Lectures 2019

Et boire ma vie jusqu’à l’oubli, Cathy Galliègue

Ce roman est arrivé chez moi sans que je le demande, ce qui n’est pas toujours une entrée en matière facile pour un livre… Et je l’ai effectivement laissé attendre un peu (shame on me). Et puis son tour est enfin venu, après un lot de BD. J’ai vite compris alors que Et boire ma vie jusqu’à l’oubli n’était pas un roman dans lequel on entre en fanfaronnant. D’abord, quelques citations nous accueillent, puis on nous prévient de rester prudent sur la valeur à accorder aux souvenirs, puis nous rencontrons Betty qui boit, seule, dans la nuit qui tombe, son fils enfin couché, pour oublier la mort de son mari, mais aussi sans doute le départ de sa mère lorsqu’elle était enfant… Voilà, le décor est planté, la situation ce qu’elle est, et rien ne semble fait pour qu’elle s’améliore. Betty ne le souhaite pas vraiment. Ces soirées alcoolisées sont à la fois son trou noir et son refuge pour braver la mort de l’être aimé, et se souvenir de lui. Sauf que son père l’a vue, allongée sur son lit, au milieu des vêtements de Simon, et qu’il va bien falloir enfin parler, toute honte derrière soi, et regarder également le passé en face… Je dois dire que lire ce roman a été plutôt une bonne surprise de lecture, une lecture qui réclame pour autant de prendre son temps, de goûter chaque moment suspendu dans toute sa complexité, sa vérité et sa crudité. Les chapitres sont courts, entrecoupés de nombreuses citations, comme pour reprendre son souffle entre deux plongées dans l’enfer d’une vie où l’espoir et le bonheur semblent avoir vidé les lieux inexorablement. Heureusement, et comme souvent, la parole libère et redistribue les cartes. Je vous conseille vivement ce roman discret qui explore l’alcoolisme au féminin, mais également la force de l’amour parental.

« J’émerge doucement. Les années qui passent creusent et creusent encore, me plantent de grands coups de pelle dans le crâne, remuent la vase, infatigables, me rappellent sans cesse qu’un jour, elle est partie et que moi du coup, je suis tombée dans un trou de mémoire. Construire sa vie là-dessus. Elle est partie.
C’est tout.
Rien devant, rien derrière. Et arrête avec tes questions ! »

Editions Emmanuelle Collas – octobre 2018

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…
12345

Une autre lecture chez… l’Irrégulière

10 commentaires sur “Et boire ma vie jusqu’à l’oubli, Cathy Galliègue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s