympathiques et complets, à priori de facture assez simple (ce qui est plutôt une qualité je trouve, mais qui peut décevoir les adeptes de l’originalité), l’intérieur est agrémenté de jolies photos et surtout des portraits et interview des designeuses tricot. On y apprend que pour la plupart d’entre elles l’apprentissage du tricot s’est fait dans l’enfance puis l’engouement est revenu à l’âge adulte et est aujourd’hui une activité essentielle du quotidien. C’est exactement ce qui m’est arrivé.

« Quand je tricote, j’éprouve un vrai sentiment de plénitude, comme si tous les soucis du quotidien se mettaient en retrait. C’est une activité que je pratique quotidiennement, un réel besoin et si les circonstances m’empêchent de tricoter, je suis en manque !
C’est aussi l’apprentissage de la patience. Au fur et à mesure des années de tricot, j’ai senti une sorte d’apaisement, d’acceptation du temps que prennent les choses et les projets. » (Emma Ducher – Encre violette)

Les tricoteuses accordent également beaucoup d’importance à la qualité de la laine, sa provenance, et c’est une préoccupation à laquelle j’ai envie également de m’accrocher dorénavant. Le plaisir du tricot y est extrêmement lié. Vous ne serez par ailleurs pas surpris d’apprendre dans ces entretiens que tricoter en groupe est génial mais que les tricots avancent plus vite quand l’activité se déroule de manière solitaire, sur son canapé (ou dans son lit ?), devant une bonne série. Je pense d’ailleurs vous faire un petit topo plus tard sur les meilleurs séries à regarder en tricotant…

Un ouvrage que je suis donc heureuse de posséder à présent (un ouvrage idéal pour qui suit déjà des tricoteuses sur le web), que je n’ai pour l’instant fait que picorer, mais qui va avoir une belle place sur mes étagères. Il me tarde de tester à présent les modèles proposés.

Editions Eyrolles – février 2019

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

 

Instagram

C’était en juin

Et j’en profite pour vous raconter mon mois de juin, via d’abord vos deux photos préférées sur mon compte Instagram @antigoneheron. Vous avez aimé ce mois-ci mon tricot terminé et les fruits de mon jardin.

2/06 – Goa Tee de chez @weareknitters terminé ! Plus qu’à rentrer les fils. Je regrette de ne pas l’avoir fait un peu plus long mais le rendu est chouette 💙 – 51 ❤ | 18/06 – Autant j’avais aimé 2017 et 2018 que 2019 me fatigue un peu… Cela dit le soir en ce moment il y a ce petit bonheur de rien du tout et qui fait du bien d’aller chercher son dessert dans le jardin en rentrant du travail. #zerodechet #jardinpotager#vivement2020 – 49 ❤

En juin, il y a eu aussi…
* en début de mois, une belle découverte Netflix avec la série déjantée et féministe Good girls ;
* la fin
de mes lectures pour le Prix Relay des voyageurs lecteurs 2019. Le gagnant de cette année a été proclamé le 12 juin et est Olivier Norek avec Surface ;
*
 beaucoup de tricot… dont un test pour un patron, disponible à présent sur son site, le chauffe-épaules Eté de Nanoulili & Cie  ;
* le 14 juin, une rencontre avec Alexandre Feraga chez Jessica aux Herbiers (Librairie Les fringales litteraires) pour son roman Après la mer chez Flammarion. Belle rencontre, humaine et enrichissante, animée aussi par Violaine (voir deuxième photo ci-dessous) ;
* le 15 juin, le retour des derniers coups de coeur de la blogo littéraire [clic ici] ;
* une sorte de découragement devant cette rentrée littéraire que l’on dévoile excessivement et surtout bien trop tôt (vos commentaires ont été importants et intéressants, merci !) ;
* un peu en réaction, une sélection de mes 10 livres à emporter sur la plage cet été [clic ici] ;
* ma participation à un jury de concours d’écriture pour la bibliothèque municipale de Thorigny, tenue pas des bénévoles. Les gagnants ont été félicités le 29 juin, dont Simon, gagnant dans la catégorie enfant (troisième photo ci-dessous) ;
* les 14 ans de mon fils !

  

Récapitulatif des lectures chroniquées en juin :

Instagram

C’était en mai

Et j’en profite pour vous raconter mon mois de mai, via d’abord vos deux photos préférées sur mon compte Instagram @antigoneheron. Vous avez aimé mon bouquet de muguet du 1er mai ce mois-ci et ce post récapitulatif de mes essais #zerotdechet.

1/05 – Du muguet pour le #1ermai quand il n’y en a plus dans notre jardin. Un petit brin rapporté du stage d’hier sur Nantes en compagnie de collègues sympathiques (cadeau de la cantine) et le reste acheté ce matin lors de notre promenade à un petit garçon tout adorable qui en vendait sur le pas de sa porte. C’est bien aussi quand il a une histoire. Bon 1er mai à tous ! 🌱 – 52 ❤ | 31/05 – #zerodechets Un petit point sur ce qui fonctionne… ou pas pour le moment. Je profite de ce long week-end pour répondre aux attentes de certaines. Les lingettes démaquillantes ont été très faciles à adopter (en partie achetées les autres cousues par moi grâce à un kit @chouettekit). Terminé les disques en coton ! Ensuite le shampooing solide de chez @pachamamai (même si parfois il y a des jours où mes cheveux sont moins top – dans l’ensemble résultat génial). Le baume déodorant solide de chez @gaiia que j’adore (hyper efficace !). J’utilise aussi un cure oreilles en métal (Je n’ai plus acheté de coton tiges depuis un bail). J’ai plus de mal à utiliser le dentifrice @pachamamai noir, une histoire de goût dans la bouche. Me reste à tester celui à la menthe. Je suis passée aux mouchoirs en tissu pour nettoyer mes lunettes ou la petite goutte au nez (et moins de stress si ça passe en machine). Côté cuisine, l’éponge lavable de chez #mamzelleparisette s’avère très pratique. J’emporte une gourde au travail. J’essaye de privilégier le thé en vrac. Nous faisons le plus gros de nos courses dans un magasin qui regroupe des producteurs locaux (en essayant de réutiliser aux maximum les contenants). Et bien sûr j’ai toujours un tote bag dans mon sac. Tout cela n’est qu’un premier pas… l’important étant de continuer à s’améliorer. Difficile par ailleurs de convertir les ados de la maison ou bien d’échapper toujours au plastique lorsque l’on est à l’extérieur ! Mais on avance. – 72 ❤

En mai, il y a eu aussi…
* en début de mois, une obsession pour les éponges lavables – voir ci-dessus (essai au crochet d’éponges Bubble + commande chez Mamzelle Parisette) ;
* beaucoup de marche à pied ;
* une obsession pour les mouchoirs en tissu, mais heureusement j’en avais conservé quelques uns de mon enfance ;
* la suite de mes lectures pour le Prix Relay des voyageurs lecteurs 2019, une sélection très intéressante. Je vous invite d’ailleurs à voter pour votre titre préféré [ici] ;
* mes lectures en parallèle pour le Prix Cezam 2019 ;

* toujours l’ambition de lire au moins 10 livres par mois, et pour l’instant je tiens mon objectif (ils ne sont pas tous chroniqués sur le blog mais présents sur mon profil Babélio);
* le projet de tenir, à partir de la prochaine rentrée, un club de lecteurs dans ma ville (si vous êtes de Vendée, et si le projet vous intéresse, n’hésitez pas à vous faire connaître) ;
* beaucoup de tricot… dont un projet de test pour un futur patron de Nanoulili & Cie. J’ai eu aussi ma carte de membre du club tricot par In the wool for love.

Récapitulatif des lectures chroniquées en mai :