Lectures 2020

L’Aliéniste, Fabio Moon et Gabriel Ba… ma BD de la semaine !!

D’après l’oeuvre de Joaquim Maria Machado de Assis

De la pile de BD empruntée la semaine dernière dans ma bibliothèque de quartier, seul cet album a retenu mon attention. En effet, tout ce que j’ai lu m’a beaucoup ennuyée en général. Je me suis même demandée si je ne devenais pas trop difficile… et cette BD m’a réveillée. Cet album est l’adaptation d’une nouvelle, devenue un classique, d’un romancier brésilien Joaquim Maria Machado de Assis. L’intrigue s’y déroule dans la petite ville brésilienne d’Itaguaï où les fous vivaient jusque là en liberté. Un aliéniste diplômé et reconnu, Simon Bacamarte, décide de construire dans cette ville une grande maison, nommée « La maison verte », dans laquelle il recueille rapidement tous les aliénés des environs afin d’étudier scientifiquement leurs diverses pathologies. Mais tout cela dérape très vite quand le scientifique se met à interner ses concitoyens un à un, puis à se demander si les fous ne seraient pas plutôt les esprits équilibrés (puisqu’ils sont si peu nombreux), mettant ainsi la ville sens dessus-dessous et en émoi. J’ai aimé le côté fable de ce conte philosophique impressionnant et troublant. Le ton sépia des planches permet de se projeter dans un monde qui semble par là même irréel et hors du temps, tandis que le récit bascule dans l’absurde et le fantasque, la satire sociale, ce qui s’avère étonnamment assez jouissif. Ce conte permet de réfléchir à ce qu’on appelle folie, et les discours des personnages tendent à remettre en cause nos bases de réflexions et nos certitudes. Une thèse est ainsi avancée, l’homme lucide est fou car anormal. Fabio Moon et Gabriel Bà sont connus pour être les auteurs de l’album Daytripper qui a beaucoup fait parler de lui. Je ne l’ai pas encore lu mais j’espère l’emprunter prochainement, suite à cette lecture très enthousiasmante.

Lu dans le cadre de la BD de la semaine. Tous les autres liens sont chez Noukette aujourd’hui !

Une autre lecture chez… Brize

Urban comics – septembre 2014

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Coups de coeur·Lectures 2019

Saccage, Frederik Peeters… la BD de la semaine !

❤ Cet album est absolument magnifique ! Le lecteur peut se demander au départ à quel objet livre il a à faire, si il se retrouve devant une sorte de sketchbook, ou si véritablement cette BD sans paroles va lui raconter une histoire. La préface explique tout. La frustration de Peeters depuis la fin de sa série Aâma de dessiner un cinquième tome totalement muet, son désir d’un album psychédélique et abstrait. Le voici sans aucun doute. Il n’y a pas de scénario dans cet opus où l’on suit quand même le même personnage jaune, habillé de bandelettes et un enfant fantomatique. L’ouvrage est fait de superbes planches colorées mises bout à bout, des visions post apocalyptiques où se superposent parfois le présent et le passé. Une histoire se dessine malgré l’incohérence apparente, une histoire qui raconte, désabusée, comment l’homme a détruit son monde. J’ai personnellement adoré !

Lu dans le cadre de la BD de la semaine. Tous les liens sont chez Stephie aujourd’hui !

 

Editions Atrabile – mars 2019

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Lu aussi cette semaine (avis brefs)…

Je ne suis pas très fan du dessin de cet album, façon manga, lu pour ma bibliothèque, mais je dois dire que la lecture de cette BD a été au final une bonne surprise. En effet, le personnage féminin de vétéran en état de choc post traumatique s’avère complexe et attachant, et j’ai été séduite par le contexte d’un Tokyo foisonnant où règne aussi une extrême violence. le petit restaurant de la jeune femme qui s’intéresse à Jun nous permet de prendre pied dans un Japon plus connu culturellement. Un album qui met en avant l’entraide et qui possède finalement une belle qualité graphique (J’ai du laisser au placard mes à priori).

Ankama éditions – mars 2019

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Lu dans le cadre du Prix Cezam BD 2019. Je ne suis pas la cible de ce genre de BD mais j’ai pour autant beaucoup aimé cet album au format à l’italienne qui nous plonge dans un univers post explosion du cloud internet. Les adultes se retrouvent dans l’obligation de porter des masques dès qu’ils sortent et la méfiance est de mise partout. Impossible de révéler avec insouciance sa véritable identité. J’ai aimé l’esthétique des cases, celle des différents costumes. le scénario est enlevé et intéressant. On suit principalement un détective privé chargé par sa soeur de retrouver l’assassin d’une jeune femme. Les coups de feu et de poings s’échangent. Les méchants sont vraiment méchants. Un album qui restera un bon souvenir de lecture !

Urban Comics éditions – mars 2017

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5