Lectures 2020

Autoportrait en chevreuil, Victor Pouchet… rentrée littéraire 2020 !

Ce titre sera donc le premier livre que je vous présenterai dans le cadre de cette nouvelle rentrée littéraire. Ce roman attire l’oeil avec sa couverture vintage et son titre mystérieux… et puis, on entre avec lui, dans ses premières pages, dans un univers très particulier, où se mêlent spiritisme et une certaine forme de maltraitance ! Elias a eu une enfance peu commune. Sa mère est morte alors qu’il était encore très jeune et son père se targue d’être médium et coupeur de feu. Des gens viennent le consulter dans sa cabane au fond du jardin. Tout cela ne serait pas très grave si son père n’était pas également persuadé de détenir la vérité sur tout et tout le monde, de sentir les ondes, de prédire l’avenir, et s’il n’avait pas pour objectif de le former. Alors, il plonge régulièrement l’enfant dans un lac proche de leur domicile, pour lui apprendre la résistance. Il le laisse des heures dans la cave de leur maison, afin que le jeune garçon puisse expérimenter et écouter sa petite voix intérieure. Et puis arrive Céline, une jeune femme effacée qui donnera bientôt naissance à son petit frère Ann. La famille subit de plus en plus les discours délirants de son père. Elias n’a jamais ressenti ce fameux don en lui. Ce n’est pas le cas de son petit frère sur lequel les harangues paternels vont peu à peu avoir de l’effet, jusqu’au grand accident… Quelques années plus tard, c’est à travers le regard bienveillant et léger d’Avril que nous rencontrons un Elias adulte et bancal qui aura bien du mal à dévoiler ce que fut son enfance. Ce roman est doué d’une force très pudique. Il ne met pas mal à l’aise, malgré son atmosphère étrange. Elias réussit en effet à garder une certaine stabilité de pensée dans un environnement qui aurait pu le conduire à la folie. Il regarde son père agir avec recul, persuadé de n’avoir pas su être comme lui, ce qui finalement le sauvera. J’ai beaucoup aimé la construction de ce roman, son écriture à la première personne, et la petite musique qu’il essaye de jouer tout du long, qui parle de résilience, de force mentale et d’amour.

Editions Finitude – 20 août 2020

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

En lecture commune avec… George


(clic sur le logo pour retrouver les autres lectures communes de la rentrée littéraire et nous rejoindre)

28 commentaires sur “Autoportrait en chevreuil, Victor Pouchet… rentrée littéraire 2020 !

  1. Il semble vraiment très bien, mais ne sera pas une priorité pour moi, j’en ai un peu soupé des histoires de parents maltraitants, ou du moins complètement dans leur monde et qui tentent de l’imposer à leurs enfants…

    J'aime

  2. Intriguant, et par l’histoire et par la couverture. Mais je me suis promis d’essayer de lire des livres moins négatifs, alors je vais mettre celui là de côté pour l’instant

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s