Lectures 2019

Zombillénium T4, Arthur de Pins… La BD de la semaine !

J’ai de nouveau participé cette année, avec Rakuten France, à l’opération La BD fait son festival, dans la foulée du festival de la BD d’Angoulême… La réception de l’album gagné a eu lieu dans la bonne humeur à la maison. Mes enfants adorent la série Zombillénium d’Arthur de Pins, dont La fille de l’air est déjà le quatrième tome. Nous avions d’ailleurs vu, avec ma grande fille, l’adaptation de la BD au cinéma. Je vous conseille aussi la Bande originale composée par Marc Bastard. Mais je dois dire que je ne me souvenais pourtant que vaguement de l’épisode précédent, le tome 3, emprunté en bibliothèque. Cela ne m’a au final pas gêné du tout dans ma lecture. Dans ce tome 4, le parc Zombillénium va bien, le taux de fréquentation est au beau fixe, mais il est actuellement toujours aux mains de Behemoth, qui continue ses pratiques démoniaques. Gretchen et Von Bloodt (l’ancien directeur), aidés par Aurélien (qui travaille toujours au Parc), tentent donc d’aider les employés qui le désirent à s’évader, afin de leur offrir une reconversion possible. Mais c’est compter sans la présence d’une toute nouvelle et redoutable sorcière, Charlotte Hawkins, plus puissante que Gretchen, qui intervient avec fracas et vole à cette dernière son fiancé. Aurélien, envoûté par l’enchanteresse, et transformé en monstre, offre un bien beau spectacle aux visiteurs du Parc… Mon fils (13 ans) a été le premier à lire cet opus, qu’il a trouvé moins bon que les précédents… parce qu’il met en place la suite, m’a-t-il dit d’un ton docte. C’est un album de transition. Grande fille (17 ans) l’a feuilleté rapidement. Elle le lira plus tard. Elle a trouvé les dessins toujours aussi magnifiques. Ils sont faits par ordinateur ça se voit, m’a dit celle qui dessine exclusivement avec des crayons. Et je dois dire que je suis d’accord avec eux. En effet, et même si les dessins sont vraiment superbes, j’ai moins aimé ce tome 4, qui amène de nouveaux personnages, sans vraiment expliquer d’où ils viennent, et laisse peu la parole aux anciens, que l’on aimait bien. Heureusement, la policière que Gretchen a partiellement transformée en lapin apporte une note d’humour et de fraîcheur bienvenue dans cet album qui annonce très certainement (donc) une nouvelle ère dans l’histoire de Zombillénium. Et il est peu de dire que Gretchen a vraiment du soucis à se faire. A suivre…

Editions Dupuis – 23 novembre 2018

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Un album lu dans le cadre de la BD de la semaine ! Les autres liens sont chez Stephie aujourd’hui [clic]

Aucune description de photo disponible.

Coups de coeur

Les résultats des Matchs de la rentrée littéraire Rakuten 2018 !

Souvenez-vous ! Le 5 septembre je vous annonçais [ici] les trois titres que je vous proposais de lire cette année dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire avec Rakuten. Je dois vous dire que j’ai particulièrement aimé retrouver ensuite vos nombreux avis sur Sujet inconnu de Loulou Robert, Trois fois la fin du monde de Sophie Divry et Miss Sarajevo de Ingrid Thobois. C’est le troisième été que je lis pour ces matchs et c’est un plaisir renouvelé de vous gâter ainsi… En novembre, les cinq marraines de l’événement, Sylire, Moka, Leiloona, Jeannot se livre et moi-même, avons lu vos différents billets et posts Instagram, ou vidéos sur youtube, afin de choisir, pour chaque livre, le plus original et/ou à nos yeux le plus réussi et permettre aux gagnants de remporter une box.

Voici, pour mes trois livres, les billets gagnants. Bravo à eux !

Mes pages versicolores                           Les heures de coton                       Librairie en folie

N’hésitez pas à découvrir leur billet et leur blog en cliquant sur les photos ci-dessus !

(La sélection complète est à retrouver ici)

Lectures 2018

Leurs enfants après eux, Nicolas Mathieu

Avant d’obtenir le prestigieux prix Goncourt, ce titre de rentrée littéraire avait déjà été repéré par une des marraines de notre sélection Rakuten pour les matchs de la rentée littéraire [clic ici]… raison pour laquelle il était dans ma PAL depuis septembre. Nous sommes à Heillange, au tout début des années 90, deux adolescents qui s’ennuient décident de voler un canoë pour traverser le lac et se rendre sur une plage réputée fréquentée par les naturistes. Cette journée, et les rencontres qui s’y déroulent, d’abord sur cette plage, puis à une fête où Anthony est embarqué par son cousin, le vol de la moto du jeune garçon, vont déterminer les événements de la décennie qui suit. Bien entendu, personne ne peut en avoir conscience en cette journée d’août 1992. Nicolas Mathieu profite de ce point de départ pour dresser le portrait d’une certaine France, d’avant la coupe du Monde de 1998, l’histoire d’une ville moyenne où les familles aisées côtoient mais ne fréquentent  pas, ceux des zones pavillonnaires ou des tours HLM. Là-bas, les pères sont usés par le travail et l’alcool, les mères ont parfois eu leurs enfants très tôt. Certains parents sont restés au bled et ne se voient que pendant les vacances scolaires. Les familles sont ce qu’elles sont, parfois aussi mono-parentales, et les enfants traînent dans les rues tard le soir. Mais, à l’adolescence, tout semble possible, on fréquente les mêmes écoles, les mêmes fêtes, les mêmes endroits, on boit le même alcool, on fume la même herbe. Au seuil de la vie active, cependant, il est difficile de faire la différence, le milieu rattrape parfois celui qui voulait s’en détacher… et la vie peut faire en sorte de vous cloîtrer à Heillange, sans que vous vous en aperceviez. J’ai eu une une lecture assez mitigée de ce livre, dans les premières pages, une impression de déjà lu, d’un peu d’ennui aussi. Mais heureusement, j’ai persévéré, et à partir de la moitié du roman quelque chose m’a attachée, j’ai eu envie de savoir si chaque personnage allait briser le plafond de verre qui brillait au dessus de sa tête. Leurs enfants après eux est un roman qui demande, il me semble, de se laisser prendre par son atmosphère, très désenchantée. Il ne m’a pas semblé très original, par son propos, j’ai déjà lu d’autres romans aussi bien faits sur cette période, mais il reste un des excellents romans de cette rentrée littéraire et il a le mérite de mettre le doigt sur ce déterminisme de classe, de nouveau si présent aujourd’hui, alors que l’on aurait pu le croire, un temps, disparu.

Editions Actes Sud – Août 2018

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…
1 2 3 4 5

Une autre lecture chez… Moka

« Il en est dont il n’y a plus de souvenirs,
Ils ont péri comme si ils n’avaient jamais existé ;
Ils sont devenus comme s’ils n’étaient jamais nés,
Et, de même, leurs enfants après eux.

Siracide, 44, 9. »

Lectures 2018

La somme de nos folies, Shih-Li Kow

La-Somme-de-Nos-Folies_8916

Comme Leiloona avait déjà choisi ce titre pour les matchs de la rentrée littéraire de Rakuten [clic ici]… j’ai reporté quelques temps sa lecture afin de continuer ma propre exploration de la rentrée. Mais alors que l’Aude était envahie par l’eau, il y a quelques jours, je me suis souvenue des premières pages lues, et de l’inondation qui y est décrite. Et j’ai eu de nouveau envie de lire ce livre, injustement délaissé, tout en pensant aux terribles heures que peuvent vivre ceux à qui cela arrive. Nous sommes en Malaisie, et effectivement se produit dans les premières pages de ce roman une terrible inondation, qui met la vieille et bougonne Beevi dans une mauvaise posture, sa maison est envahie par l’eau, mais également par de jeunes bénévoles dont elle n’a que faire. Le lecteur suit alors le point de vue de Auyong, vieil ami chinois, amical et placide, toujours prêt à donner un coup de main. Mais le lecteur rencontre également rapidement Mary Anne, jeune fille abandonnée à sa naissance qui vient tout juste d’être repérée et adoptée par la demi soeur de Beevi. Malheureusement, un accident de voiture renverse les cartes. Mary Anne est de nouveau seule au monde. Beevi emménage dans la Grande Maison, jusqu’alors aux mains de sa demi soeur et prend en charge la jeune fille. La somme de nos folies s’est avéré être à la lecture un bien joli roman, truffé de truculents personnages, d’un peu de magie, de beaucoup de légendes et d’une joyeuse modernité. Auyong et Mary Anne prennent la parole chacun à leur tour pour nous conter l’histoire d’un petit village de Malaisie, Lubok Sayong, tiraillé entre sa volonté de conserver ses traditions et l’envie de faire fructifier son petit commerce. C’est à la fois drôle et émouvant, sensible et impertinent, très imagé. J’ai beaucoup aimé cette immersion malaisienne que je vous recommande chaudement. Une lecture à ne pas oublier en cette rentrée littéraire, donc.

Editions Zulma – 23 août 2018

J’ai aimé ce livre, un peu, beaucoup…1 2 3 4 5

Instagram

C’était en septembre sur @Instagram

Vos deux photos préférées sur @antigoneheron

   

7/09 – Rhooo… Je suis dans le journal avec @mumu_bocage et @violaine124 et c’est demain aux #fringaleslitteraires ! – 64 ❤ | 08/09 – J’ai parlé entre autres du Gentleman à Moscou ❤ @editionsfayard au premier café des blogueurs de la librairie les fringales littéraires aux Herbiers.
Ravie de ce moment passé avec @violaine124 et @mumu_bocage. Merci @lesfringaleslitteraires ! Et merci à mon photographe et à celles qui sont venues nous écouter 😘😘. – 67 ❤

En septembre, il y a eu aussi :

  • le 1er septembre, un petit tour sur l’île de Noirmoutier pour le salon du livre Les Litter’elles (1ère édition). J’y ai croisé entre autres Sophie Adriansen et Stephanie Pelerin, et assisté à un entretien sur le « feel good » intéressant.
  • le 5 septembre, sortait enfin la sélection des matchs de la rentrée littéraire pour laquelle j’ai lu tout l’été !
  • le 8 septembre, aux Herbiers, j’ai participé en tant que blogueuse au premier café des blogueurs organisé par la librairie Les Fringales littéraires (d’où plus haut ma tête en photo… au secours, mais pourquoi avoir plébiscité cette photo ?).
  • encore de nombreuses lectures pour la rentrée littéraire. Depuis début septembre, je lis en collaboration avec Decitre et je dois dire que leur sélection m’enchante.
  • une journée sur Nantes pour ma vie matérielle.
  • une envie de faire plus attention à mon empreinte écologique. Pour l’instant je tâtonne, mais j’aimerais vous en dire plus quand ce que je teste s’avérera efficace.
  • j’ai terminé mon tricot vert pétant, dont la couleur ne passe pas inaperçue quand je le porte.
  • un peu de fatigue, mais des projets pour octobre…

Récapitulatif des lectures chroniquées en septembre :

Ils n’étaient pas pour moi… mes abandons de lecture

  • L’enfant d’Ingolstadt, Pascal Quignard Rentrée littéraire – lu pour le prix Fnac
  • Camarade papa, Gauz Rentrée littéraire – lu pour le prix Fnac
  • Les fureurs invisibles du coeur, John Boyne Rentrée littéraire – lu pour NetGalley
  • Cette maison est la tienne, Fatima Fahreen Mirza Rentrée littéraire – lu pour NetGalley
  • Fais de moi la colère, Vincent Villemot Rentrée littéraire – lu pour NetGalley
Coups de coeur

Les matchs de la rentrée littéraire 2018 avec Rakuten

Aujourd’hui est le grand jour où je peux vous annoncer haut et fort ma sélection en tant que marraine de la rentrée littéraire pour Rakuten cette année !! Et j’en suis ravie car cela me permet de vous gâter. En effet, nous étions 5 marraines à travailler dans l’ombre pendant tout l’été pour vous concocter une sélection de rentrée : LeiloonaSylireMoka, Jeannot se livre et moi. Encore une rentrée littéraire pas comme les autres vécue avec un petit sel supplémentaire, et des échanges sympathiques !

Les matchs de la rentrée littéraire (#MRL18), ce sont donc 5 marraines qui choisissent chacune 3 romans, considérés par elles comme des pépites ou des incontournables de cette rentrée littéraire. Vous pouvez découvrir ma sélection ci-dessous (lien vers les billets en cliquant sur les couvertures) et la sélection des autres marraines sur leur blog respectif aujourd’hui.

En ce qui me concerne, ce sont CES livres qui se sont imposés à moi… j’espère qu’ils vous plairont.

      

Ensuite, il vous reste à choisir LE livre que vous souhaiteriez recevoir en échange d’un avis. Pour participer, c’est simple, il suffit d’avoir soit un blog, un compte Instagram ou Youtube. Vous avez jusqu’au 12 septembre. Toutes les informations sont ici avec le formulaire d’inscription [clic]et sur le blog de Rakuten [clic].

La sélection complète… (aussi sur la page Rentrée littéraire de Price Minister)

Si vous me sélectionnez comme marraine en choisissant tout simplement de recevoir un de mes livres, n’oubliez pas (pour que je puisse vous lire) de me signaler votre chronique après lecture, en créant un lien vers ce billet, ou en postant un commentaire ci-dessous. Si vous publiez sur votre compte Instagram, j’y suis sous le pseudo @antigoneheron .