Lectures 2019

Un bruit étrange et beau, Zep… la BD de la semaine !

Après avoir lu le très beau The end et le moins enthousiasmant Paris 2119, il me tardait de découvrir cet album de Zep, plus ancien, dont on m’avait beaucoup parlé. Un passage en bibliothèque a décidé de l’occasion et du moment. J’ai adoré tout de suite le dessin, la grâce qui se dégageait des pages, le texte et le rythme des cases… J’emprunte beaucoup d’albums BD et en abandonne souvent la lecture au bout de quelques pages. C’est important je trouve, la fluidité en BD, et se sentir tout de suite en harmonie en tant que lecteur avec le texte et les dessins pour en apprécier la lecture. De ma pile empruntée dernièrement, seul celui-ci a donc trouvé grâce à mes yeux, voilà qui est plutôt bon signe. Le lecteur fait la connaissance, dans les premières pages, de Marcus, moine chartreux depuis 25 ans, contraint par le décès de sa tante de sortir de son cloître et de se rendre sur Paris. Dans le train, il fait la connaissance de Méry, une jeune femme surprenante et douce, atteinte d’une maladie incurable, et décidée à profiter du peu de temps qui lui reste à vivre. L’ancienne vie de Marcus, qui s’appelait alors William, refait alors surface, ses choix, les raisons de son départ. Retrouver ses cousins, devenus adultes, est aussi une troublante épreuve. Comme une provocation, sa tante, qui ne comprenait pas son engagement religieux, lui a légué un nu de Modigliani. Cet album parle élégamment de ce qu’est être un homme, de l’engagement et des renoncements, des tentations, mais également du bruit étrange et beau de la vie hors des murs des cloîtres, parfois symboliques, dans lesquels on se réfugie.

Lu dans le cadre de la BD de la semaine. Tous les autres liens sont chez Stephie aujourd’hui !

Une autre lecture chez…  Noukette

Rue de Sèvres BD – octobre 2016

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

 

Lectures 2019

Paris 2119, Zep & Bertail

paris21191

Zep, l’auteur de Titeuf, a depuis quelques temps changé drastiquement de registre, et ce pour notre plus grand plaisir… J’avais adoré découvrir son nouveau trait dans The End [clic ici]. Il revient en 2019 avec ce nouvel album, encore un fois d’anticipation, mais les dessins sont ici de Dominique Bertail. Pourquoi Paris, en 2119 ? Dans un entretien, joint à mon exemplaire, Zep déclare qu’il s’est demandé, un jour de pluie dans Paris, à quoi ressemblerait la ville dans cent ans, et il s’est dit qu’elle conserverait sans doute son aspect médiéval intemporel, mêlé à des éléments de modernité. Et effectivement, dans cette BD, Zep et Bertail imaginent un Paris de 2119 dans lequel seuls les marginaux prennent encore le métro ou se déplacent à pieds, et où la plupart des habitants préfèrent utiliser le Transcore pour voyager. Et je dois dire qu’autant j’avais aimé la densité de The End que ce nouvel opus m’a laissé un peu sur ma faim, malgré la beauté et la qualité indéniable des dessins. En effet, je me suis demandée en fin de lecture si il s’agissait d’un premier tome d’une histoire à suivre et la mention « Histoire complète » en quatrième de couverture m’a un peu étonnée. Tout ici ne m’a semblé en effet seulement qu’esquissé, les personnages, l’intrigue, la découverte que les cabines du Transcore sont défectueuses. Et ensuite ? On a envie de savoir comment les événements vont évoluer, si Tristan, notre héros, nostalgique du XXème siècle, va réussir à enrayer le phénomène, et surtout à sauver Kloé, sa compagne, belle et grande adepte des voyages en Transcore, mais déjà un peu atteinte par les effets secondaires du processus. J’en aurais donc aimé un peu plus long et un peu plus dense, mais j’ai hâte de continuer à lire Zep, qui a le mérite de mettre le doigt sur ce qui ne va pas dans le bon sens dans notre humanité d’après l’an 2000. Dans son album, la reconnaissance faciale est en marche, et permet d’accéder à tout (métro, bâtiments publics, téléphone…) et le cerveau est un nouveau terrain de jeu, facile à manipuler. Une BD à découvrir donc, mais une histoire qui aurait mérité, de mon point de vue, un plus grand approfondissement.

Résultat de recherche d'images pour "paris 2119"

Editions Rue de Sèvres – 23 janvier 2019

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Mylène

Lu dans le cadre de la BD de la semaine chez Moka aujourd’hui ! [clic]

Lectures 2018

The End, Zep

La couverture de cet album est je trouve extrêmement réussie… voilà pourquoi j’ai eu envie de découvrir cette BD de Zep au titre intrigant. Nous sommes en Suède, dans un futur très proche. Dans le cadre d’un stage, Théodore intègre une équipe de chercheurs qui travaille sur la communication des arbres, entre eux et avec nous. Le professeur Frawley, à la tête de cette équipe (et fan envahissant de la musique des Doors), tente de démontrer que les arbres contiennent toute l’histoire de la terre, via leur ADN, et notamment via un Codex mystérieux, difficile à appréhender pour les scientifiques. Comme si les arbres protégeaient leurs secrets. Mais les incidents s’enchaînent, et Théodore commence à s’inquiéter sérieusement… et plus précisément de l’apparition de champignons toxiques dans les forêts alentours. Il part tout d’abord sur la piste d’un laboratoire implanté dans la région, qui déverserait ses déchets dans la nature. Mais cela s’avère une fausse piste quand il constate le changement d’attitude des animaux sauvages, et qu’il se souvient de ce groupe de promeneurs décédés subitement en forêt espagnole il y a peu. Serait-on à l’aube d’un drame planétaire duquel les arbres seraient les instigateurs ? Quand Théodore parvient à cette conclusion, il est déjà trop tard et il se retrouve un des seuls survivants de la planète… Racontée comme cela, cette histoire manque de charme, et pourtant cet album là en est plein. Déjà, le dessin est formidable de qualité et m’a beaucoup plu, surtout les expressions des visages. Nous sommes dans un style de dessin assez proche du roman graphique. D’ailleurs, le choix a été fait d’une coloration des cases unicolore qui passe du beige, au vert, au bleu ou au rouge au fil de la narration… Et puis, j’ai beaucoup aimé la thématique de cette BD qui tourne autour de l’intelligence des arbres, de leur faculté à modifier leur environnement pour assurer leur survie. Une petite romance gentillette suit son fil au cours des pages qui entraîne le lecteur, et le fait sourire, jusqu’au drame final, et à l’espoir d’une résurrection. Nous sommes bien loin de Titeuf, et j’ai vraiment envie de continuer à lire Zep dans cette veine là. Bravo.

Editions Rue de Sèvres – 25 avril 2018

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

En lecture commune avec Mo’ et Noukette !

Une autre lecture chez… Un amour de BD

Cet album a été lu dans le cadre de la BD de la semaine, tous les autres liens sont chez Moka aujourd’hui