Lectures 2020

Ce que seraient nos vies, Yann de Saint-Rat

Ce roman a attiré mon attention avec sa couverture sombre et son résumé, comme toujours parcouru rapidement et (si possible) très vite oublié… Et, dès les premières pages, il s’avère que c’est dans le Grand-Duché de Luxembourg que nous emmène Yann de Saint-Rat, auprès d’Eva, une jeune trentenaire plutôt docile, qui vient d’accepter de passer en horaires de nuit dans la station-service où elle travaille. Ce décalage l’inquiète un peu mais elle est bien accueillie par celle qu’elle va remplacer, espère un peu que son couple va en ressentir des effets positifs et se fait très vite à sa nouvelle situation. Elle s’attache par exemple rapidement à Marc, cet homme mystérieux et généreux, qui vient toutes les nuits passer du temps dans la station et boire un café. Il étudie toujours le même dossier, avec gravité, et semble soucieux quand il jette un coup d’oeil à son téléphone. Il y a également ce jeune couple d’adolescents, clients réguliers de la station, qui viennent chercher là un peu d’intimité. Eva doit gérer des incidents inhérents à la nuit, décider qui laisser entrer et laisser dehors. Tout irait bien si un passé douloureux ne remontait pas de temps en temps à la surface, et si son mari ne devenait pas de jour en jour tout sauf l’homme avec lequel elle avait envie de continuer à vivre. Yann de Saint-Rat a su, dans ce roman, créer une panoplie de personnages attachants et sympathiques. De plus, j’ai aimé découvrir auprès d’Eva cet univers particulier de la nuit dans une station-service. J’ai dévoré ce roman en deux jours. En effet, même si les premiers chapitres sont un peu lents, le lecteur a très vite envie de savoir si Eva va pouvoir tirer son épingle du jeu qui se met en place, entre ce travail de nuit, peu payé et peu valorisant, mais qui lui plaît, et l’ambiance de son foyer, auprès d’un mari, narcissique et indifférent. L’auteur surfe sur l’esprit feel good sans vraiment s’y attarder, ce que j’ai apprécié. J’ai par contre été un peu déçue par l’écriture plate du roman, cette forme d’écriture déjà rencontrée auparavant, que je ne saurais définir, mais qui donne l’impression que le livre a été « écrit au kilomètre ». Voilà qui est un peu dommage car ce roman a par ailleurs tous les ingrédients pour être un roman formidable. Eva, bardée de son courage, restera tout de même un personnage dont je me souviendrai longtemps.

Editions Anne Carrière – avril 2020

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Amiralecteur

4 commentaires sur “Ce que seraient nos vies, Yann de Saint-Rat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s